Thielska Galleriet, un écrin de beauté au cœur de Djurgården

Par Lou Cercy | Publié le 02/01/2022 à 06:00 | Mis à jour le 02/01/2022 à 06:00
Photo : Vue de Djurgården depuis la Thielska Galleriet, Stockholm. © Lou Cercy
Thielska Galleriet Djurgarden Stockholm suède fenêtre vue archipel art

Tou·te·s celles et ceux qui découvrent Stockholm pour la première fois sont frappé·e·s par son délicat équilibre entre nature et culture, entre ville et espace vert. L’exemple parfait est sous doute Djurgården, grande île paisible au cœur de l’archipel. À quelques minutes de ferry ou de bus du centre-ville, elle offre une escapade loin de l’animation urbaine et constitue une destination idéale pour une balade au soleil. Mais l’île n’est pas seulement un bout de nature sauvage dans la ville, puisqu’elle accueille aussi des musées et espaces culturels, notamment la Thielska Galleriet.

 

C’est au bout de l’île, loin des célèbres musées Vasa et ABBA, qu’il faut s’aventurer pour atteindre la splendide maison construite en 1907 par Ferdinand Boberg pour Ernest Thiel. Impossible de ne pas s’émerveiller devant les murs blancs ornés de décorations bleu clair de la Thielska Galleriet. Si le jardin vaut lui aussi le détour, il faut dire que l’intérieur de la maison n’est pas en reste ! Depuis 1926, elle accueille un musée à la riche collection, où l’on peut admirer les œuvres des plus grand·e·s artistes scandinaves de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

 

Thielska Galleriet Stockholm Djurgarden maison art musée
Thielska Galleriet, Ferdinand Boberg, Stockholm. © Lou Cercy

 

Ernest Thiel, un banquier à la découverte de l’art

Qui était le fameux Thiel qui a donné son nom à la grande maison blanche et bleue ? Né en 1859 à Norrköping, Ernest Thiel ne semblait pas destiné à fréquenter les milieux artistiques et culturels. Il commence à travailler à l’âge de 15 lors d’un stage dans une banque à Hambourg, avant de revenir en Suède et d’épouser Anna Josephson. Le couple fréquente des intellectuels et écrivains, et mène une vie bourgeoise, mais stricte et rangée.

C’est en 1896 que tout change pour Ernest Thiel. La même année, il achète sa première grande œuvre d’art, Morgonstämning vid havet de Bruno Liljefors, et s’éprend de Signe Hansen, la dame de compagnie de sa femme et tutrice de leurs quatre enfants. C’est pour l’épouser qu’il quitte Anna un an plus tard, alors même qu’elle attend leur cinquième enfant. L’affaire fait scandale, mais le nouveau couple ne s’en soucie pas et emménage dans un appartement à Strandvägen, qui se remplit progressivement d’œuvres d’art.

 

La famille Thiel, grand·e·s mécènes de leur temps

La vie mondaine et culturelle de Signe et Ernest s’intensifie au fur et à mesure que le couple se rapproche des artistes les plus influent·e·s de l’époque et achètent leurs œuvres. Ernest, qui est alors l’un des plus riches hommes de Suède, constitue une collection colossale d’œuvres d’art, parmi lesquelles des toiles d’Eugène Jansson, Julia Beck et Edward Munch, mais aussi de Gauguin ou encore Toulouse-Lautrec. À tel point que l’appartement luxueux qu’il occupe à Strandvägen lui semble un peu exigu. Il confie alors à l’architecte Ferdinand Boberg la mission de construire une maison à Djurgården, assez grande pour accueillir l’ensemble de sa collection. Sa commande est simple :

Je veux une maison décorée de tableaux sur tous les murs, une maison agréable où je souhaiterais vivre. »

 

murs de la Thielska Galleriet Stockholm art musée Djurgården
Thielska Galleriet, Stockholm. © Lou Cercy

 

Les époux Thiel s’installent ainsi en 1907 à la pointe de Djurgården, dans un véritable palais, surnommé Villa Eolskulle, aux galeries et salons tapissés d’œuvres des plus grand·e·s artistes scandinaves alors en activité. Mais la première guerre mondiale est fatale au couple de mécènes, qui se sépare. Signe décède quelques années plus tard d’une overdose de morphine, tandis qu’Ernest perd toute sa fortune. Il est alors contraint, afin de payer ses dettes, de revendre son patrimoine artistique et sa maison à l’État, qui transforme le palais en musée en 1926. Aujourd’hui, la Thielska Galleriet accueille ainsi une collection phénoménale d’œuvres d’art, exposées dans un cadre absolument idyllique en plein cœur de la capitale suédoise.

 

Thielska Galleriet Stockholm musée art Djurgården
Thielska Galleriet, Stockholm. © Lou Cercy 

 

Informations pratiques :

Sjötullsbacken 8, 115 25 Stockholm.

Du mardi au dimanche, de 12h à 17h.

Entrée sans réservation, billets à l’accueil - Adulte : 130 kr ; Étudiant·e, senior : 100 kr ; -18 ans : gratuit (voir le site pour autre justificatif de gratuité)

Boutique et café-restaurant sur place.

 

Sur le même sujet
Lou Cercy

Lou Cercy

Étudiante en traduction, Lou est passionnée par les langues, la culture et l’art. Tombée amoureuse de la Suède, elle apprend le suédois depuis deux ans et a posé ses valises à Stockholm.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Stockholm !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale