Le jour des enfants en Pologne avec Kasia Sokołowska, maîtresse chanteuse !

Par Bénédicte Mezeix | Publié le 31/05/2022 à 16:33 | Mis à jour le 01/06/2022 à 09:50
Photo : Mamadou Diallo - Kasia Sokołowska, "vole, vole petit papillon..."
Kasia Sokolowska école enfants papillons

A l’occasion de la Journée internationale de l'enfant, lepetitjournal.com a décidé d’offrir à ses plus jeunes lecteurs une rencontre avec l’enseignante que tous les enfants rêveraient d’avoir : Kasia Sokołowska, aussi chanteuse et musicienne à ses heures. Polonaise, Kasia est tombée amoureuse du français à l’âge où d’autres jettent leur dévolu sur les groupes de rock à la mode et cette langue a bouleversé sa vie lui ouvrant les voies de l’enseignement mais aussi de la chanson, toujours accompagnée de sa guitare !

 

1er juin :  Journée internationale de l'enfant en Pologne

« Tu sais, c’est le jour des enfants, le 1er juin ! », lance crânement Emilia, franco-polonaise de 7 ans, qui savoure ces mots comme un bonbon délicieux, sous entendant : « aujourd’hui c’est MON jour, celui du cinéma à l’école, de l’overdose de gâteaux et pour les plus chanceux, de cadeaux ! » Retour sur l’histoire de la Journée internationale de l'enfant, puisque c’est ainsi qu’elle s’appelle officiellement !

La Journée internationale de l'enfant a été proclamée pour la première fois à Genève lors de la Conférence mondiale sur les droits de l'enfant en 1925. Depuis 1950, dans les anciens pays communistes, c’est le 1er juin qu’elle est célébrée.

Ailleurs, la Journée mondiale de l'enfance est fêtée le 20 novembre afin de commémorer la Déclaration des droits de l'enfant adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies, le 20 novembre 1959.

 

Lepetitjournal.com/varsovie : Kasia Sokołowska, vous êtes enseignante de français, chanteuse, musicienne, qu’est-ce qui vous a poussée à apprendre le français ? C’est votre langue de travail aujourd’hui ?

Kasia Sokołowska : C’est ma professeure de lycée qui m’a transmis l’amour du français, c’était les années 90, on ne pouvait pas voyager comme maintenant, il y avait tout un contexte ! J'ai commencé mon apprentissage au lycée (assez tard par rapport à mes élèves qui ont parfois 2 ou 3 ans quand ils débutent). J'ai eu une professeure formidable, Danuta, pour ne donner que son prénom, passionnée par son métier qui m’a aussi encouragée à partir en France. Je suis littéralement tombée amoureuse de cette langue. Après le lycée, je suis partie en France, toujours grâce à Danuta et j'ai travaillé comme fille au pair, ce qui était rare à la fin des années 90.

Quelle chance : j’ai été accueillie dans l’aristocratie française, je vivais dans un château… Quel décalage pour une jeune fille qui venait de la Pologne à peine sortie de la période PRL.

Après ce sont enchainées des études de philologie romane à Wrocław et Lublin, puis une vie professionnelle chez Gefco, Renault, Groupe Total. Quand ma fille est née tout a changé et j'ai décidé d’enseigner le français aux enfants et adolescents, j’ai alors créé une école de langue : Dzieci na językach francuski od najmłodszych lat.

Aujourd’hui, je me considère aussi comme chanteuse et compositeur, en plus de prof. Cela a été un long processus car pendant des années, je considérais juste la musique comme une passion. Et puis, j’ai fait le grand saut !

 

Kasia Sokolowska album portrait guitare
Kasia Sokolowska

 

Quel est votre rapport avec la langue française ? Quelle place occupe t-elle dans votre vie ?

Le français a une place primordiale dans ma vie. Je l’adore et je sais que mes élèves ressentent cette passion.

