Dimanche 24 octobre 2021
TEST: 2288

Êtes-vous en « burn-out » ?

Par Article Partenaire | Publié le 20/10/2021 à 17:00 | Mis à jour le 20/10/2021 à 17:00
femme alongé sur son bureau victime de burn-out

La Dr Valerie Druon explique de quoi il s’agit, pourquoi il est important de faire une pause et quand solliciter une aide extérieure.

Au terme de ces 18 derniers mois, nos vies ont été chamboulées à la suite de nombreux lockdowns, par l’impossibilité de voyager, l’obligation de télétravailler et de suivre des cours à distance. En plus d’être dans l’incapacité de voir nos proches. Pour beaucoup d’entre nous, le « travail » a repoussé ses limites. Ironie du sort : nous passons moins de temps au bureau, mais bien plus à « travailler ».

La situation a été rendue encore plus difficile par le fait de ne pas pouvoir profiter des vacances. Être en congé est synonyme de temps de ressourcement et de réflexion. En l’absence de ces moments inscrits sur notre calendrier, nous avons pris l’habitude de travailler sans relâche.

Médecin généraliste, je remarque une « fatigue Covid » bien marquée. Les patient·e·s se sentent à bout de nerfs, épuisé·e·s et surchargé·e·s de travail. Le stress et l’épuisement sont intimement liés.

 

Qu’est-ce que le burn-out ?

Le burn-out est un état d’épuisement physique et mental. Vous êtes sans doute fatigué·e et vous ne parvenez plus à accomplir vos activités normales de tous les jours. Vous êtes susceptible de vous désintéresser de votre travail. Vos performances sont médiocres. Vous éprouvez des réticences à l’égard du travail, vous manquez de dynamisme et de créativité. Certains profils de personnalité (comme le perfectionnisme, l’acharnement au travail et des schémas de pensée comme le pessimisme et l’autocritique) peuvent favoriser l’épuisement professionnel. 

 

Comment puis-je savoir si je suis en burn-out ?

Vous pourriez être en burn-out si vous êtes :

  • en activité constante et incapable de vous détendre ou de vous relâcher ;
  • facilement irritable ;
  • très sensible à des situations banales ;
  • en grande difficulté de vous concentrer et vous recentrer ;
  • peu ou pas du tout à même de faire preuve de motivation ou d’énergie pour entreprendre des activités bénéfiques pour la santé ;
  • fatigué·e mentalement et physiquement et incapable de prendre des décisions ;
  • gravement pertubé·e par le sommeil, l’appétit et un fonctionnement de base de votre corps ;
  • en proie à des crises de panique, à un état d’anxiété constant et même à la dépression ;
  • à même d’avoir des comportements malsains pour faire face à la situation et évacuer le stress, comme boire, fumer, éviter de faire de l’exercice, passer plus de temps devant un écran, manger des produits de mauvaise qualité (riches en sucre et en graisses) ?
  • enfermé·e dans des habitudes malsaines dont vous avez du mal à vous défaire.

 

Que faire ?

  1. Identifiez les causes qui vous poussent au burn-out – elles peuvent être liées à la pression au travail ou à la maison, à la charge de travail, aux longues heures que vous y consacrez, au travail lui-même qui n’est pas en adéquation avec vos compétences, à votre relationnel et aux conflits potentiels, aux attentes irréalistes, à l’environnement familial et professionnel, au manque de ressources, à votre état de santé (comme se remettre d’une maladie ou faire de l’anémie). Ces facteurs font obstacle à votre capacité d’adaptation.
  2. Réservez-vous des moments pour prendre soin de vous – si vous télétravaillez ou étudiez à distance, veillez à vous réserver chaque jour des moments pour vous. C’est essentiel de se ménager du temps pour se détendre. Cela dépend de vous : pleine conscience, musique, course à pied, yoga, danse au son de votre musique préférée ou tout simplement des fous rires avec vos proches !
  3. Demandez de l’aide - de nombreux patients en situation de burn-out qui consultent savent comment s’y prendre, mais n’ont pas la motivation ni l’énergie pour le faire, car ils ont atteint un stade d’épuisement avancé. Dites-vous qu’il n’y a pas de mal à tendre la main et à solliciter de l’aide. Trouvez du soutien auprès d’un proche de confiance et plein d’empathie. Il faut beaucoup de courage pour admettre que l’on ne peut plus faire face et admettre qu’il est temps d’obtenir de l’aide auprès d’un·e professionnel·le.
     

Consulter un médecin peut vous permettre de traiter de faire la différence entre le stress, le brun-out ou un problème de santé mentale plus grave comme la dépression, l’anxiété, la toxicomanie, etc. Femme médecin, je suis en mesure d’évaluer la situation et de proposer un plan de traitement adapté. Il peut s’agir de demander l’aide d’un spécialiste - par exemple, les psychologues peuvent apporter leur aide pour améliorer les capacités d’adaptation, la gestion du stress et les stratégies de relaxation qui sont des compétences de survie indispensables tout au long de la vie.

 

Qu’est-ce que le stress ?

Certains des aspects mentaux du stress chronique sont une impossibilité de se concentrer, un manque de clarté dans la prise de décision, une incapacité à retenir des informations, des trous de mémoire, des troubles de la concentration, l’irritabilité, la colère, les disputes et la frustration.

Le stress est une réponse émotionnelle et physique normale face aux situations de la vie. Le corps répond au stress en libérant certaines hormones de stress qui fournissent une réponse de combat ou de fuite pour nous éloigner rapidement du danger. Nous sommes tous confrontés au stress dans notre quotidien. Nous pouvons contrôler la manière dont nous réagissons aux facteurs de stress externes. Le stress peut être utilisé à bon escient comme un défi à relever afin de respecter une échéance ou de s’entraîner pour un marathon, par exemple. Un stress trop important peut toutefois avoir un impact négatif en provoquant une réaction de lutte ou de fuite prolongée qui remet en cause notre capacité à gérer la situation.

 

Comment un stress chronique peut-il avoir un impact sur notre santé ?

Être soumis à un stress trop intense (sur une période prolongée ou non) peut avoir un impact négatif sur la santé physique et mentale.

Certains des aspects physiques du stress chronique peuvent se manifester comme suit :

  • une pression artérielle élevée ;
  • des palpitations ;
  • des maux de tête ou des migraines à répétition ;
  • le syndrome du côlon irritable ;
  • une fatigue chronique ;
  • des insomnies ;
  • une perte de cheveux ;
  • des changements de poids (mais plutôt une augmentation) ;
  • des éruptions cutanées et de l’eczéma ;
  • des douleurs musculaires, notamment au niveau du cou et des épaules ;
  • des pannes sexuelles ;
  • des maladies plus fréquentes du fait d’un système immunitaire affaibli ;
  • des résultats médicaux parfois inhabituels, comme un frottis anormal, par exemple.
     

Si vous présentez quelques-uns de ces symptômes, venez consulter un médecin généraliste digne de confiance. Notre cabinet est un espace sûr et nous possédons l’expérience requise pour évaluer votre situation et vous offrir des conseils médicaux judicieux. Vous n’êtes pas seul·e. Ne l’oubliez pas.

 

La Dr Valerie Druon est un médecin généraliste australien francophone qui, depuis plus de 9 ans, soigne la population internationale de Singapour. Elle est installée à la clinique Osler Health International Star Vista. Vous pouvez lui téléphoner au 6339 2727 ou consulter le site www.osler-health.com pour prendre rendez-vous.

Nous vous recommandons

Article Partenaire

Les “articles partenaires” ne sont pas des articles de la rédaction de lepetitjournal.com. Ils sont fournis par ou écrits sur commande d’un annonceur qui en détermine le contenu.
0 Commentaire (s) Réagir