Mercredi 20 février 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Portes ouvertes du LFV : à la découverte de l’éducation à la française

Par Shirley SAVY-PUIG | Publié le 27/11/2018 à 23:09 | Mis à jour le 27/11/2018 à 23:43
Photo : ©LPJV
Le couloir des maternelles

Samedi 24 novembre avait lieu la matinée portes ouvertes du Lycée français de Valence. Plus de 130 familles se sont déplacées pour découvrir l’établissement de Paterna.

 

Une équipe motivée pour accueillir les familles

L’équipe pédagogique et administrative ainsi qu’une vingtaine d’élèves-guide avaient donné rendez-vous au soleil ce samedi pour recevoir de nombreuses familles curieuses d’en savoir plus sur l’enseignement « à la française » proposé par le lycée.

Accueillies par des élèves qui s’étaient portés volontaires pour venir une samedi matin à l’école, les familles réparties en petits groupes ont pu découvrir les différentes salles de classe.

Dans le bâtiment des tous petits, les professeurs des écoles mais aussi les ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) ont répondu aux questions des parents aussi bien en français qu’en espagnol. C’est notamment le cas d’Ana Llavata, une des onze ATSEM ou educadora de maternelle, qui ce matin-là fait découvrir la salle de motricité, explique les journées-types des petits élèves et répond à leurs questions : « En général, les parents posent des questions sur l’organisation, les horaires, les activités du mercredi ou s’ils font la sieste à l’école ».

les institutrices ont répondu aux questions des parents
Les institutrices ont répondu aux questions des parents

La visite se poursuit avec les classes des primaires puis celles du collège, les bibliothèques largement remplies des classiques de la littérature française et espagnole, et surtout les salles de science et les laboratoires où des élèves de 6e et de 2nde reproduisent des expériences réalisées en classe sous la vigilance de Florence Gomina, professeur de physique pour le collège et le lycée : « Cela permet aux parents de voir ce qu’il se passe dans le système français au niveau expérimental puisque nous commençons les manipulations scientifiques très tôt. Les parents sont d’ailleurs souvent étonnés que les élèves commencent aussi jeunes, à 11 ou 12 ans à réaliser de telles expériences. »

l'expérimentation est au coeur de la méthode française

Un peu plus loin, dans le département de technologie, c’est le réseau de l’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger) et son maillage dense d’établissements répartis à travers le globe qui est présenté aux parents. C’est au niveau de ce département technologique que Titouan Augié, élève-guide, accueille les familles : « mon rôle c’est d’expliquer et de sensibiliser les gens à l’utilité de la technologie et montrer ce qui est enseigné dans notre lycée, la valorisation que l’on a envers cette matière. Je me suis porté volontaire car c’est un domaine que j’apprécie particulièrement. »

Titouan Augié, élève du Lycée Français de Valencia et guide d'un jour
Titouan Augié, élève du Lycée Français de Valencia et guide d'un jour

 

Répondre aux questions des familles

Les familles venues ce samedi assister à cette matinée portes-ouvertes provenaient de différents horizons, signe de l’attractivité de l’éducation à la française. Si pour certaines, cette visite ne fait que confirmer leur souhait de scolarisation, pour d’autres elle permet de lever le voile sur certains aspects pédagogiques, d’infrastructures mais aussi de permettre à leurs enfants d’avoir un premier contact avec l’établissement.

Pour les familles locales, le lycée de Paterna est une porte d’entrée sur la culture française. Pour les familles françaises expatriées en revanche, l’établissement permet de retrouver à Valence un système éducatif qu’ils ont connu lors de leur scolarité en France. C’est le cas notamment de Julie et de Fabien qui s’interrogent sur l’éventuelle scolarisation de leur fille en CP l’année prochaine : « Nous voulons partager avec notre fille notre culture, notre éducation, ce que nous avons appris. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas le faire car elle nous chante des comptines en Valencien que nous ne connaissons pas et elle rapporte des livres que nous ne pouvons pas lui lire… Cela nous frustre énormément. »

beaucoup de questions pour les parents

Le bilinguisme et la langue parlée restent les principales préoccupations des familles francophones installées à Valencia. Stéphane, un papa belge rencontré au détour des couloirs du Lycée, nous l’explique : « Le Français étant ma langue maternelle, nous regardons pour scolariser notre fille en primaire l’année prochaine en primaire car elle a fait sa scolarité en espagnol jusqu’à présent. Très clairement, nous avons le choix entre l’école allemande car ma compagne est Autrichienne, une école espagnole ou le Lycée français. Nous préférerions qu’elle aille à l’école dans l’une de nos langues, et nous nous sommes plus ou moins décidés sur le Lycée français même s’il est un peu plus loin du centre-ville de Valence. »

Nous vous recommandons

Shirley Photo Pro

Shirley SAVY-PUIG

Responsable d'édition - Parisienne de naissance mais Valencienne d'adoption depuis sa plus tendre enfance, cette touche-à-tout aime mettre en lumière la culture espagnole et les personnalités francophones de talent.
0 Commentaire (s)Réagir

Fallas 2019

FALLAS 2019

Pere Fuset – Rencontre avec le Président de la Junta Central Fallera

Il n’est pas possible de parler des Fallas sans évoquer Pere Fuset. Depuis 2015, il est le président de la Junta Central Fallera, comité organisateur de ces fêtes valenciennes spectaculaires.