Jeudi 20 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MA VIE DE TOURISTE – Eli et Eliane

Par Syrielle Mejias | Publié le 23/08/2017 à 23:00 | Mis à jour le 25/08/2017 à 06:21
Photo : ©LPJValence_SM
Eli Eliane

Pendant la période estivale, notre rendez-vous hebdomadaire, Ma Vie d'Expat, cède sa place à Ma Vie de Touriste. Chaque semaine, une personne ou une famille nous explique pourquoi ils passent leurs vacances dans la Région Valencienne et ce qui leur plaît. Cette semaine ce sont Eli et Eliane qui nous parlent de leurs vacances entre Cullera et Valence.

Eli et Eliane sont originaires d'Avignon. Accompagnés par leur fille Alexia, de 13 ans, ils se rendent régulièrement en Espagne en famille et plus précisément dans la Région Valencienne qu'ils connaissent depuis plus de 20 ans.

Lepetitjournal Valence : Vous venez souvent en vacances en Espagne ?

Eli : Nous y venons tous les trois ans à peu près. En fait, mes parents sont de la Région Valencienne, j'ai donc passé une partie de mon enfance ici, pendant les vacances.

Vous allez donc à chaque fois dans la Région Valencienne ?

Eli : Nous venons toujours dans cette région de Valence parce qu'une partie de ma famille vit à Cullera, à une trentaine de kilomètres de Valence. C'est là que sont mes origines et j'adore l'endroit. C'est très varié, tout en étant touristique, aussi.

Eliane : J'aime aussi beaucoup revenir à Valence. J'adore la ville, me promener dans les rues, découvrir des ruelles et des monuments. Je ne m'en lasse pas. Chaque fois que nous venons dans la région, nous terminons par une visite de la ville de Valence.

Vous avez vraiment l'air amoureux de la Région Valencienne ...

Eli : Ah oui, j'ai toujours adoré cette région ! On y découvre toujours plein de choses. Dernièrement, nous avons trouvé des champs de kakis. Apparemment, les producteurs espagnols se sont récemment mis à produire ces fruits pour les exporter en Europe. C'est une nouveauté qui montre que la région évolue.

Est-ce que Valence est très différente de Cullera, la ville où votre famille a une maison ?

Eliane : Ce n'est pas du tout la même chose. La ville de Cullera est vraiment axée sur la plage et la montagne. Alors que Valence n'a rien à voir, c'est une grande ville avec de beaux monuments.

Alexia: Il y a beaucoup plus de monde dans les rues de Valence ! A Cullera, il y a des gens à la plage mais personne en ville.

Eli : A Valence, il y a aussi plus de touristes de nationalité différentes, alors qu'à Cullera, il y a une majorité de français qui cherchent la tranquillité.

Depuis quand venez-vous régulièrement dans la région ?

Eli : Disons que cela fait une vingtaine d'années que nous venons ensemble.

Eliane : Oui, pour toi un peu plus, mais cela fait 20 ans que nous sommes ensemble donc 20 ans que je viens ici.

Depuis les premières fois où vous êtes venus dans la région, avez-vous ressenti une évolution, un changement par rapport à aujourd'hui ?

Eliane : Ah oui ! C'est simple, la première année où nous sommes arrivés à Cullera, il n'y avait que des champs de mandarines. Aujourd'hui, ils ont été remplacés par des maisons et des immeubles.

Eli : Nous avons vu beaucoup de zones agricoles disparaitre pour l'embellissement des villes. La structure routière s'est aussi beaucoup améliorée, cela n'a plus rien à voir avec ce que nous connaissions il y a 30 ans. La région s'est modernisée, il y a eu énormément de progrès.

C'est une bonne chose selon vous ?

Eliane : Je ne sais pas.

Eli : Je dirai que oui, pour nous c'est mieux. Mais c'est sûr que cela contribue à faire perdre un peu de son charme à la région.

Vous avez dit beaucoup aimer la ville de Valencia. Comment l'avez-vous visité ?

Eli : Nous l'avons parcouru en plusieurs fois. Nous avons fait une première visite en bus touristique puis, nous l'avons parcouru à pieds. Moi, je préfère visiter en marchant, ça permet de flâner dans les rues, de regarder les monuments, les petites boutiques. C'est plus sympathique je trouve que de chercher toujours ce qui est le plus touristique.

Eliane : Et nous nous sommes dits qu'une année on essaiera le vélo. Je pense que cela doit être génial pour visiter la ville.

Que conseilleriez-vous à quelqu'un qui souhaite découvrir Valence ?

Eli : Je dirai que le mieux, c'est de flâner, de regarder et de se laisser attirer par ce que l'on trouve beau. Il ne faut pas forcément chercher à aller voir ce qu'on peut nous conseiller.

Vous aimez donc vous laisser conduire par vos envies plus qu'un guide ?

Eli : Plutôt que de suivre un guide touristique, nous avons tendance à essayer de nous imprégner de la vie d'ici étant donné qu'une partie de ma famille y vit. Après, nous visitons aussi quelques sites touristiques. Nous profitons des bonnes glaces, du bord de la mer, du soleil, de la montagne et des marches à pieds.

Alexia : Nous profitons aussi de la vie la nuit. Parfois, nous prenons des lampes vers 21h-22h et nous partons marcher dans la montagne faire une ballade.

Eliane : La ballade nocturne sur la plage c'est génial ! J'adore, je la fais quasiment tous les soirs.

Aimez-vous aussi le rythme de vie espagnol ?

Eli : Oui, ça vit le soir et la journée, il fait chaud, c'est un peu plus tranquille.

La chaleur ne vous dérange pas trop ?

Eli : Non, parce que nous sommes déjà du sud de la France. Nous venons d'Avignon, donc la chaleur ne nous pose vraiment pas de problème.

Ressentez-vous le fait que les Espagnols seraient plus ouverts que les Français ?

Eliane : Moi je dirais que c'est un cliché.

Eli : Je ne sais pas. C'est vrai que les Espagnols sont ouverts et sympathiques.

Et au niveau culinaire, que retenez-vous ?

Eliane : La glace !

Eli : Oui, la glace, la paëlla, les fruits de mer. Mais nous mangeons vraiment localement ce qu'il y a sur place, nous n'allons pas chercher absolument les plats qui sont les plus typiques.

Que pensez-vous de la Horchata ?

Eliane : Ma fille adore ça ! Moi je déteste mais elle est fan.

Alexia : C'est vraiment un goût différent du lait et c'est très bon !

Eli : Ce qui est important pour déguster une horchata, c'est de manger des fartons avec !

Et toi, Alexia, trouves-tu que c'est une région qui peut plaire aux jeunes ?

Alexia : Oui, on peut visiter les magasins, les églises ...

Eliane : Là on vient de grimper 207 marches, nous étions au clocher de la cathédrale.

Alexia : Oui et comme il était 16h pile nous avons vu la cloche bouger pour sonner l'heure. Cela nous a surpris, et les gens qui étaient juste en-dessous ont fait un bond !

C'est donc le clocher qui t'a le plus marqué ?

Alexia : Oui et l'architecture des monuments aussi qui est très jolie.

Eli : On voit bien la différence entre les époques dans l'architecture de la ville. Il y a des monuments qui sont proches qui ne se ressemblent pas du tout. Quand nous étions là-haut sur le clocher, nous pouvions voir toute la ville. Il y a de nombreux petits palais et des églises. Dans le centre historique, il y a beaucoup d'églises dans un secteur assez restreint. On voit bien que c'est un pays très religieux.

Pour conclure, plutôt Cullera ou plutôt Valence ?

Eliane : Nous aimons beaucoup les deux. C'est pour cela que je le disais juste avant, lorsque nous venons dans la région, il faut obligatoirement que nous terminions en passant une journée à Valencia : c'est indispensable à nos vacances !

Vous êtes en vacances dans la Région Valencienne ? Vous la découvrez pour la première fois ou au contraire, cela fait des années que vous revenez et elle n'a plus de secrets pour vous ? Vous souhaitez témoigner de votre expérience en tant que touriste dans cette région ? Contactez-nous à l'adresse suivante : valence@lepetitjournal.com

 

IMGP6883

Syrielle Mejias

Journaliste en formation au CFJ après une double licence d'Histoire et de Science Politique à Paris 1. Toujours en vadrouille, à la recherche de curiosités et de lieux insolites à vous faire découvrir.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Valence

IDÉE SORTIE

Une nuit blanche à Valencia

Pendant de très nombreuses années, Valencia fut l’épicentre de la fête avec la célèbre Ruta del Bakalao. Il n’était pas rare de partir prendre un verre le jeudi soir et de rentrer quatre jours plus...

Expat Mag

Istanbul Appercu
LITTERATURE

Simla Ongan : traductrice, une vie à crédit

Lancée sur le chemin de la traduction par son ancien professeur de français, Simla Ongan a traduit de grands noms de la littérature française, comme Louis-Ferdinand Céline ou Michel Tournier. Mais la