Parfois je pense que j'ai dû être française dans une vie antérieure ! Bien que je chante  et compose aussi en polonais, je préfère le faire en français, je ne sais pas pourquoi, mais c'est comme ça !

La musique en général occupe une part très importante de ma vie. Honnêtement, sauf de petites exceptions, je n'écoute que de la musique française et de tous les styles. Je ne sais pas si vous avez noté mais la composition française est très différente de ce qui se fait en anglais ou en polonais, donc, je m’imprègne constamment des musiques françaises afin de pouvoir composer à mon tour, « à la française » ! Je cherche tout le temps de l’inspiration et je chante sans cesse…

 

Comment l’album « Hérissons et papillons » est-il né ?

Depuis le tout début que j’enseigne le français, ma guitare m’a toujours accompagnée pendant mes cours. Je créais des chansons et j’ai immédiatement constaté que les enfants s'en souvenaient très rapidement. A l’époque je ne savais pas d'où ça venait…

Des professionnels m’ont alors expliqué que j’avais un don particulier pour lier paroles et mélodies. Le résultat c’est que mes chansons restent en tête et facilitent l’apprentissage. Des parents d’élèves ou des collègues enseignants me demandaient souvent où trouver ces chansons, sur internet ou dans un album ? Je répondais alors qu'elles n'étaient pas disponibles car c’étaient mes propres chansons… 

Mon rêve, vous l’avez compris, était de faire un album, mais je ne savais pas comment le réaliser !

Il ne faut jamais se décourager : il y a 6 ans je suis allée en  studio avec une chanson mais un responsable du studio m'a rebutée en disant que je ne jouais pas dans le rythme – ce qui est sûrement vrai, mais j'ai abandonné… Pourtant c’était toujours dans ma tête et il y a 2 ans, je me suis dit :

« Allez Kasia fais-le ! »  Et tout à coup, de petits miracles sont apparus, les uns après les autres... C'est toujours comme ça dans la vie, quand on commence à faire quelque chose, des portes s'ouvrent et des gens apparaissent. Il faut juste commencer – même si on a très peur…

 

 

 

Qui a collaboré à l’élaboration de l’album ?

La liste est longue ! Je ne peux pas imaginer « Hérissons et papillons » sans Andrzej Rejman et Chris Schittulli.

Quand j’ai décidé de réaliser cet album j’ai écrit à un compositeur, créateur des chansons : l’improvisateur polonais Andrzej Rejman (dont la musique touche mes cellules les plus profondes), afin de solliciter son aide et de jouer du piano dans quelques chansons. Andrzej les a écoutées, a dit qu’il allait m’aider et en plus qu’il souhaitait être directeur artistique de mon album ! Je n’y croyais pas… Et même aujourd’hui je n’y crois toujours pas ! D’autant plus que notre collaboration s’est très bien développée. Il est devenu mon accompagnateur et j’ai gagné un ami formidable !

La deuxième personne qui a joué un rôle important dans ce projet, c’est Chris Schittulli- chanteur, coach vocal, avec qui au début je prenais des cours de chant ! Et finalement je me suis retrouvée aussi dans son studio pour enregistrer 12 de mes chansons ! Chris en chante quelques-unes avec moi

Je voudrais également citer : Józwa Czyż, un chanteur belge (dont le nom de scène est Mintoft), Mamadou B, Sénégalais vivant en Pologne, chanteur, acteur au Teatr Powszechny ; sans oublier Przemek Wojciechowski, un accordéoniste très talentueux, Agnieszka Brymas qui joue du kora (un instrument sénégalais entre la harpe et la guitare), Laurent Vavon à l’harmonica, Piotr Brymas aux percussions. Rajoutons pour n’oublier personne : Rafał Smoliński qui a arrangé une partie des chansons et le Studio Insati qui a réalisé cette belle pochette !

En plus je voulais absolument que mes élèves - mes premiers soutiens, chantent avec moi ! Le responsable du studio est venu à l’école afin de les enregistrer.

 

 

 

 

Au total, l’album est composé de 14 chansons ; j’en ai écrites 8. Il y en a 2 de Józwa Czyż, 3 chansons françaises et 1 chanson traditionnelle sénégalaise - que la maman de Mamadou lui chantait enfant et que mes élèves adoraient.

 

 

 

Etes-vous d’accord si je dis que c’est un album pour enfant ou est-ce trop limitant ?

Sans doute trop limitant ! Je ne voulais pas que ce soit que pour les enfants, mais pour tout le monde : pour les élèves qui apprennent le français, pour les professeurs car dans les chansons il  y a du vocabulaire, des structures grammaticales, des verbes qui peuvent être très bien travaillés pendant les classes de langue. Mais je voulais surtout que ce soit un album qu’on prend plaisir à écouter, quel que soit son âge ! Et j’ai l’impression que c’est plutôt réussi…

 

« La terre », par exemple est une ritournelle - écologiquement responsable, entrainante qui a tout pour plaire, y compris aux adultes !

La chanson « La terre » est composée et écrite par Józwa Czyż, connu sous son nom de scène : Mintoft. J’ai entendu cette chanson pendant son concert et j’en suis tombée amoureuse. J’ai demandé à Józwa s’il voulait la chanter avec moi sur mon disque. Il y a encore une autre chanson de lui : « Le castor et les renardeaux ».

 

Quels sont les chanteurs ayant aussi composé pour les enfants qui vous inspirent ? 

J’adore les chansons d’Alain le Lait, on les chante souvent avec les élèves, Anne Sylvestre, Henri Dès, Pierre Lozère.  

 

Diriez-vous que s’est essentiel de travailler sa voix, surtout pour un enseignant, dont les cordes vocales sont beaucoup sollicitées ?

La voix reflète qui nous sommes. Tout ce que l’on ressent, ce qu’on vit à un moment donné, on peut l’entendre dans la voix si on en est conscient. Elle se travaille avec des techniques particulières comme la respiration. Par exemple avec ma propre voix, je suis franchement impressionnée par les évolutions que j’ai pu constater, grâce aux cours de chant que j’ai pris et prends encore aujourd’hui avec Chris Schittulli. Même dans mon quotidien de prof, cela m’a changé la vie : avant j’avais toujours mal à la gorge, voire des extinctions de voix, aujourd’hui, c’est un mauvais souvenir… C’est fou l’aspect psychologique de la voix !

Je ne me rendais pas compte, en me mettant à créer mon album, de la quantité de travail qui m’attendait, mais je vois maintenant que ce projet m’a profondément changée, grâce au fait que ma voix s’est améliorée et que je suis plus consciente de comment l’utiliser.

 

Vous avez un spectacle que vous souhaitez faire tourner en Pologne ?

Oui ! J’ai commencé déjà par un petit concert pour l’école maternelle La Fontaine. La Fondation la Fontaine m’a aidée financièrement à réaliser mon rêve et ainsi je voulais la remercier !

Le 4 juin j’aurai le plaisir de chanter pendant le concours des finalistes du Festival de la Poésie, de la chanson et du théâtre français organisé par l’Association des Professeurs du français Prof-Europe et à vrai dire, cet événement est le début d’une série de concerts déjà planifiés pour le mois de juin. Les concerts pour les enfants avec « Hérissons et Papillons » mais aussi avec un répertoire pour les adultes avec mes propres compostions et quelques reprises.

 

Découvrez l'album "Hérissons et papillons" en cliquant ici 

Pour visiter la page internet de Kasia Sokołowska c'est ici 

 

Kasia Sokolowska album

 

Quelle chanson sur Varsovie préférez-vous ?
Choices
benedicte mezeix

Bénédicte Mezeix

Directrice et rédactrice en chef du site lepetitjournal.com/Varsovie, j'ai une longue expérience dans les médias : télévision, radio, presse écrite francophone et spécialisée. Mon premier voyage en Pologne date de 2010.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale