Samedi 24 octobre 2020

Esto es Mestalla ! (Valencia CF 5 - 0 Malaga)

Par Francisco Puig Diaz | Publié le 19/09/2017 à 23:50 | Mis à jour le 10/10/2017 à 12:35
Photo : © www.valenciacf.com
Les joueurs de Valence célèbrent un de leur but lors de la rencontre face à Malaga à Mestalla

Les supporters venus à Mestalla ce mardi ont vécu une soirée magique. Si la première mi-temps aurait pu laisser un goût aigre-doux, la seconde a été un récital de football offensif de la part des joueurs de Marcelino. Mestalla n'avait pas vu autant de buts depuis février 2016.

Lato virevoltant, Carlos Soler décisif.

Marcelino l’avait annoncé, il ferait tourner l’effectif dès que possible. Ce soir, pas de Gaya sur le flanc gauche de la défense mais un Lato qui a donné le tournis à ses adversaires.

Lato a fait forte impression sur le flanc gauche de la défense
© www.valenciacf.com

Malaga misait sur la pointe de vitesse de Diego Rolan pour mettre à mal la défense Che. Mais c’est bien le FC Valence qui prenait le contrôle de la rencontre au fil des minutes. Les incursions répétées de la paire Guedes-Lato sur la gauche apportaient du danger, mais c’est sur un centre de Carlos Soler sur la droite que Santi Mina trompait Roberto d’une tête décroisée (1-0, 16e minute).

Largement dominateurs, les Ches ne parvenaient pas à tuer le match. Zaza loupait un but tout fait à la 29e minute et tout le stade réclamait un penalty au lieu de blâmer l’attaquant Italien.

Ce manque de mordant aurait pu coûter cher au blanquinegros. Malaga reprenait du poil de la bête et se procurait plusieurs occasions franches, mais Neto se montrait impérial sur sa ligne, signant des arrêts spectaculaires.

Zaza, un Italien qui vous veut du bien

Marcelino ne voulait surement pas reproduire le schéma de sa première face à Las Palmas : dominer mais sans plier le match. Force est de constater qu’il a su trouver les mots pour rebooster son attaquant Italien.

Car c’est un tout autre match auquel nous avons assisté en 2e mi-temps. Les supporters voyaient leurs joueurs se montraient plus agressifs, et se battaient sur chaque ballon. Et pendant 10 minutes d’un football que Mestalla n’avait plus connu depuis très longtemps, Zaza signait un triplé magistral, le premier de sa carrière. Tout d’abord en reprenant un centre de Soler (2-0, 54e), puis un autre de Montoya d’une tête plongeante fabuleuse (3-0, 60e). L’attaquant Italien faisait définitivement oublier sa bévue de la première période en croquant un ballon bataillé par Santi Mina (4-0, 63e).

Zaza a livré son meilleur match sous le maillot valencien
© www.valenciacf.com

Marcelino pouvait faire tourner son effectif en vue des prochaines échéances à venir. Kondogbia, Zaza et Dani Parejo sortaient sous les acclamations de tout en stade, remplacés par Pereira, Rodrigo Moreno et Maksimovic.

Les 3 remplaçants ont livré une bonne partition, ponctué d’un golazo de Rodrigo Moreno, sur une talonnade vicieuse du Portugais Guedes. 5-0, score final. Valencia n’avait pas marqué autant de but à domicile depuis février 2016 et une victoire face au Rapid de Vienne (6-0).

La défaite de trop pour Michel ?

Lors de la conférence de presse d’après-match, l'entraîneur de Malaga était affecté par la défaite. “Ce début de Liga est très dur pour nous. On a fait une bonne première mi-temps, mais le 2e but nous a tout simplement tué.”

Lorsque les journalistes andalous lui ont demandé s'il comptait démissionner, sa réponse était claire : “Je ne me pose pas de question pour la suite. Pour l’instant je vais continuer à faire mon travail. C’est à la direction du club de prendre cette décision. Je ne vais pas quitter mon poste et je ne compte pas le faire.

Marcelino, a mis en avant le travail de ses attaquants : “Je sais que depuis le début de la saison, beaucoup se posent des questions sur notre attaque. Ils n’ont jamais perdu ma confiance. Aujourd’hui on a eu les occasions, l’efficacité et la réussite. Je ne peux pas vous garantir qu’on en mettra autant à chaque match. Mais le plus important ce soir, c’est que l’on a fait plaisir à nos supporters”.

Après un tel match, comment l'entraîneur va-t-il faire pour que ses joueurs gardent la tête froide ? : “Je vais faire ce que j’ai toujours fait : rester le même. L’essentiel pour moi, c’est le dialogue, la rigueur et l’exigence. J’ai toujours fait comme ça. On a encore beaucoup de travail. Nous sommes invaincus après 5 rencontres. On doit continuer dans cette voie. On doit surtout progresser si on veut rester dans la partie haute du tableau. Pour notre prochain match face à la Real Sociedad, il va falloir jouer à un très très haut niveau. On a encore beaucoup de travail pour la suite de la saison.”

22089717_10155735495175477_7302706872380432125_n

Francisco Puig Diaz

Né à Paris d'un père de la région Valencienne et d'une mère des Canaries, Francisco à baigné dans la culture hispanique et valencienne depuis son plus jeune âge. Il adore le football, le cyclisme et les Fallas.
0 Commentaire (s)Réagir