Le monde de l’art secoué après le licenciement du directeur du Musée d’Art de Łódź !

Par Kamil Organa | Publié le 10/05/2022 à 00:00 | Mis à jour le 11/05/2022 à 17:18
Photo : Siedziba Muzeum Sztuki w Łodzi fot. Mietek Ł Wikipedia
Siedziba Muzeum Sztuki w Łodzi fot. Mietek Ł

Le directeur du Musée d’Art de Łódź, Jarosław Suchan, a été licencié fin avril. Une affaire qui retentit au-delà des frontières polonaises. La gestion des institutions culturelles est pointée du doigt : un certain nombre de musées suspectés d'avoir un discours trop favorable envers les minorités (LGBT,  transgenre, etc.) sont régulièrement mis au pas. Qu’en est-il à Łódź ? Retour sur les faits.

 

Le Pis affirme avoir suivi la réglementation, l'opposition crie au scandale !

Il y a deux manières d'envisager la situation liée au licenciement du directeur du Muzeum Sztuki de Łódź Jarosław Suchan, peut-on lire sur Pulshr.pl. Le parti au pouvoir (PiS) affirme que le changement de directeur par intérim a été effectué conformément à la réglementation. Le directeur Suchan a occupé son poste jusqu'à la fin du mandat pour lequel il a été nommé. L'opposition, en revanche, estime que la procédure de licenciement du directeur Suchan et tout le contexte de cette situation ne sont qu'un vaste scandale.

Selon Małgorzata Kidawa-Błońska, vice-présidente du Sejm, toutes les personnes qui ont une autorité et des réalisations scientifiques, ainsi qu'une reconnaissance dans le monde, sont licenciées en Pologne, et sont remplacées par des inconnus, généralement incompétents.

Elle attend de la commission de la culture "une explication du ministre, et qu'il s'arrête enfin dans cette folie" - le ministre Gliński qui semble ne pas tolérer l’art contemporain et encore moins l'avant-garde.

 

Trouver un directeur avec lequel il serait "plus facile de travailler" et plus favorable à l'idéologie

Le site wprost.pl revient sur la situation : en novembre dernier, le ministère de la culture et du patrimoine national et le bureau du maréchal de la voïvodie de Lodz n'ont pas prolongé le contrat de son directeur. Depuis le 1er décembre 2021, M. Suchan est donc directeur par intérim. Il avait été annoncé qu'un concours serait organisé pour ce poste, car il fallait trouver un directeur avec lequel il serait "plus facile de travailler" et plus favorable à l'idéologie. Cependant, la compétition n'a jamais eu lieu...

e-teatr.pl souligne que le licenciement soudain et non annoncé de Jarosław Suchan du poste de directeur, l'absence de consultation de la nomination avec les syndicats, l'absence d'une déclaration explicite sur la date et la formule du concours pour le poste de directeur, sont des fautes du ministre de la Culture et que le parti Droit et Justice subordonne d'autres institutions.

 

Andrzej Biernacki, nouveau directeur par intérim pour succéder au directeur devenu directeur par intérim le 1er décembre 2021... vous suivez ?

Andrzej Biernacki a été nommé directeur par intérim du Musée d'Art de Łódź, a annoncé le ministère de la Culture et du Patrimoine national. Il remplace Jarosław Suchan, qui a dirigé pendant seize ans, l'institution. Son contrat a expiré le 30 novembre 2021 et n'a pas été prolongé, est-il relaté dans kultura.gazetaprawna.pl.

« Je ne me débarrasserai pas de l'art conceptuel qui a été acquis pour la collection et qui est actuellement exposé », a déclaré Andrzej Biernacki au quotidien Gazeta Wyborcza, rajoutant :

« Cependant, j'ai l'intention de diversifier l'offre en introduisant de nouvelles narrations. Personne n'a dit que vous deviez uniquement vous occuper d'art pro-environnemental, de genre ou queer promu par les institutions culturelles occidentales. »

 

Un musée fondé en 1925 qui figure parmi les meilleurs musées d'art moderne au monde

Le Muzeum Sztuki - Musée d’Art a été fondé en 1925 et c'est l'un des premiers musées d’avant-garde au monde. Créé à l’initiative de Władysław Strzemiński, entre autres, représentant du constructivisme en Pologne et fondateur du groupe A.R. (Artistes révolutionnaires). Plus tard, Ryszard Stanisławski, directeur du Musée dans les années 1966-1992, le définissait comme "muzeum jako instrumentu krytycznego" qu'on peut traduire en français par un musée comme instrument critique, preuve que l'avant-gardisme est son essence même. Cet espace a marqué l’histoire de l’art contemporain en Pologne et au delà.

Un argument mis en avant dans l'article de e-teatr.pl qui explique également que, grâce à Jarosław Suchan, le musée d'Art de Łódź appartient au prestigieux réseau CIMAM, qui rassemble les meilleurs musées d'art moderne du monde. Sous sa direction, de nombreuses expositions et manifestations internationales ont été organisées, la collection a été enrichie et des investissements fructueux ont été réalisés. Le monde de l'art craint que ce changement ait un impact très négatif sur le musée, tant en Pologne qu'à l'international.

 

Le décryptage de la rédaction, par Bénédicte Mezeix 

Une tactique qui n'est pas nouvelle : des directeurs à la tête d’Institutions, liés à l’ancien pouvoir - quel qu'il soit, sont limogés et remplacés par des membres du nouveau pouvoir - PiS en l'occurrence en Pologne.

Nicolas Maslowski, politologue et directeur du Centre de civilisation française et d’études francophones (CCFEF), lors d’une interview accordée à lepetitjournal.com/varsovie, publiée le 25 janvier 2022 était revenu longuement sur ce phénomène : « (…) la révolution peut servir également d’ascenseur social. Nous pouvons déjà observer un certain nombre de sympathisants ou de membres du parti qui réussissent à progresser très vite dans leur carrière, par leur attachement, leur fidélité au mouvement, ou après avoir rejoint les rangs des fidèles du PiS. C’est en cela que c’est révolutionnaire puisqu’il y a eu de grands changements dans la télévision publique, par exemple (Telewizja Polska, TVP), dans le milieu de la justice, certaines entreprises. Il y a un changement de décideurs sous l’influence de l’appartenance politique. », expliquait-il dans l'article, Pologne, la rentrée politique chaotique décryptée par Nicolas Maslowski, politologue.  

 

L'art du pouvoir

L’histoire a accolé bon nombre d’adjectifs à l’art, le qualifiant tour à tour, de subversif, dégénéré, officiel ou d’état. Les relations entre art et politique ont toujours été complexes et soumises à des tensions, voire des rapports de force plus ou moins violents. De part sa liberté et son absence (totale) de limite ainsi que sa simple force d’évocation, l’art devient facilement un outil politique – avec l’accord ou non des artistes, qui peuvent être instrumentalisés. 

Bref, le licenciement du directeur du Musée d’art de Łódź, Jarosław Sucha est-il une forme de censure afin de bâillonner des artistes, des visions et des courants qui ne s’inscrivent pas dans la narration de PiS ? 

Kamil Organa

Kamil Organa

Kamil est étudiant à l'Université de Technologie de Łódź. Il aime le sport, pratique l'aïkido depuis 12 ans, s'intéresse à l'astronomie, à l'histoire, au dessin et est passionné par sa ville.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale