TEST: 2288

« Souvenir » : Hilarante, magnifique et tragique Mrs Jenkins

Par Cécile Brosolo | Publié le 20/09/2018 à 14:10 | Mis à jour le 18/02/2021 à 14:47
Photo : © Anne Valluy. L’actrice anglaise Leigh McDonald interprète Florence Foster Jenkins dans SOUVENIR
SOUVENIR SINGTHEATRE SINGAPOUR

Sing’theatre met en scène « Souvenir », adaptation de la pièce hilarante et émouvante de Stephen Temperley, inspirée de la vie de Florence Foster Jenkins, illustre Soprano New-Yorkaise ... qui chantait terriblement faux ! Une histoire originale, rocambolesque, foncièrement drôle, mais in fine tragique. Un must-see.

 

Vous connaissez l’histoire de Florence Foster Jenkins. Mais si, ... souvenez-vous, la cantatrice qui chantait faux ! Cette richissime New-Yorkaise passionnée de musique et d’opéra, membre de la haute société, qui n’a jamais renoncé à son rêve de devenir une grande chanteuse d’opéra ... sauf qu’elle chantait faux. Horriblement faux. Le récit de sa vie a inspiré au cinéma, en France, le film de Xavier Giannoli avec Catherine Frot « Marguerite » et, aux Etats-Unis, celui de Stephen Frears avec Meryl Streep « Florence Foster Jenkins ».

La comédie musicale de Sing’theatre est tirée de la pièce de Stephen Temperley, « Souvenir », qui raconte la vie de la soprano à travers le destin singulier de Cosme MacMoon. Ce pianiste talentueux aurait pu devenir un récitaliste accompli, mais il reste connu pour avoir été le pianiste attitré de Mrs Jenkins durant de nombreuses années. C’est à travers ses souvenirs que l’on suit l'histoire de cette cantatrice hors du commun.

SOUVENIR SINGTHEATRE SINGAPOUR
Leigh McDonald (droite) et Hossan Leong (gauche) dans SOUVENIR de Sing'theatre. Photo (c) Anne Valluy

 

Lorsque Cosme rencontre Mrs Jenkins, elle ne se produit encore que devant son cercle d’habitués, ou lors de concerts de charité au Ritz Carlton de New-York. Mais elle ambitionne de chanter dans de plus grandes salles. Ses représentations attirent un public de plus en plus nombreux et médusé, et son succès grandit jusqu’à son apogée le 25 octobre 1944, lors d’un concert devant 3 000 personnes au Carnegie Hall, à l’époque la salle de concert la plus prestigieuse de New-York ...

Ce spectacle est tantôt (souvent !) hilarant, tantôt émouvant, mais il est avant tout riche d’un duo d’acteurs fabuleux. Hossan Leong séduit par la justesse et la finesse de son jeu, nous charme de sa voix et son piano et porte remarquablement la narration. La performance de l’actrice britannique Leigh McDonnald est exceptionnelle ! Il en faut du talent et de l’ironie pour interpréter l’étrange Mrs Jenkins, à la fois ridicule, drôle, attachante et admirable de courage et de volonté, ... et pour recréer les cris épouvantables de la cantatrice !

Dès la première interprétation de la soprano, un éclat de rire compulsif nous échappe. Et plus le spectacle avance, plus la célébrité monte et on se languit de l’entendre chanter encore et encore. La magie opère et on comme à comprendre ce qui a pu attirer les foules à l’époque de la vraie Jenkins : un mélange de moquerie, de curiosité mais aussi d’étonnement et de fascination devant tant d’engagement et d’aveuglement ! La scène du concert au Carnegie Hall est l’apothéose, avec une mise en scène brillante de Samantha Scott-Blackhall.
 

SOUVENIR SINGTHEATRE SINGAPOUR
SOUVENIR, par Sing'theatre. Photo (c) Anne Valluy

 

Au fil du temps, tout comme le pianiste Cosme, on se prend d’amitié et de tendresse pour cette femme passionnée mais totalement dépourvue de talent. On est émut par sa sincérité, sa détermination et sa persévérance, ainsi que par la fin tragique qui révèle toute l’humanité, la loyauté et le respect mutuel des deux personnages.

Sincérité, folie ou aveuglement ? La vraie Florence Foster Jenkins ignorait-elle réellement qu'elle faisait rire à ses dépens, était-elle convaincue de son talent ou ne voulait-elle rien voir ? La question est posée par la pièce, mais elle reste un des mystères du Mythe Jenkins. Elle aurait déclaré avant de mourir : « On pourra toujours dire que je ne savais pas chanter, mais personne ne dira que je n'ai pas chanté».

A la fin du spectacle, Jenkins réapparaît d'entre les morts dans une robe simple et élégante et chante l'Ave Maria comme elle l’entendait certainement dans sa tête.

 

SOUVENIR

Avec Hossan Leong et Leigh McDonald. Sous la direction de Samantha Scott-Blackhall

Du 19 au 29 septembre 2018 au KC Arts Centre - Home of SRT. Billets en vente sur sistic


 

Cecile Brosolo

Cécile Brosolo

Ingénieur de formation et passionnée par la photo, Cécile s'intéresse en particulier à la science et à la technique, à la photographie et à l'environnement.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Singapour !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale