TEST: 2263

L’Indonésie célèbre Nyepi- Voyage du côté de Malang

Par Valérie Pivon | Publié le 14/03/2018 à 23:30 | Mis à jour le 10/02/2020 à 01:48
L’Indonésie célèbre Nyepi/malang/indonésie/java/silentday/bali

Le 17 mars l’Indonésie célébrera Nyepi. Cette journée est fériée dans tout le pays.  À Bali mais aussi à Lombok et dans plusieurs villages situés entre Malang et le volcan Bromo, on célèbre cette fête hindouiste.

Cette journée du silence marque l’entrée dans une nouvelle année. La religion hindoue suit le calendrier hindou saka, il diffère de 50 ans avec le calendrier grégorien, nous entrons donc en l’an 1940. Cette célébration est l’occasion de nombreuses cérémonies qui se déroulent sur plusieurs jours.L’Indonésie célèbre Nyepi/malang/indonésie/java

Nous avons choisi de vous parler cette année des célébrations de Nyepi qui existent sur Java. Dans la région de Malang, les villages de Jatirejoso et Karanpandan célèbrent cette fête. Dans ces villages la population est encore aujourd’hui pour moitié de confession hindoue. En remontant l’histoire du pays, on y trouve l’explication. Entre le 13 ème et 16 ème siècle le royaume Majapahit règne sur une grande partie de Java mais bien au-delà aussi. La capitale du royaume était Trowulan située à une soixantaine de kilomètres de Surabaya. Après avoir été à son apogée au 14 ème et 15ème siècle le royaume décline. Une accumulation d’évènements comme des guerres de successions, l'irruption d’un volcan, un déséquilibre entre le pouvoir royal et les forces religieuses puis l’arrivée de l’islam sont très certainement à l’origine de la chute du royaume Majapahit en 1527. De nombreux habitants décidèrent alors de fuir la région pour aller se réfugier à Bali. Les notables, artistes, artisans et commerçants sont ceux qui ont pu partir. Les autres sont restés dans la région. On trouve leurs descendants dans de nombreux villages autour de Malang et sur les pentes du Mont Bromo. Ils célèbrent aujourd’hui encore cette fête.

En traversant ces villages, la veille de Nyepi, c’est une population en fête que nous trouvons. On voit partout des Ogoh-Ogoh, ces monstres de papier portés sur des tours en bambou  qui ont pour objectif de faire peur aux esprits en espérant leur faire quitter le village. Chaque quartier réalise un Ogoh-Ogoh, c’est à celui qui sera le plus laid. Ils représentent les mauvais esprits mais aussi les personnes malveillantes. Ce sont les enfants qui portent ces montres à travers le village, accompagnés des sons des tambours et des villageois. Les Ogoh-Ogoh sont déposés dans un pré où ils seront brûlés à la nuit tombée.

Dans le village, que l’on soit hindou ou musulman chacun participe à la journée. De nombreuses attractions sont proposées aux enfants, c’est en quelque sorte la fête du village.

Lors de notre passage, nous étions les seuls touristes. Nous avons pu participer à cette fête avec les villageois. L’atmosphère et l’ambiance ressenties lors de la procession des Ogoh-Ogoh le soir avec les lampions, le gamelan, est quelque chose d’incroyable.

Le lendemain Nyepi est la journée du silence qui a pour but de faire croire aux mauvais esprits qu’il n’y a personne dans le village et de passer leur chemin afin de pouvoir commencer ainsi une nouvelle année. On entend sans doute un peu plus de bruits ici qu’à Bali, les enfants jouent, les mobylettes circulent mais l’esprit de Nyepi est là.

 

Crédit photo Anne.H

Sur le même sujet
Valerie Pivon

Valérie Pivon

Responsable éditorale, expatriée depuis 16 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale