Chris Schittulli : la voix est libre !

Par Bénédicte Mezeix | Publié le 15/04/2022 à 00:00 | Mis à jour le 15/04/2022 à 00:00
Chris Schittulli

A l’occasion de la journée mondiale de la voix, qui se tiendra demain samedi 16 avril, Chris Schittulli, en Pologne depuis 2015, nous ouvre les portes de son studio dans la région de Varsovie, où il enregistre, compose, pratique son art et son métier-passion de chanteur musicien professionnel et coach vocal. Il explore avec nous ses origines italiennes, son enfance musicale, son parcours, ses rencontres polonaises marquantes avec les artistes Jacek Cygan, Bogdan Holownia ou Wieslaw Przadka. Sans oublier ses projets autour de ce magnifique instrument qu’est la voix, chantée ou parlée. Un entretien dans la bonne humeur où Chris Schittulli se livre avec générosité.

 

Lepetitjournal.com/Varsovie : Chris Schittulli, beaucoup vous connaissent en tant que chanteur-interprète, mais pourriez-vous retracer votre parcours, avant la Pologne, pour nos lecteurs ? 

Je me définis comme chanteur musicien professionnel. Français d'origine italienne, je suis natif de la région de Grenoble. Par la suite je me suis installé à Lyon ; toute ma vie j’ai baigné dans un univers musical… à Grenoble puis à Lyon, par exemple, j’intervenais dans des écoles de musique.

Ma deuxième casquette c’est coach vocal de la pédagogie Richard Cross. Ce nom ne vous est peut-être pas inconnu car Richard Cross a fait partie des encadrants des émissions de télé-crochet Pop Star puis Star Academy : il entrainait vocalement les candidats, dont Grégory Lemarchal. Il a contribué à faire connaitre le métier de coach vocal.

Ce travail me procure beaucoup de plaisir : celui de partager mon expérience, des émotions, de transmettre. La voix est un organe extrêmement important, j’aide les personnes à faire connaissance avec leur voix !

J’ai rencontré Richard Cross en 2008 à Paris lors du casting de la comédie musicale de Richard Cocciante Le petit Prince, où je postulais. Effectivement Richard Cross est très renommé en France et accompagne de nombreuses stars de la chanson française et internationale… j’ai des noms, mais je ne sais pas si je peux vous les donner (rire). Vous voyez, même les meilleurs continuent de faire travailler leur voix ! Cette rencontre avec Richard a été pour moi un tournant dans ma vie puisque j’ai intégré par la suite la  formation de coach (formation de formateur) dans son école.

 

Richard Cross et Chris Schittulli
Richard Cross et Chris Schittulli

 

J’ai toujours adoré enseigner et cette formation, avec une pédagogie globale et approfondie composée de techniques bien précises, permet de trouver votre propre identité vocale. Ce travail  pour moi, c’est comme la quête d’un trésor inestimable.

En tant que chanteur j’ai sillonné toute la France et l’Europe avec diverses formations, concerts, comédies musicales, ainsi qu'avec le trio DIVINO, un groupe de trois ténors, dont je fais partie avec Franck Colyn et Arnold Pellegrini. Nous proposons un répertoire de chansons françaises, internationales et d’airs d'opéra avec des accents de Pop opéra.

 

Justement, Chris, on voit que votre registre vocal est très large, comment avez-vous fait connaissance avec votre propre voix, pour reprendre vos mots ? Avez-vous toujours voulu être chanteur ?

Je chantais déjà durant ma petite enfance à l’école et durant les réunions familiales. Issu d’une famille d’origine Italienne de musiciens j’ai été bercé par la musique.

Mais en réalité j’ai découvert ma voix à l’âge de 16 ans en m’accompagnant à la guitare. Par la suite ma voix m’a révélé des choses dont je ne soupçonnais pas l’existence… Cela s’est produit à l’occasion d’un petit spectacle proposé par l’école de musique où j’étudiais la guitare, j’ai soudain pris conscience que la voix était un vecteur d’émotion important ! C’est ce qui m’a poussé naturellement à continuer dans cette voie.

 

Chris Schittulli

 

Quelle est votre tessiture vocale ?

Alors tout d’abord peut-être rappeler ce que signifie la tessiture : c’est une étendue des sons qui peuvent être émis normalement par une voix ou un instrument, et donc ma tessiture à moi c’est  Baryton Martin / ténor, tout dépend dans quel répertoire je me produis. Pour faire simple, ma voix est dans le même registre que celle de Florent Pagny.

Quand et dans quelles circonstances êtes-vous arrivé en Pologne ?

Je suis arrivé en Pologne en 2015 grâce à ma femme qui est polonaise et que j’ai rencontré lors d’un concert en France. J’habite actuellement dans la région de Varsovie.


Quelle est l’influence aujourd’hui de la Pologne dans votre vie d’artiste ?

 

Ma vie d’artiste est maintenant enrichie de nombreuses inspirations et influences polonaises. De par la mélodie de la langue, nous n’avons pas les mêmes placements pour chanter, c’est ainsi que nous - étrangers qui parlons polonais, sommes si facilement reconnaissables ! (rires)  

La langue c’est comme une chanson, lorsque nous, Français, parlons polonais, c’est comme si nous « chantions », parlions faux ?

Il y a de ça ! En aillant une oreille musicale plus développée, on peut se rapprocher au mieux de l’accent polonais ! J’ai décidé d’apprendre le polonais, même si c’est une langue difficile, surtout avec les déclinaisons… La langue polonaise me permet d’avoir une connexion spéciale avec le public et une interaction lors des concerts. Le rapport à la voix bien sûr est différent en polonais de par sa mélodie et cela me plait énormément. J’ai commencé à prendre des cours de polonais à Lyon, avant de venir vivre en Pologne, je continue encore avec un prof particulier.

Grâce à mes origines italiennes je chante facilement en italien. Ce n’était pas vraiment facile au début avec la langue polonaise… ça m’a pris un peu plus de temps pour gérer.

J’essaie maintenant d’intégrer du polonais dans mes chansons, c’est un petit clin d’œil et un échange entre nos deux pays. D’ailleurs je trouve que cette langue a certains reflets italiens, c’est sûrement dû à son histoire…

Je ne peux pas vous parler de mes influences sans citer de très grands musiciens et paroliers : Jacek Cygan, Bogdan Holownia, Wieslaw Przadka, Piotr Wrombel ou Jarek Malys, des rencontres extraordinaires et fructueuses tant sur un plan artistique qu’humains.

 

A quelles occasions avez-vous rencontré Jacek Cygan et Bogdan Holownia ? Ont-ils une influence dans votre carrière musicale encore aujourd’hui ?

Quand je me suis installé en Pologne, je suis tombé sur une chanson intitulée  C’est la vie - Paryż z pocztówki sur un texte de Jacek Cygan interprété par Andrzej Zaucha, très connu en Pologne. Cette chanson m’a séduit, je l’ai traduite en français et je l’ai enregistrée.

A la suite de cela, Jacek Cygan m'a contacté quelques mois plus tard et de notre rencontre a débuté  une belle coopération sur plusieurs projets, entre autres, Le petit Triangle de Weimar.

Une autre rencontre importante fut celle avec Bogdan Holownia virtuose de piano qui m’a fait découvrir des grandes chansons polonaises, les mélodies étant tellement belles que j’ai encore eu envies de les traduire pour les comprendre.

Finalement je suis tombé amoureux de ce patrimoine de la chanson polonaise et naturellement j’ai intégré ces chansons dans mon répertoire afin de les faire découvrir au public francophone. Je suis l'un des premiers Français à avoir traduit des chansons polonaises pour les chanter en français.

Quelle est votre recette Chris, qu'est qui vous démarque ?

Comme je viens de vous l’expliquer, je présente depuis 2015  en français la culture musicale polonaise.

En fait, mon univers est « arômantique » (rires). Je suis passionné de gastronomie, d’arômes, j’aime quand les choses ont du goût. Voici mes ingrédients : dans mes chansons, je mets une pointe de romantisme à la sauce française, saupoudré d’Italie sur une base polonaise, c’est ma recette !

Vous avez plusieurs cordes à votre arc vocal ! Pouvez-vous nous expliquer comment vous articulez votre carrière de chanteur dans différents registres, de compositeur, de coach vocal, sans parler des projets que vous portez ?

Alors oui effectivement j’ai plusieurs projets artistiques en 2022.

Je prépare mon album solo avec des compositions originales dont certaines sont écrites en collaboration avec Arnold Pellegrini (du groupe DIVINO), accompagné de formidables musiciens comme Agata Zamirska, Wieslaw Przadka, Stefan Stefaniak, Piotr Wrombel, Łukasz Makowski. Le style sera plutôt « variété pop », même si je n’aime pas me mettre dans des cases.

Ensuite, il y a mon projet de chansons polonaises en français tirées du patrimoine des grands maîtres de la chanson polonaise : Przybora et Wasowski, sur lequel je travaille depuis 3 ans déjà, avec René Koelblen, pour la traduction de textes vers le français. Nous le proposerons et l’emmènerons en France, à Paris et dans différentes villes de l’Hexagone, afin de faire connaitre ces grandes figures musicales polonaises. Ce projet (plus d’une dizaine de titres) présentera une belle histoire de la poésie polonaise. D’ailleurs j’en profite pour lancer un appel : nous recherchons encore des partenaires, alors n’hésitez pas, si vous souhaitez soutenir des artistes et la culture franco-polonaise... Je vous invite d'ailleurs déjà à l’avant-première, le 16 juillet 2022, à Prom Kultury à Saska Kepa, à Varsovie.

Et enfin, je propose des stages de coaching vocal et des cours de chant à Varsovie. Mon ami, Richard Cross m'a récemment sollicité afin de représenter son école en Pologne. Nous allons ouvrir une structure à Varsovie, afin de développer sa pédagogie. Nous y proposerons, dans un premier temps, du coaching voix tout public, afin de faire découvrir le travail de la voix parlée ou chantée à tous ceux qui le souhaitent.

 

Chris Schittulli
Chris Schittulli durant une séance de coaching 

 

Dans un deuxième temps nous proposerons également pour les chanteurs plus confirmés et qui veulent devenir coach vocal une formation comprenant des séminaires sur une période de 10 mois, à raison de 2 journées par mois. Je vous dirai tout en temps voulu… Des journées et des stages seront également proposés en cours de travail, consacrés à la découverte de sa voix parlée. Nous nous adresserons à des avocats, chefs d'entreprise etc.

 

Notre voix, notre signature vocale, révèle-t-elle plus de choses sur nous que notre apparence ?

La voix est le miroir de l'âme, et révèlent beaucoup d'aspects de notre personnalité, la voix comme je le disais au début, est vecteur d’émotions, et c'est pour ces raisons qu'il est important de faire face à sa voix.

J’accompagnerai en coaching la voix chantée et la voix parlée. Il est important de maîtriser l’aspect technique de sa voix, la respiration, la hauteur, les vibrations, le débit..., cela peut permettre de mieux faire passer un message professionnel à son interlocuteur, mieux négocier un contrat, gagner en autorité et en ancrage face à ses équipes.

J’en profite pour rajouter qu’il ne faut jamais dire à quelqu’un qu’il chante faux, tout le monde peut chanter juste, croyez-en mon expérience de prof, on peut toujours vous remettre sur la bonne voix !

 

Quelle est votre actualité en ce moment ?

Nous avons donné le 10 avril dernier un concert au profit de l'Ukraine, avec plusieurs artistes de Varsovie, un autre concert au profit de l'Ukraine sera proposé également le 4 juin 2022 à Konstancin avec le Rotary Club Konstancin-Varsovie, l’Association UFE Pologne sous le patronage de l’Ambassade de France et l’Institut Français. Et le 16 juillet, il y aura l’avant-première du projet Przybora et Wasowski à Paris à Prom Kultury Saska Kepa (Varsovie) en collaboration avec la ville de Varsovie.

 

Pour suivre Chris Schittulli 

Facebook

Son site officiel

Le contacter

Sa chaine Youtube 

 

 

 

Que pensez-vous de la chanson qui représentera la France à l'Eurovision 2022 ?
Choices
benedicte mezeix

Bénédicte Mezeix

Directrice et rédactrice en chef du site lepetitjournal.com/Varsovie, j'ai une longue expérience dans les médias : télévision, radio, presse écrite francophone et spécialisée. Mon premier voyage en Pologne date de 2010.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale