Lundi 18 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Livres en scène, les sociétaires de la Comédie française à Tel Aviv

Par Lepetitjournal Tel Aviv | Publié le 21/11/2018 à 16:18 | Mis à jour le 18/06/2019 à 10:10
Festival Livres en scène Tel Aviv

Le Festival sera un temps fort de la saison croisée France-Israël avec notamment, sur la scène du théâtre Cameri, les présences de Guillaume Gallienne, Eric Genovèse et Claude Mathieu, sociétaires de la Comédie-Française.

Créé en 2011, le Festival, entièrement bilingue, s’adresse à tous les publics. Près d’un millier de spectateurs se presse à chaque édition pour s’émouvoir, sourire, imaginer et rêver avec elles : les littératures de France et d’Israël. Depuis sa création, le festival a proposé plus d’une centaine de lectures mises en voix par une soixantaine de comédiens et avec la participation de nombreux écrivains français et israéliens.

 

Du 23 au 26 novembre sur la scène du théâtre Cameri de Tel Aviv : Une distribution éblouissante avec La Comédie Française et ses sociétaires, Claude Mathieu, Guillaume Gallienne, Eric Génovèse.

comédie française Israël

Tout au long de ces quatre journées, s’alterneront des lectures d’auteurs français et israéliens, publiés dans les deux langues : les comédiens de la Comédie Française offriront deux lectures chacun, l’une d’un auteur français et l’autre d’un auteur israélien.


23 novembre au théâtre Cameri : Claude Mathieu de La Comédie Française et Leora Rivlin, ouvriront le festival lors d’un hommage à Ronit Matalon. La Doyenne de la Comédie Française lira aussi l’Amant de Marguerite Duras : Symphonie de voix de grandes artistes féminines. Eric Génovèse de la Comédie Française prêtera sa voix au lumineux dernier roman d’Aaron Appelfeld, avec la complicité de Valérie Zenatti et Michal Govrin, Des jours d’une stupéfiante clarté, et nous fera sourire dans une lecture réjouissante de La télévision de Jean Philippe Toussaint. Guillaume Gallienne, de la Comédie Française a choisi de lire un roman époustouflant, Voyou, du jeune auteur israélien, Itamar Orlev, Prix Sapir du premier roman, sélectionné par le Prix Fémina étranger 2017.

 

Cette édition spéciale sera aussi l’occasion de découvrir une auteur dramaturge récemment installée en Israël, Sophie Jabès, avec une lecture inédite en hébreu mise en scène par Erez Shafrir, « Autant en profiter » et, évènement de ce festival, la présence de l’historien Patrick Boucheron et ses complices, les comédiens Mélanie Traversier et Christophe Brault, qu’il faut écouter nous raconter « La minute de silence ». Spectacle monté au Théâtre national de la Colline en mars dernier.

 

Le festival accueille aussi des écrivains de talent : Maylis de Kerangal pour la publication chez Kinneret de son roman, unanimement célébré en France et à l’international, Réparer les vivants. Jean Baptiste Andrea, lauréat de la première édition du Prix de la Fondation Jacqueline de Romilly sous l’égide de la Fondation de France, créé en 2017 par l’Institut français d’Israël, avec près d’une soixantaine de participants parmi les lycéens francophones et les professeurs israéliens de français. L’auteur, outre un prix en numéraire, verra son livre, Ma reine, publié en hébreu grâce à la coopération des éditions Locus.

 

Enfin, grand moment du festival : le lancement du superbe roman graphique de Camille de Toledo et Alexander Pavlenko, Herzl, une histoire européenne, simultanément avec la publication du livre en hébreu par les éditions Pardes.

Pour la première fois, le festival accueille une performance pour le jeune public, Le garçon qui avait envie d’espace, spectacle proposé par le pianiste Michaël Dian et la comédienne israélienne Tehila Nini Goldstein sur une lecture en hébreu de la nouvelle de Jean Giono sur une musique originale du compositeur Benoit Menut.

Le festival Livres en scène ne pourrait exister sans le concours généreux des traductrices et traducteurs que nous remercions ici vivement. Ce festival, recevra la jeune génération de traducteurs de l’hébreu et vers l’hébreu à leur retour de formation au Collège international des traducteurs littéraires d’Arles dans une lecture de leurs traductions « Encres fraiches ».

Beaucoup de surprises encore et une lecture époustouflante et drôle de La Recherche du temps perdu de Marcel Proust par Guillaume Gallienne clôtureront ce très beau festival.

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet