Lundi 21 septembre 2020
Barcelone
Barcelone

ENGAGEMENT - Les actions solidaires à Barcelone

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 21/02/2017 à 23:00 | Mis à jour le 07/01/2018 à 03:48

À l'image de la manifestation pour l'accueil des réfugiés organisée la semaine dernière et qui a regroupé des milliers de Barcelonais, la capitale de la Catalogne dispose de nombreuses initiatives démontrant son engagement pour un monde plus solidaire. Entre bénévolats et aide aux plus démunis, zoom sur les actions que déploit Barcelone et ses habitants pour assurer la solidarité dans la ville.

(photo CC Hernan Piñera) Avec environ 3.000 personnes sans-abris d'après une étude réalisée en mai dernier par la mairie, Barcelone est confrontée au problème de la pauvreté des personnes sans aucune ressource. La période hivernale et notamment la vague de froid de janvier ont mis l'accent sur cette catégorie de personnes, en leur accordant une certaine visibilité dans les médias. Face à ce constat, de nombreuses initiatives ont émergé pour tenter de contourner le problème. Ainsi, Daniel Soto, cuisinier originaire du Venezuela, possède un restaurant solidaire, situé carrer de Londres 70. Il a souhaité, au travers de son établissement, donner une dimension sociale à son métier afin de pouvoir venir en aide aux personnes souffrant de la faim dans sa ville. Situé entre l'entreprenariat social et l'économie collaborative, Feeding Spain propose des menus à 13,50 euros (ou des demi-menus à 8,50 euros) qui permettent à chaque client de participer à la nourriture des personnes en difficultés. En effet, pour chaque menu acheté, deux plats sont ensuite donnés dans des centres d'accueil ou des hôpitaux permettant de nourrir deux sans-abris. De plus, le restaurant possède également un service de vente en ligne et à domicile qui participe également à la réinsertion de ces personnes, tout ceci dans le but d'accroître la solidarité interpersonnelle. Rendez-vous sur leur site internet pour plus d'informations.

La carte solidaire pour lutter contre la vulnérabilité  
Si des professionnels font de la solidarité l'un de leurs fonds de commerce, la municipalité et les autorités impulsent également des mesures pour plus de coopération, contribuant à faire de Barcelone une ville solidaire. À ce titre, la mairie de Barcelone a mis en place, depuis 2015, la Carte Barcelone Solidaire. Cette initiative, élaborée en collaboration avec les services sociaux municipaux et d'autres entités, permet de doter les personnes vulnérables sans ressource d'un nouvel instrument pour percevoir les aides économiques. Ainsi, cette carte contient un solde défini par les services sociaux et permet d'avoir accès à un large choix d'aliments dans de nombreux magasins de la ville. Si elle permet d'éviter la stigmatisation (notamment le fait de ne pas avoir de carte bancaire), elle autorise aussi les plus vulnérables à faire leurs courses comme tout le monde et non uniquement dans les centres de distributions alimentaires. Depuis 2016, la mairie a également mis en place les aides ponctuelles d'urgence aux familles ayant des enfants de 0 à 16 ans qui prennent en charge les frais liés à l'alimentation, à l'habillement ou encore au matériel scolaire des enfants. Elle leur octroie en plus un titre de transport. Pour en savoir plus, rendez-vous ici. D'autre part, la mairie facilite l'accès à l'eau pour les plus vulnérables par l'intermédiaire d'une action conjointe avec la fondation Agbar. Pour aider les personnes en situation de précarité, cette dernière a mis en place un Fond de Solidarité qui permet d'octroyer aux personnes vulnérables des tarifs spécifiques et moins chers. Cette aide bénéficie à 15.000 familles à Barcelone et est plus élevée pour les familles de plus de quatre personnes.

Accompagner et aider les plus vulnérables
Depuis le 16 janvier dernier, l'église Santa Anna accueille en continu des sans-abris au sein de son projet "Hôpital de Campagne". Cette initiative avait été mise en place suite à la vague de froid en Espagne en début d'année afin de venir en aide aux personnes vulnérables qui dormaient dans les rues: les bancs de l'église servaient de lits et au total, environ 80 personnes avaient bénéficié de l'aide de cette paroisse. Ainsi, l'église reste ouverte 24 heures sur 24  pour offrir du café, un moment de repos ou encore de la nourriture. En plus de donner un endroit où se reposer, elle offre également la possibilité pour ces personnes d'être écoutées et de se sentir accompagnées dans les difficultés qu'elles traversent. C'est d'ailleurs un des retours majeurs qu'elles font: avec cette initiative, elles se sentent de nouveau visibles aux yeux du monde. Aujourd'hui, l'église accueille en moyenne cent personnes par jour, qui ont toutes des histoires difficiles et différentes. Le prêtre responsable, le père Peio Sánchez a ainsi déclaré "Nous essayons d'aller plus loin et de trouver une solution pour ces personnes en collaboration avec les services sociaux et des entités comme Cáritas Arrels Fundacío".

Les réseaux sociaux: un vrai lieu de solidarité
Toutes ces initiatives ne sont rien sans les bénévoles qui les accompagnent et qui rendent possible leur existence. En ce sens, les réseaux sociaux, et notamment Facebook, jouent un rôle particulièrement important puisqu'ils permettent de relayer de l'information rapidement en touchant un grand nombre de personnes. Le projet de l'église Santa Anna a ainsi pu voir le jour et perdurer notamment grâce à ce recours. En effet, pour la gestion du lieu (nettoyage, service des repas, oreilles attentives), un groupe de cinq ou six bénévoles est essentiel, avec des rotations pour permettre à chacun de continuer à mener sa vie. Les appels au bénévoles ont été nombreux sur Facebook ont reçu d'importants retours. D'autre part, les gestes de solidarités se multiplient pour apporter leur soutien à ces diverses initiatives. On peut notamment mentionner les actions de restaurants du quartier de l'église de Santa Anna qui se sont associés au projet en apportant chaque jour de la nourriture à distribuer aux sans-abris.

Des associations de bénévoles
La solidarité à Barcelone repose aussi sur un réseau d'inconnus qui souhaitent faciliter la vie des personnes vulnérables. L'association Collectif d'Aide Solidaire et d'Assistance (CASA) se propose ainsi de distribuer des repas aux sans-abris sur la base de plats préparés par les bénévoles eux-mêmes, ainsi chacun contribue selon ses capacités. Chaque repas distribué est composé d'un plat chaud, de pain, d'un sandwich destiné au petit-déjeuner du lendemain et en fonction des ressources et des donations d'un fruit, d'un yaourt ou d'un café. 195 repas sont ainsi distribués par jour par cette association à deux points de rendez-vous : la gare du Nord, quatre jours par semaine à 21 heures et la gare de Sants, trois jours par semaine à 20 heures 30. L'association est toujours à la recherche de bénévoles pour les aider dans la confection des repas comme dans la distribution. Pour plus d'informations, rendez-vous sur leur page internet.

Clémentine COUZI (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mercredi 22 février 2017
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Madrid Appercu
Coronavirus

Fermeture partielle de Madrid pour éviter un confinement total

À partir de lundi 21, presque un million de personnes à Madrid et en banlieue seront confinées. En effet, cela fait plus d’une semaine qu’un cas de contagion sur quatre provient de ces zones

Communauté

PORTRAIT

La Plume Barcelonaise écrit les histoires singulières

Avec La Plume Barcelonaise, Diane Roussel propose aux francophones de rédiger des biographies depuis la capitale catalane. Pour permettre à chacun de laisser son empreinte et son témoignage

Vivre à Barcelone

VIE PRATIQUE

Le permis de conduire français à Barcelone

Tout citoyen de l’Union européenne circulant et résidant en Espagne depuis au moins deux ans doit renouveler son permis de conduire s’il est titulaire d’un permis français à durée indéterminée.

Expat Mag

Bucarest Appercu
INTERVIEW

Tilla Rudel, nouvelle directrice de l'Institut français de Timișoara

Cette semaine notre rédaction est allée du côté de Timișoara, une ville que nous affectionnons tout particulièrement, pour vous présenter la nouvelle directrice de l'Institut français de Timișoara, Ma

Sur le même sujet