Mercredi 23 mai 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Quatre femmes pour un raid Amazones

Par Julien Loock | Publié le 14/12/2017 à 08:02 | Mis à jour le 14/12/2017 à 08:14
Raid amazones 2018

C'est du 4 au 14 mars 2018 que se déroulera, au Cambodge, la prochaine édition du Raid Amazones, un raid multisports 100% féminin. Cette aventure hors du commun, pour de nombreuses femmes sportives, est aussi une opportunité unique de se retrouver entre amies dans des épreuves, où le surpassement de soi est essentiel, même si on œuvre pour une noble cause caritative. Lepetitjournal.com Tokyo a rencontré Inès Cobée, expatriée à Yokohama, qui se prépare à vivre une expérience sensationnelle avec trois coéquipières de choc.

 
Une expérience sportive aux quatre coins du monde


Course multisports créée en 2001, le Raid Amazones ne cesse de grandir en popularité auprès des femmes qui souhaitent vivre une aventure exceptionnelle dans des cadres dépaysants. Les éditions précédentes ont ainsi fait voyager les participantes de la Guyane au Kenya, en passant par Bali et la Californie. Pour la 17ème édition du Raid, la jungle environnante des temples d'Angkor sera un parfait terrain de jeux pour les 90 équipes de femmes qui participent à la course. Par deux ou par trois, chaque équipe devra faire preuve "d'un véritable esprit de cohésion", comme le souligne Inès, pour ainsi terminer chaque épreuve quotidienne, aux difficultés exponentielles. Non motorisé, le Raid cambodgien promet de beaux moments sportifs au milieu d'un cadre exceptionnel. Sur six jours, les participantes à l'épreuve devront ainsi faire face au challenge des courses VTT (88km en deux fois), des chevauchées en canoë (16km), du tir à l'arc ou encore deux treks (entre 12 et 18km) dans l'atmosphère moite de la jungle cambodgienne.

 

Raid Amazones Cambodge


Avec des réveils matinaux entre 4 et 5 heures du matin, les sportives auront à cœur de prendre à bras le corps la difficulté des épreuves, où les élans de solidarité ne seront jamais loin. Et même si la compétition pure n'est pas le but principal de cette épopée physique, le chrono des épreuves pourra départager les équipes participantes. Et bien que les bonus permettent d'obtenir des petites aides bienvenues, les malus planeront également au-dessus des têtes des sportives. Cela reste une compétition bien entendu. Ainsi un manque de respect, une entraide ignorée ou encore une gestion bancale de l'équipement peuvent entraîner un retrait de précieuses minutes sur le chrono. Mais pour les deux équipes dont fait partie Inès, le but de cette épreuve humaine est de "se surpasser ensemble et de se soutenir jusqu'à la ligne d'arrivée". Pour les quatre femmes, c'est aussi une aventure de cœur pour l'association cambodgienne qu'elles représentent : Shanty Town Spirit.


Un groupe d'amies uni dans le challenge


L'amitié est née au cœur de Yokohama pour ces quatre femmes. Inès, Marion, Cathy et Mani se sont ainsi rencontrées au Japon pour ne plus jamais se quitter, du moins par la pensée. Car, à l'été 2017, Marion et Cathy ont dû quitter le Japon pour continuer leur aventure professionnelle ailleurs, respectivement en France et en Russie. Inès nous le confirme, "le sport a toujours été un fil conducteur" de leur union. Les marathons et les triathlons, ça les connaît. L'ascension du Mont Fuji aussi. Le départ de Marion et Cathy ayant changé la physionomie relationnelle du groupe d'amies, le projet commun du Raid Amazones est naturellement revenu sur le tapis. Le raid sera l'occasion parfaite pour se retrouver au Cambodge dans un contexte de passion sportive que les quatre femmes apprécient énormément. Et au-delà du sport, le désir intense d'aider une association caritative a définitivement entériné le projet. Surnommées Daru'ma (équipe 35), pour le symbole de la persévérance et de la chance de la figurine japonaise mixé avec la première syllabe de maman, et Kabuki (équipe 36), pour la référence au théâtre de danse japonais et à sa signification "sortir de l'ordinaire", les deux équipes s'apprêtent à vivre trois mois d'intense préparation. En effet, le défi commence dès l'inscription. 


Les frais de participation de la course doivent être couverts par le sponsoring et le partenariat financier : c’est un choix que s'est fixé la bande d'amies. Et pour que les quatre copines puissent entrer dans la course, elles devront s'acquitter d'un montant conséquent de 16 000 euros. Ce montant, pour deux équipes de deux, comprend la totalité des dépenses liées au projet. L’avion, comme les lieux d'hébergement et les frais pour le matériel sur place, sont  ainsi combinés en un seul paiement. La recherche du sponsoring est donc en cours et les quatre femmes se démènent littéralement pour mener à bien leur projet. Le démarchage des sponsors financiers demande une rigueur et un enthousiasme sans faille. Les sociétés Pont-Equipement et Vectra, comme les commerçants de Voisins-le-Bretonneux, ont répondu positivement à leur demande. La fine équipe donne également beaucoup de sa personne en organisant différentes actions pour récolter des fonds, comme des ventes d'objets artisanaux ou la réalisation de cours de gymnastique pour enfants à Yokohama. Au-delà de l'aspect financier, les sponsors en équipements et autres matériels nécessaires à  la course sont les bienvenus. "Des chaussures de trek, des shorts de vélo ou des trousses de pharmacie, entre autres", Inès nous liste alors les éléments essentiels à son aventure commune. Une cagnotte a été mise en ligne pour récolter les fonds nécessaires au Raid Amazones. Comme la dimension humanitaire est fondamentale, Inès, Marion, Cathy et Mani s'affairent à multiplier les dons pour pouvoir soutenir, du mieux possible, l'association cambodgienne qu'elles vont représenter fièrement lors de la course.

 

Shanty town spirit


Shanty Town Spirit : l'ultime motivation


Bien que le projet du Raid Amazones soit une épopée sportive entres amies, les quatre femmes ont comme objectif d'apporter toute leur aide, sincère et participative, à une association locale du nom de Shanty Town Spirit. Cette association cambodgienne a été créée par Ermine de Rose Norodom, une française expatriée à Phnom Penh, qui œuvre au quotidien pour la communauté appauvrie de la capitale en concentrant ses efforts sur le bidonville de Boeung Traek Town. Ce lieu doit ainsi retrouver une certaine humanité dans un environnement plus sain et sécurisé pour les familles et enfants qui y habitent à l'année. Grâce à l'aide de volontaires et à la générosité des donateurs et des sponsors, l'aide apportée par Shanty Town Spirit est tangible et permet véritablement d'améliorer la qualité de vie de cette ville dans la ville. Vingt familles sont ainsi suivies par l'association qui espère, bien évidemment, augmenter son champ d'action dans un futur proche.


Un travail important est tout particulièrement effectué sur l'habilitation et l'autosuffisance des familles du bidonville de Phnom Penh. L'équipe du Raid Amazones s'est passionnée pour cette cause caritative, qui  les touche spécialement, en tant que mères de famille. Tous les efforts pour sponsoriser leur course sont motivés par l'envie sincère d'apporter une assistance financière importante à cette association. Les donateurs privés sont également les bienvenus pour participer à cette action via une cagnotte en ligne. Car le travail quotidien de Shanty Town Spirit est colossal et demande véritablement une aide, quelle qu'elle soit. Que ce soit pour déplacer les ordures du bidonville, améliorer la gestion de l'électricité, développer les installations sanitaires, offrir les soins médicaux de base ou encore permettre aux enfants d'accéder à la scolarité, l'association cambodgienne doit multiplier ses efforts pour mener à bien sa mission humanitaire.

 
Pour en savoir plus sur le projet et aider l'association :


Page facebook des quatre amies :
@Daruma.Kabuki.Raid


Page officielle du Raid Amazones :
www.raidamazones.com


Page de l'association Shanty Town Spirit :
erminenorodom.blogspot.jp


Cagnotte en ligne pour participer au projet :
www.pikari.fr/c/yqqep0
 

Nous vous recommandons

Julien Loock

Julien Loock

Rédacteur en chef de l'édition de Tokyo depuis décembre 2016.
0 CommentairesRéagir

Communauté

CULTURE

La fascination du Japon

Le Japon est un archipel de contraste où les plus hauts buildings font de l’ombre aux temples anciens. Les traditions et l’élégance s’accordent d’une symphonie parfaite avec un développement...

Vivre à Tokyo

IMMOBILIER

World Potential, location meublée facilitée à Tokyo ! (publi-info)

Ceux qui l'ont déjà expérimenté le savent : louer un appartement à Tokyo peut se révéler un beau défi. Entre les montants exorbitants (key money, frais d'agence...), les conditions farfelues