Mercredi 26 juin 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Tokaé ou « le Cambodge autrement »

Par | Publié le 24/07/2017 à 18:15 | Mis à jour le 07/01/2018 à 05:30

 

Fabrice Bernard est le directeur de Tokaé, une agence de voyage loin d'être classique. Créée en 2012, cette structure a le positionnement particulier d'accompagner des voyageurs et non des touristes sur le territoire cambodgien. Cette offre s'adresse à celles et ceux qui sont en quête de découvertes, d'enrichissement personnel et d'aventures. Cinq ans plus tard, Tokaé a su imposer son style atypique et se retrouve même «victime» de son succès.

Fabrice Bernard a grandi en France où il a suivi des études supérieures en école de commerce. Celles-ci l'ont, par hasard, mené au Cambodge en 2001 pour un projet humanitaire dans un orphelinat au sud de Phnom Penh. Un vrai coup de c?ur s'est opéré pour le pays qui lui a également permis de rencontrer celui qui est aujourd'hui son mari, Gilles, lui aussi français. Ils rentrent tous deux en Europe où Fabrice travaille à La Chambre de commerce française en Suisse. « Pendant 10 ans, nous avons répété à qui voulait bien l'entendre qu'un jour ou l'autre nous retournerions au Cambodge même si nous ne savions ni pourquoi, ni comment, ni quand », nous confie Fabrice.

La formule Tokaé, loin du tourisme de masse

L'offre Tokaé a été construite sur une terminologie qui s'émancipe le plus possible de la notion d'agence de voyage ou de tourisme. « Le Cambodge s'adapte très bien à cet exercice-là par rapport à son histoire, à la culture, au niveau de développement qui permet encore de voir des choses vraiment différentes  de  ce  qu'on  peut voir dans d'autres pays », explique Fabrice.

Les séjours, organisés très en amont, s'effectuent sur environ deux semaines. Ils sont construits selon plusieurs facteurs. Tokaé se renseigne auprès des voyageurs sur leurs métiers, leurs hobbies, leurs précédentes excursions, leurs goûts, ce qu'ils aiment et ce qu'ils n'aiment pas pour pouvoir les orienter vers différentes destinations et donner un vrai sens à leur séjour au Cambodge.

Découverte le jour et confort la nuit, c'est la formule proposée aux voyageurs pour découvrir le Cambodge le plus loin possible du tourisme de masse. « Nous voulons les pousser un petit peu au-delà de leurs limites. Par exemple, on ne va pas s'arrêter au bord d'une rizière pour seulement regarder les paysans travailler, nous allons aller dans la rizière avec eux », nous explique-t-il. Sur Phnom Penh, lors de la découverte insolite de la ville, il est également possible de pénétrer en des lieux qui restent, en général, « non visités » et que les voyageurs ne pourraient pas trouver par eux-mêmes.

Le soir, des hôtels de charme, guesthouses ou autres solutions d'hébergement sont recommandées pour leur bon rapport qualité/ prix et pour « profiter du sentiment d'être en vacances dans un cadre sympathique », ajoute Fabrice.

« Je  n'ai  pas  du  tout  envie  de transformer Tokaé en une multinationale  du tourisme »

De l'arrivée au départ, des accompagnateurs guident les voyageurs tout au long du séjour. Ils sont européens pour assurer le niveau linguistique et ont une spécificité : aucun d'entre eux n'est issu du milieu touristique. Ce sont des photographes ou des journalistes ayant une connaissance aiguisée du pays et de nombreuses histoires à raconter,   à partager. « Nous travaillons avec trois accompagnateurs et trois collaborateurs pour la préparation des voyages, la communication et le développement de l'activité. Je n'ai pas du tout envie de transformer Tokaé en une multinationale du tourisme », explique-t-il.

 Après cinq ans d'existence et une visibilité grandissante, l'agence se retrouve victime de son succès et se voit obligée de refuser certaines demandes. Désireuse de conserver une activité très confidentielle, l'équipe Tokaé accompagne en moyenne 200 voyageurs par an. Les autres sont alors redirigés vers des agences partenaires.

La clientèle de l'agence se compose essentiellement de personnes ayant déjà beaucoup voyagé. Les vacanciers, émerveillés par les richesses culturelles, gastronomiques et intellectuelles du Royaume, ne repartent jamais indifférents. Ils ont une idée des challenges que le Cambodge doit encore affronter aujourd'hui en matière de développement économique, en matière de gestion de la circulation, de gestion environnementale. « Quand on fait découvrir un pays, on peut le faire de mille façons différentes. On fait ça avec le c?ur pour montrer le Cambodge que nous aimons», conclut Fabrice.

Site web de Tokaé

Cet article a été publié pour la première fois dans notre édition spéciale à l'occasion du 14 juillet 2017. Vous pouvez télécharger ce journal en version PDF ici.

Leïla Pelletier (www.lepetitjournal.com/cambodge) mardi 25 juillet 2017

0 Commentaire (s)Réagir