TABAGISME - Femmes, cigarettes et marketing

Par Lepetitjournal Turin | Publié le 31/05/2010 à 00:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 15:16

Depuis une vingtaine d'années, le 31 mai est une Journée mondiale sans tabac. Cette année, l'accent est mis sur les relations entre les femmes et le tabac. Il y a quelques jours, l'Istituto Superiore di Sanità a publié les dernières statistiques portant sur le tabagisme en Italie

Les statistiques italiennes sont à la fois rassurantes et alarmantes. Rassurantes, parce que le pourcentage des fumeurs est en nette diminution. Aujourd'hui, en Italie, ils sont au nombre de 11,1 millions, ce qui représente 21,7% de la population. L'année dernière, 13 millions de fumeurs avaient été recensés. Alarmantes, car quand on regarde les chiffres de plus près, on aperçoit deux tendances très négatives : tout d'abord en ce qui concerne le tabagisme chez les jeunes, car 21,9 % des 15 - 24 ans sont fumeurs et 74 % d'entre eux ont pris goût à la cigarette "pour faire comme les autres" sur les bancs de l'école. Ensuite, parce que si de moins en moins d'hommes fument, il n'en va pas de même pour la population féminine. Ainsi, il y aurait en Italie 5,9 millions d'hommes fumeurs contre 5,2 millions de femmes. Ces tendances rappellent le cri d'alarme lancé par l'Organisation mondiale de la Santé, selon laquelle à l'échelle mondiale les femmes représenteraient 20 % de la population des fumeurs alors que dans certains pays les femmes et surtout les jeunes filles fumeraient de plus en plus, avec des pourcentages qui tendent à rattraper ceux de la population masculine concernée. Parallèlement, on constate une augmentation des infarctus du myocarde, des accidents vasculaires cérébraux et des maladies respiratoires liées au tabagisme au sein de la population féminine.

Aujourd'hui, ce n'est plus la nicotine qui fait les héros !
Les gommes, les sprays, les patchs, rien ne manque en Italie pour aider ceux qui désirent arrêter de fumer. De plus en plus de fumeurs s'adressent également aux techniques de médecine parallèle (acupuncture, homéopathie, voire hypnose) pour trouver une solution. Enfin, pour ceux qui veulent le goût de la cigarette, l'aspect de la cigarette et le plaisir de la cigarette sans les risques, il existe une curieuse innovation : la cigarette électronique sans nicotine, sans tabac, sans goudron, constituée d'une cartouche remplie d'un liquide contenant de l'eau distillée et un arôme artificiel de tabac. En aspirant, le fumeur active un atomiseur qui mélange le liquide avec l'air. Ce mélange est relâché ensuite sous forme de vapeur, donnant l'illusion de la fumée. Une diode rouge à l'extrémité de la cigarette électronique donne l'illusion de fumer une vraie cigarette. Les spécialistes s'interrogent malgré tout, car s'il est sûr que le liquide inspiré ne contient aucune des substances cancérigènes propres aux cigarettes classiques, la composition du mélange inhalé ne convainc toujours pas. Quoi qu'il en soit, il n'est jamais facile d'arrêter complètement de fumer. En Italie, 27,1 % des fumeurs ont déjà arrêté de fumer au moins une fois dans leur vie, et peu d'entre eux résistent au-delà d'un an?
Christine Correale (www.lepetitjournal.com ? Turin) lundi 31 mai 2010

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Turin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale