Lundi 19 novembre 2018
Téhéran
Téhéran
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Mondial 2018 – L’Iran, le petit poucet du tournoi

Par Vincent Villemer | Publié le 22/12/2017 à 11:12 | Mis à jour le 27/12/2017 à 09:29
Photo : Les joueurs iraniens ivres de joie après avoir assuré leur qualification.
iran-mondial-2018-foot

32ème au classement FIFA, l’Iran a décroché son billet pour la 5ème Coupe du Monde de leur histoire. Même s’il fait figure de petit poucet, l’Iran a l’avantage de ne pas avoir les projecteurs braqués sur lui et devra se surpasser pour espérer réaliser un exploit. Présentation de la sélection iranienne.

 

L’Iran en Coupe du Monde, ça donne quoi ?

2018 marquera la cinquième participation de l’Iran à une Coupe du Monde. Sa première remonte à 1978, avant de connaître une période creuse pendant vingt ans jusqu’à l’édition organisée en France en 1998, puis il participe à celle de 2006 et la dernière au Brésil en 2014. En revanche, les Iraniens n’ont jamais dépassé le stade du premier tour et il sera probablement très difficile de relever cet exploit au mois de juin prochain. L’Iran n’a pas été vernie lors du tirage au sort des groupes et devra affronter deux mastodontes de la compétition, le Portugal et l’Espagne, en plus du Maroc. Après, le football n’est pas une science exacte et rien n’est impossible.

 

iran-mondial-1998
Le onze iranien lors du Mondial 98 en France.

 

Des éliminatoires très réussis

Présent dans la zone Asie, l’Iran a réalisé un parcours exemplaire en restant invaincu. Deux poules de six équipes s’affrontent, les deux premiers sont directement qualifiés pour le Mondial, alors que les troisièmes se disputent une manche aller-retour pour déterminer l’équipe qui va jouer le barrage intercontinental contre le 4ème de la zone Afrique (CONCACAF). Avec 22 points en dix rencontres, les Iraniens ont sereinement validé leur ticket pour la Russie, aux côtés de la Corée du Sud, du Japon, de l’Arabie Saoudite et de l’Australie, vainqueur du barrage intercontinental contre le Honduras.

 

 

Un effectif jeune mais assez méconnu

La sélection iranienne est globalement assez jeune avec une moyenne d’âge de 26 ans, seul Jalal Hosseini, âgé de 35 ans, est le doyen de l’équipe en étant le joueur actuel le plus capé avec 109 sélections. Parmi les 32 nations qualifiées pour le Mondial, l’Iran a certainement l’effectif le plus faible sur le papier. La grande majorité des joueurs évolue dans leur championnat local qui a un niveau équivalent au National en France (3ème division). Deux joueurs sont tout de même à relever, le capitaine Ashkan Dejagah, actuellement agent libre, a longtemps joué en Allemagne du côté de Wolfsburg avec lequel il a été champion, et possède à la fois l’expérience et le talent pour guider ses troupes. Milieu de terrain complet et combatif, Dejagah sera vital pour l’équilibre de l’équipe. Enfin, le coup de cœur de cette sélection est le jeune Sardar Azmoun, 22 ans, buteur du Rubin Kazan, club russe, et fer de lance de l’attaque iranienne.

 

ashkan-dejagah-capitaine-iran-mondial-2018
Ashkan Dejagah, capitaine de la sélection.

 

Sardar Azmoun, la star locale

Azmoun est le rayon de soleil de la sélection iranienne. Toujours perçu comme un grand espoir du ballon rond, le jeune attaquant de 22 ans tient pour le moment toutes les promesses et régale autant en club avec le Rubin Kazan, que lorsqu’il enfile la tunique nationale. Il détient déjà d’excellentes statistiques en terme d’efficacité, en 30 rencontres pour son pays il a inscrit 22 buts. Présenté comme son héritier, Azmoun marche sur les pas d’Ali Daei, légende de la sélection iranienne en étant le meilleur buteur de l’histoire avec 109 réalisations. Très technique, habile des deux pieds et sèchement efficace devant le but, Azmoun est le chouchou des supporters iraniens, et c’est en lui que tous les espoirs sont placés pour espérer un exploit en Russie.

 

sardar-azmoun-iran-foot-mondial-2018
Sardar Azmoun célébrant un but lors des éliminatoires.

 

Portrait du coach

carlos-queiroz-coach-iranLe très expérimenté technicien portugais Carlos Queiroz participera à sa troisième Coupe du Monde, après avoir emmené le Portugal en 2010 et déjà l’Iran en 2014. Quatre ans après, Queiroz remet ça et permet à l’Iran d’être la première équipe de la zone Asie à se qualifier pour le prochain Mondial. L’ancien coach du Real Madrid défend un bilan honorable en terme de statistiques : depuis sa nomination en 2011, il a connu 45 victoires, 20 nuls et 10 défaites. Son vécu et son expérience dans la compétition seront d’une importance capitale pour préparer du mieux possible ses joueurs.

 

 

Poule et programme des matchs

C’est ce qu’on appelle dans le milieu du football, le « groupe de la mort ». Aux côtés du Portugal, champion d’Europe en titre, de l’Espagne, championne du monde 2010 et du Maroc, l’une des meilleures équipes d’Afrique, l’Iran n’a clairement pas été chanceux lors du tirage. Se qualifier dans une poule si compliquée relèverait d’un exploit historique. Aux Iraniens de se surpasser pour provoquer la chance et espérer une méforme de leurs adversaires directs.

 

15 JUIN 2018 – 18h00 heure locale

GROUPE B

Stade de Saint-Pétersbourg

MAROC – IRAN

 

20 JUIN 2018 – 21h00 heure locale

GROUPE B

Kazan Arena

IRAN – ESPAGNE

 

25 JUIN 2018 – 21h00 heure locale

GROUPE B

Stade de Mordovie

IRAN - PORTUGAL

vincent villemer

Vincent Villemer

Journaliste sportif radio/web. Passionné par le ballon rond, la culture urbaine et sa musique.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Téhéran

La population iranienne en première ligne face aux sanctions américaines

Heidar Fekri, 70 ans, tient une petite boutique d'équipements industriels dans le bazar de Téhéran, depuis bien avant la Révolution islamique de 1979. Mais, pour la première fois, il a peur pour la...

Sur le même sujet