Samedi 26 septembre 2020

L’Espagne en état d’alerte : un point sur la situation

Par Paul Pierroux-Taranto | Publié le 14/03/2020 à 11:53 | Mis à jour le 08/04/2020 à 04:21
Espagne coronavirus

La pandémie de coronavirus affecte chaque jour davantage l’Espagne. Selon le ministère de la Santé, plus de 4000 cas sont déjà confirmés.  Face à cette situation, le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, décrète l’état d’alerte pour l’ensemble du pays ce samedi 14 mars.

 

Le décret passé par le conseil des ministres place l’Espagne en état d’alerte pour une durée de 15 jours à compter du samedi 14 mars. C’est la deuxième fois seulement depuis la transition démocratique qu’a été décrété l’état d’alerte en Espagne - avec un précédent pendant la crise des contrôleurs aériens en 2010. 

L’objectif d’un tel décret est de protéger chaque citoyen afin d’éviter la propagation accélérée du virus a insisté Pedro Sanchez qui en appelle à la responsabilité de chacun : “l'héroïsme, c’est aussi de se laver les mains et de rester chez soi”. 

En l’état, nous ne connaissons pas encore le détail des mesures prises, elles seront rendues publiques après la réunion du gouvernement. 



Les régions mobilisées face au COVID-19

Au vu du nombre sans cesse croissant de cas de COVID-19, les régions ont, elles aussi, réagi face à l’annonce de la pandémie.

Beaucoup ont annulé tous les événements publics, rencontres sportives, concerts et ont fermé la plupart des monuments aux visiteurs. De plus, tous les commerces sont d’ores et déjà fermés dans la capitale à l’exception des pharmacies, des supermarchés et des magasins d’alimentation.   

Dans la région de Valence, Alicante a bloqué tous ses accès aux plages, aux jardins publics et aux zones de jeu pour les enfants. Il en est de même pour les plages de Gandia, Cullera, Sagunto et Alboraya dans la province de Valence. 

En ce qui concerne les mesures sanitaires, 846 professionnels de santé vont rejoindre les équipes déjà en place et le nombre de lits dans les hôpitaux va augmenter.    

 

Comment réagit la population ? 

 

Espagne coronavirus
crédit photo : Daria Podolkhova

 

Pour qui vit à Valence, ce qui est mon cas, l’annonce a eu un retentissement certain auprès de la population. Les rues et les commerces se sont vidés depuis l’arrêt des fallas. Sans pour autant céder à la panique, force est de constater que les habitants achètent en grande quantité des aliments de première nécessité : pâtes, riz, lentilles et autres féculents. 

Lola, caissière dans une chaîne connue de supermarché espagnol, me faisait part de son incrédulité lorsqu’elle a vu hier la file d’attente des clients dès 8h du matin. “Si tu veux trouver des oeufs et des pâtes, il faut te lever tôt et attendre longtemps” me disait-elle. “Personnellement, je ne suis pas inquiète… mais je n’ai jamais vu ça! Et à la fin, on finit par faire de même”. 

Encore une fois, il ne n’agit pas d’être alarmiste, bon nombre de valenciens semblent prendre cette annonce avec recul et philosophie et les supermarchés assurent être préparés face à cette augmentation subite de la demande. 

En attendant des mesures plus précises, le ministère de la Santé recommande de rester le plus possible chez soi et de suivre les conseils de santé publique. Se laver les mains, c’est aussi protéger les autres et contribuer à réduire la propagation du virus. 

 

 

Paul Pierroux-Taranto

Paul Pierroux-Taranto

C'est enthousiaste et motivé que ce jeune Français, Valencien de coeur et d'origine, qui a travaillé dans le domaine de l'écriture et de la communication à Paris, rejoint lepetitjournal.com/valence en tant que rédacteur en chef.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Laura sam 14/03/2020 - 12:48

Intéressant et inquiétant

Répondre
Commentaire avatar

Gilbert de Bastia ! sam 21/03/2020 - 19:19

je suis très inquiet car, j'ai ne amie très proche avec sa fille ,qui craint que, sa fille soit malade , et de plus , elle n'a plus d'argent pour acheter de quoi se nourrir elle et sa fille !! comment peut-elle faire pour recevoir de l'aide ?

Répondre

Expat Mag

Francfort Appercu
INTERVIEW

Philippe Jacq : « Le théâtre est un grand vecteur de culture »

Ses apparitions remarquées sur le petit écran et au théâtre en France et en Allemagne ne nous ont pas laissés indifférents. Il revient sur scène avec « Le Bonheur » à Francfort et Wiesbaden. Entretien