Lundi 25 octobre 2021
TEST: 2289

Discours du Premier ministre Stefan Löfven à la nation le 22 novembre

Par Fabienne Roy | Publié le 23/11/2020 à 06:30 | Mis à jour le 23/11/2020 à 06:30
Photo : Le premier ministre Stefan Löfven, capture d'écran SVT
Discours Stefan Löfven

Le premier ministre Stefan Löfven s’est une nouvelle fois adressé solennellement à la nation dimanche soir au regard de la crise actuelle. Ci-dessous la transcription complète en français du discours.

 

« Ce soir, je veux dire quelques mots que j'aimerais que vous gardiez à l'esprit alors que nous entrons dans l'obscurité hivernale.

Cette année, le monde a changé sous nos yeux.

Au début du printemps, nous avons été confrontés à un défi gigantesque sous la forme d'une pandémie.

Le nouveau coronavirus nous a tous obligés à faire de gros sacrifices.

Nous avons dû renoncer à tant de choses qui nous sont chères.

Nous avons dû annuler ou éviter une grande partie de notre vie quotidienne.

Et ce soir, en cette fin novembre 2020, il est clair que cela va prendre du temps avant de pouvoir revenir à la normale.

C'est pourquoi je suis à nouveau sur le point de vous demander quelque chose de très difficile mais absolument nécessaire.


Le petit répit que nous avons eu cet été et cet automne est vraiment terminé. Nous pouvions voir les voisins et les amis dehors et prendre un fika. Nous pouvions rencontrer nos parents fragiles en plein air. La vie n'était pas aussi normale - mais il y avait des moments pendant les belles journées d'été qui en avaient l’air. Au printemps, de nombreuses personnes ont déclaré que malgré tout, cela facilitait la vie que le coronavirus frappe pendant la lumière du mois de mars et non dans l'obscurité de novembre.

Nous sommes en novembre maintenant.

La santé et la vie des gens sont toujours en danger. Et le danger progresse. De plus en plus de personnes sont infectées. Des lits de soins intensifs sont utilisés pour traiter les patients Covid gravement malades. Plus de gens meurent.

Rappelons-nous que plus de 6000 personnes en Suède sont déjà mortes du Covid-19. Rappelons-nous qu'autour de chaque personne décédée se trouvent des personnes qui ont perdu un parent bien-aimé, un enfant bien-aimé ou un ami bien-aimé.

Souvenons-nous à quel point le personnel des soins de santé et des services sociaux était surchargé de travail. Et rappelons-nous qu'ils travaillent toujours dur, jour et nuit, pour sauver des vies.

Les choses que nous faisons mal maintenant en tant que nation, nous en souffrirons plus tard. Les choses que nous faisons bien nous donneront de la joie plus tard.

La manière dont nous agissons maintenant affectera en quoi ressembleront nos célébrations de Lucia. En quoi ressembleront les célébrations de Noël. Qui sera toujours là avec nous ce Noël.

On sait aplatir la courbe d'infection.

Nous l'avons déjà fait. Nous l'avons fait au printemps.

Puis, lorsque le coronavirus a atteint notre pays, nous avons convenu d'en prendre la responsabilité.

Nous avons pris la responsabilité de la Suède. Nous nous sommes protégés, nos proches et des personnes que nous ne connaissons même pas.

Nous avons pris nos responsabilités et donné au personnel des soins de santé et des services sociaux une chance de gérer la crise aiguë.

Nous l'avons fait ensemble. C'est notre force, la force de la Suède.

Trop de gens ont négligé les lignes directrices et les recommandations cet automne.

Mais nous voyons maintenant comment les gens recommencent à prendre leurs responsabilités. Comment les voyages diminuent et le travail à domicile augmente.

Cela peut sembler dur. Cela peut paraître brutal. Mais la réalité est exactement aussi dure et brutale.

Continuez comme ça - et tenez bon.

Mais chacun doit faire plus.

Aussi bien vous et moi.

Ainsi:

Tenez-vous au courant des lignes directrices et des recommandations où que vous soyez.

Ne rencontrez que des personnes avec qui vous vivez.

Si vous vivez seul, choisissez un ou deux amis au maximum avec qui socialiser. Mais gardez une distance.

Restez à la maison au moindre symptôme.

Lavez-vous les mains souvent et soigneusement.

Et à vous qui êtes employeur: si vous le pouvez, permettez aux employés de travailler à domicile.

Toutes ces choses que vous aimeriez faire, mais qui ne sont pas nécessaires: Annulez. Remettez à plus tard.

Il faudra du temps avant que nous ne passions à travers cela. Et d'ici là, c'est la nouvelle norme pour toute la société, pour toute la Suède.


A vous qui sentez que tout est sombre en ce moment, je veux dire: la situation n'est pas désespérée. La Suède est testée. Mais la Suède restera ferme.

Les soins de santé et les services sociaux fonctionnent malgré tout. Des maisons et des routes se construisent malgré tout. Nos enfants reçoivent une éducation et le désir d'apprendre, malgré tout. Nous devons prendre la situation très au sérieux, mais nous devons le faire avec retenue, fermeté et courage.

A vous qui pensez peut-être que cela ne vous concerne pas, je veux dire:

Même si vous ne souffrez que d'une maladie bénigne, vous pouvez toujours en infecter d'autres. Au restaurant, au travail, lors d'un dîner, dans le bus ou au magasin.

Un étranger que vous infectez pourrait tomber gravement malade.

Un ami que vous infectez pourrait avoir besoin de soins.

Un grand-parent que vous infectez pourrait mourir.

Ce sont les personnes pour lesquelles vous devez faire des sacrifices. Ce sont les personnes pour lesquelles vous devez faire preuve de détermination, d'autodiscipline et de sens des responsabilités.


Lorsque nous traversons cette crise, tout le monde devrait pouvoir se rappeler comment nous nous sommes entraidés. Souvenez-vous de la solidarité. Souvenez-vous du sentiment de communauté et du sentiment de faire ce qu'il faut. Rappelez-vous comment nous avons réduit la propagation de l'infection et élevé notre pays. Mais alors, nous devons montrer notre unité et notre sens des responsabilités ici et maintenant. Et qu'il est plus fort que le virus que nous devons vaincre.

Faisons ceci maintenant.

Ensemble.

Pour la Suède. »

 

Fabienne ROY

Fabienne Roy

Directrice de la publication de l’Edition lepetitjournal.com de Stockholm. Passionnée par la Suède, aventurière et experte en Ressources Humaines, elle rejoint l´équipe en 2017.
0 Commentaire (s) Réagir