Samedi 7 décembre 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Steve Levar et les chevaux de courses, une passion hors du commun

Par Catherine Zaccaria | Publié le 26/11/2019 à 14:15 | Mis à jour le 27/11/2019 à 05:41
Photo : Steve Levar
thumbnail_BC-9y1LA steve

Savez-vous de quand date le Singapore Turf Club ? Il a été fondé en 1842 en tant que Singapore Sporting Club pour gérer le Serangoon Road Race Course à Farrer Park Field. Il est aujourd'hui le seul club hippique de course à Singapour et fait partie de la Malayan Racing Association (MRA), qui réglemente également les trois Turf Clubs en Malaisie, le Selangor Turf Club, le Penang Turf Club et le Perak Turf Club. Le Singapore Turf Club est le seul club autorisé à offrir la possibilité de parier sur les courses de chevaux à Singapour. C’est l’agent et propriétaire du club privé du Tote Board, qui gère et dirige le don des fonds excédentaires à des fins caritatives.

La première course a eu lieu le 23 février 1843 alors que le prix offert ne coûtait que 150 dollars. En 1924, le club a pris le nom de Singapore Turf Club puis il a déménagé à Bukit Timah en 1933 avant de déménager à son emplacement actuel à l'hippodrome de Singapour à Kranji en 1999.

Steve Levar, passionné et propriétaire de chevaux de courses, nous a accordé un peu de son précieux temps entre les courses de Perth, Singapour et celles de Dubai prochainement.

Lepetitjournal.com : Qu’est-ce qui vous a amené dans le milieu équestre ?

Steve Levar : Je ne viens pas d'une famille équestre, mais j'ai grandi dans une région où l'un de nos voisins  était un entraîneur de chevaux et l'autre était un jockey. J’ai donc été exposé à l'industrie équestre dès mon plus jeune âge et j’ai été immédiatement intéressé par les chevaux.

king Louis steve Levar Glen Boss
King LOUIS et Glen Boss

 

Vous avez plusieurs casquettes dans le monde des courses de chevaux, pouvez-vous nous expliquer lesquelles ?

J'ai travaillé dans plusieurs domaines du secteur équestre J’ai été commentateur expert du milieu sportif équestre et présentateur de télévision et je suis fondateur et PDG de mes propres sociétés de publication, de données, de traduction et de technologie équestres dans toute l'Asie du Sud-Est. Actuellement, je reste le fondateur et le PDG d'iRace Media Pte Ltd à Singapour et en Malaisie.

Depuis combien de temps êtes-vous propriétaire de chevaux de course ?

Je possède des chevaux en Australie, à Singapour et en Malaisie depuis plus de 30 ans. Ce sont trois pays où posséder un cheval de course est plus facile, abordable et rentable. Des pays tels que Hong Kong et le Japon rendent beaucoup plus difficile la possession d'un cheval de course car la demande est très forte et il est nécessaire de demander un permis pour devenir propriétaire. Il peut parfois y avoir une liste d'attente de 30 ans.

Combien en avez-vous ?

Actuellement, je possède trois chevaux à Singapour avec mon épouse Christine. King LOUIS, cinq ans, Churchill, quatre ans, et Sweet ANGELINE, trois ans. Pour le moment seul King LOUIS participe à des courses. Sweet ANGELINE et Churchill n’ont pas encore fait de courses à Singapour car ils viennent d’arriver. Ils sont donc à l’entrainement, en préparation pour de futures courses.

king Louis steve Levar Glen Boss
King LOUIS et Glen Boss (casaque bleue)

 

Quelles sensations ressentez-vous à chaque course ?

Lorsque votre cheval participe à une course, vos émotions sont mélangées. Vous pouvez vous sentir nerveux avant la course et puis vous sentir très excité ou déçu pendant ou après la course (en attendant le résultat). Quand votre cheval gagne, vous pouvez être envahi par la joie et le bonheur, c'est un sentiment merveilleux.

Combien de courses par année à Singapour ?

Singapour organise 83 évènements de courses hippiques par année civile ce qui fait environ 800 courses, avec plus de 40 millions SGD de prix remis aux propriétaires chaque année. La course la plus dotée du calendrier est le Kranji Mile organisé au mois de mai, avec 1,5 million SGD de prix.

King Louis Steve Levar
King LOUIS

 

Comment choisit-on un cheval lorsque lors de son achat ?

Grâce à mon expérience de vie dans l'industrie équestre, j'utilise toutes mes connaissances pour étudier les lignées de reproductions du cheval et de ses parents, Sire (père) et Dam (mère). De plus, j’examine la conformation physique du cheval et sa condition. Je demande à un vétérinaire professionnel de procéder à un examen approfondi du cheval, avec radiographies des jambes et des pieds, ainsi que de la gorge du cheval (voies respiratoires). Il est important pour moi d’acheter des chevaux dont la condition physique est excellente.

Qui tourne autour du cheval ? Entraineur ? Jockey ? Comment les choisit-on ? Quelles sont les responsabilités de chaque personne ?

La personne la plus importante est l'entraîneur. Vous devriez toujours choisir un entraîneur qui a un bon dossier et qui a fait ses preuves. De plus, vous devez vous assurer que vous avez un bon rapport avec lui, car posséder un cheval de course, c'est aimer se lancer en affaires avec une autre personne. Vous devez donc choisir un entraîneur en qui vous pouvez avoir confiance et dont vous appréciez la compagnie. Je pense personnellement que l’entraîneur est plus important que le jockey, car une fois que le cheval est bien préparé à la course, vous pouvez en choisir un parmi les nombreux jockeys. Si vous choisissez le meilleur pour monter votre cheval vous augmentez vos chances de gagner !

Jockey Glen Boss, Trainer Ricardo Le Grange and Owner Steve Levar
Jockey Glen Boss, Trainer Ricardo Le Grange and Owner Steve Levar

 

Le jockey a un petit gabarit, quels sont les critères pour être jockey ? (Poids, taille)

La plupart des jockeys pèsent environ 50 à 55 kg. Bien sûr, cela varie car certains jockeys sont naturellement légers, alors que d’autres sont plus grands et ne peuvent monter que des chevaux qui peuvent être performant avec un poids plus lourd à porter.

Acheter un cheval, est-ce toujours un bon placement ?

Si vous faites votre travail d’enquête sur les origines du cheval et que vous obtenez les conseils d'experts auprès d'une source fiable, je dirais que oui, acheter et posséder un cheval de course est un excellent investissement. Cependant, si vous n'avez jamais possédé de cheval auparavant, je vous conseille de commencer petit et d'acheter un petit pourcentage dans un cheval de course avec des amis. Utilisez-le pour en apprendre davantage sur l'industrie avant d'investir davantage.

Que devient le cheval lorsqu’il ne performe plus ?

Les chevaux qui ne réussissent pas dans un pays donné peuvent être vendus à d'autres pays où la concurrence est plus facile. Par exemple, de nombreux chevaux de Singapour sont vendus à la Malaisie, où le standard est moins élevé. Ensuite, beaucoup de chevaux de Malaisie sont vendus en Thaïlande ou en Inde, où le niveau de compétition est de nouveau plus facile. Il y a généralement un endroit quelque part où le cheval peut continuer à faire des courses.

glen Boss king louis
Barend Vorster et King LOUIS

 

Quelques chiffres pour compléter

Le coût d’entraînement d’un cheval de course à Singapour est d’environ 3 000 SGD par mois

En moyenne, votre cheval courra environ 12 fois par an ou une fois par mois.

Il y a plus de 40 millions de dollars singapouriens de prix distribués chaque année civile.

La course hippique la plus dotée de Singapour est le Kranji Mile, présenté en mai, d’une valeur de 1,5 million SGD.

Un cheval peut commencer à courir à partir de l'âge de 2 ans jusqu'à l'âge de 10 ans. Après il peut prendre sa retraite ou être envoyé dans une école d’équitation. La plupart des chevaux sont vendus avant leur retraite à Macao ou en Malaisie.

Pour être propriétaire d'un cheval de course ou entrer dans l'hippodrome, vous devez être âgé de 18 ans ou plus.

L’accès aux courses est public et le prix démarre à 6 SGD. Pour en savoir plus c’est ici

La mise minimum pour parier sur une course est de 2 SGD

Pour en savoir plus sur les prochaines courses, c’est sur le site du Turf club 

 

 

 

cfa8e6ee-7c8d-492d-b42e-9fd83446f1ef

Catherine Zaccaria

Après une longue relation amicale avec le Petit Journal, Catherine a rejoint l’équipe comme relectrice, correctrice, puis contributrice, avant de reprendre le poste de Rédactrice en chef.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Découvrez les lauréats des Trophées des Français d’Asie-Océanie 2019 !

Le jury des Trophées des Français d’Asie-Océanie a choisi ses lauréats pour cette seconde édition 2019. La cérémonie de remise des prix s’est tenue le 5 décembre dans la Résidence de l’Ambassadeur de

Vivre à Singapour

Fabrice Filliez « Le dynamisme suisse à Singapour »

Rencontre avec l'Ambassadeur de Suisse à Singapour, Fabrice Filliez, un peu plus d’une année après sa prise de fonction à Singapour. Lors de cet entretien ont été évoqués le soutien à l’économie et au

Expat Mag

Bangkok Appercu
TOURISME

A la découverte du patrimoine thaïlandais reconnu par l’UNESCO

Réputée pour ses plages tropicales et parcs nationaux, ses temples, ses ruines anciennes, la Thaïlande ne manque pas de charme et plusieurs sites ou villes sont d'ailleurs reconnus par l’UNESCO