Lundi 16 décembre 2019
Barcelone
Barcelone
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Près de 1.200 sans-abris dorment dans les rues de Barcelone

Par Perrine Laffon | Publié le 12/11/2019 à 17:25 | Mis à jour le 12/11/2019 à 17:28
Photo : Ev on Unsplash
sdf barcelone

L'extrême précarité liée au logement laisse de nombreuses personnes sans abris. Que se soit pour quelques nuits dans l'année ou de manière régulière, ils sont de plus en plus nombreux à se résigner à dormir dans les rues de Barcelone, faute de logement décent. 

 

L'accès au logement est un droit universel qui est bafoué pour les personnes qui passent la nuit sur un banc ou dans un hall de banque. De la même manière qu'est bafoué leur droit à avoir une intimité, à avoir accès à des soins de santé et à être en sécurité. Vivre dans la rue fait vieillir plus vite, baisse la durée de vie et sacrifie la santé. Pour preuve, dans un pays où l'espérance de vie est l'une des plus importantes au monde (82,5 ans en moyenne), l'âge de décès est de 58 ans en moyenne pour ceux qui vivent dans la rue. Ils ont été 54 sans-abris à avoir perdu la vie dans les rues de Barcelone l'année dernière, dans l'invisibilité la plus totale. La Fondation Arrels, une association régionale qui œuvre pour la protection des personnes sans logement, a rendu un hommage à ces 54 victimes silencieuses lors d'un rassemblement à la plaza de la Catedral il y a quelques jours.


+72% de SDF en 10 ans

Selon l'opération de recensement réalisée par la mairie, le nombre de SDF aurait augmenté de 72% en une décennie, pour passer de 1.429 en 2008 à 2.452 en 2018. Selon le comptage réalisé par la Fondation Arrels, il y aurait actuellement plus de 3.800 personnes sans accès à un logement digne dans Barcelone. Certains souffrent de cette situation de manière temporaire, dans l'incapacité de financer un logement entre deux contrats de travail précaires. D'autres ont pu trouver refuge chez des amis et des centres d'accueil, ce qui fixerait à 1.195 le nombre de personnes sans-abris de manière permanente à Barcelone.


Les jeunes et les femmes les plus vulnérables

Dans sont étude Qui dort dans la rue à Barcelone ?, la mairie a recensé et analysé les profils des personnes sans-abris jusqu'en 2018 dans la capitale catalane. Il s'agit pour la grande majorité d'hommes entre 30 et 66 ans. Sur les dix années d'étude, on constate parmi la population de SDF une nette augmentation du nombre d'hommes étrangers issus de l'Union européenne : tout d'abord des Roumains, suivis en nombre par les Polonais, les Italiens, les Bulgares et les Français. Les jeunes adultes semblent être de plus en plus vulnérables : le nombre de sans-abris de moins de 30 ans a doublé ces dernières années, passant de 132 jeunes en 2016 à 295 en 2018. Le nombre de femmes sans logement fixe ne représente pas plus de 15% de l'ensemble de la population sans-abris. Pourtant leur nombre augmente, et leur répartition est alarmante : ce sont en effet les jeunes femmes de moins de 25 ans et surtout les femmes plus âgées, au-delà de 66 ans, qui dorment dehors, les plus vulnérables et de plus en plus dépourvues. 


Des petites actions qui font du bien

Toutes les personnes souhaitant collaborer pour venir en aide aux sans-abris peuvent se rapprocher des principales associations qui organisent des actions de soutien. La Fondation Arrels, la Croix rouge espagnole (Cruz Roja), ou encore Caritas entre autres. Vous pouvez bien évidemment faire une donation pour soutenir les projets solidaires destinés aux SDF, mais vous pouvez aussi vous engager comme bénévole, pour participer à des actions concrètes de recensement, d'accompagnement et de soutien de personnes sans-abris. Sachez aussi que la mairie de Barcelone a mis en place un Réseau d'attention aux personnes sans-abris pour faciliter les processus d'accès aux services d'accueil et pour stimuler les initiatives locales. Mais la manière la plus simple de venir en aide à une personne qui dort dans la rue, c'est de lui prêter attention lorsqu'on la croise au quotidien. 

perrine laffon

Perrine Laffon

Journaliste et rédactrice web française à Barcelone. Spécialiste de la culture locale et nationale. Suivi de l'actualité catalane, portraits, analyses. Passionnée de voyages et d'Histoire.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Barcelone

SE DÉPLACER

Prix du métro : Barcelone revoit sa copie

Face aux protestations concernant la suppression du billet de métro T-10, la régie des transports publics de Barcelone (ATM) lance une nouvelle carte T-Familia "non-nominative"

Sur le même sujet