Vendredi 30 octobre 2020
Singapour
Singapour

The Round the World Wanderer, par Sandra Marichal et Fanny Ozda

Par Dominique Langlois | Publié le 21/09/2020 à 14:30 | Mis à jour le 22/09/2020 à 09:44
Photo : @fanny ozda
Sandra Marichal

Quand deux passionnées quittent leurs zones de confort pour vivre leurs rêves cela donne lieu à un livre inspirant pour la jeunesse. Une histoire incroyable faite de voyages et d'engagements pour ouvrir l’esprit, des dessins à l’aquarelle d’une infinie justesse pour emmener le lecteur à l’aventure, voilà ce que The Round the World Wanderer apportera aux plus jeunes et à chacun en général. Une jolie leçon de vie que nous offrent Sandra Marichal et Fanny Ozda.

 

Mais qui sont-elles ?

 

Sandra Marichal, auteur :

 

Sandra Marichal
Sandra sur le bateau @Dani Devine

 

Avant de partir vivre cette folle aventure, Sandra, française, a travaillé pendant 7 ans à Singapour en consulting et technologie. C’est une fervente protectrice de l’environnement ayant déjà mené de nombreux projets à terme (participation active à la protection de l’Antartique, fondatrice de l’organisation Up2degrees visant à diminuer la climatisation de 2 degrés dans les malls singapouriens). Son rêve de toujours était de faire le tour du monde à la voile. Le projet a muri pendant un an et demi avant de se concrétiser en juillet 2019. Sandra démissionne et investit ses économies dans un tour du monde au bord du bateau UNICEF pour participer à la course « the Clipper Race Around the World ». Onze bateaux partent pour onze mois à travers huit étapes qui vont de Londres à Londres, en passant par l’Amérique du Sud, l’Afrique du Sud, l’Australie, la Chine, Seattle, le Panama et New York. Son but est d’organiser l’équipage et de récolter des fonds pour l’UNICEF. « J’ai choisi le bateau « charité » UNICEF, je préférais aux autres bateaux qui ont des sponsors commerciaux ».

 

Fanny Ozda, illustratrice :

 

fanny ozda
Fanny en plein travail de recherche visuelle 

 

Fanny, française, à Singapour depuis 3 ans, est avocate de formation et a débuté sa carrière en Europe dans un cabinet international, en droit des affaires. Suite à 2 années dans une banque à Singapour, Fanny se remet en question et, tout comme Sandra, décide de suivre son rêve, artistique pour sa part. Elle démissionne, travaille son style, construit son portfolio, et entre à lepetitjournal.com de Singapour en tant qu’illustratrice, en créant une rubrique de "dessin de la semaine". La rencontre avec Sandra et son enthousiasme l’ont tout de suite motivée à se lancer dans l’aventure. Après plusieurs ébauches, le style est déterminé : ce sera entièrement à la main, aux crayons de couleur aquarellables, à partir de photos et vidéos de la course. Il s’agit d’un vrai défi artistique, qui donne une touche artisanale et unique aux dessins.

 

L’histoire est autobiographique, quand avez-vous pensé à écrire un livre ?

Sandra : « Nous étions en mer de Chine, lorsque le téléphone satellitaire sonne et notre Directeur de Course nous alerte d'une crise sanitaire en Asie. On ne savait pas de quoi il s’agissait, cela faisait des semaines que nous étions en mer. Nous avons été re-routés vers les Philippines et avons été placés en quarantaine. On s’est fait rapatrier mais impossible de rentrer à Singapour où toutes mes affaires se trouvent. La France étant déjà restreinte je me décide à suivre l’équipage direction l’Angleterre. Après quelques jours de sommeil je réalise que je vais avoir du temps devant moi : le lockdown nous empêchant d’envisager de poursuivre l’aventure. J’avais écrit un blog dans l’océan du Sud, entre Le Cap et l’Australie, tous les 3 jours j’envoyais une petite mise à jour à une amie qui postait pour moi sur les réseaux sociaux. Je me suis dit que cela pourrait intéresser les enfants et les adultes que nous expliquions qui nous sommes et ce que nous faisons. Je n’ai eu aucun retour pendant 33 jours le temps de regagner l’Australie. Quand j’arrive enfin les retours sont tellement enthousiasmants que cela m’a donné l’idée d’en faire un livre. J’avais déjà un début de manuscrit avec mon blog et je me suis dit voilà il ne me reste plus qu’à trouver quelqu’un qui fait des illustrations exceptionnelles ! »

 

cover livre
@fanny ozda

 

Chronologie de la rédaction et de l’illustration

La rencontre : Sandra est allée sur Instagram à la recherche d’illustrateurs. Par contacts interposés, elle prend connaissance des dessins de Fanny, aime son style et lui propose d’illustrer son livre pour enfant. Leurs parcours respectifs étant en de nombreux points similaires, l’affaire est conclue et le livre peut prendre forme. Pour la petite histoire, Fanny et Sandra ne se sont jamais rencontrées « en vrai » !

 

Le thème : le livre est inspiré de l’histoire de Sandra, une sorte d’autobiographie, où Sandra est représentée de manière androgyne, par choix. L’idée principale est de vivre ses rêves ici via le tour du monde, ne pas avoir peur d’aller au bout de ses idées. Le livre commence par l’éveil d’une espèce de curiosité : que se cache derrière l’horizon ? Au cours de l’histoire, l’héroïne vit de nombreuses aventures, des baleines aux tempêtes en passant par la promiscuité entre les 20 personnes à bord du bateau, les feux en Australie, le passage de l’équateur. Lorsque la navigatrice parvient à l’autre bout du monde elle se rend compte que la terre est ronde et qu’il va falloir en faire l’autre tour pour rentrer à la maison. 

 

Les illustrations : elles sont toutes basées sur des photos et des vidéos. Fanny est devenue experte en navigation ! Après quelques essais de mise en page, d’aquarelles, de feutres, etc que Fanny envoyait à Sandra, le format et le style sont définis. Un format A3, pas si simple finalement à scanner en période de confinement.   

 

fanny ozda
Tests de couleurs

 

En pratique : « On a découvert le processus de création d’un livre toutes les deux, en même temps. Par exemple il y a beaucoup de décisions à prendre, comme la taille du livre, le choix de la typographie, la couverture souple ou rigide… Il y a aussi des règles à suivre notamment pour que le livre puisse rentrer dans les étals des librairies, la couleur à traduire selon le bon code, l’impression, la qualité du papier, les fichiers, la mise en page, le design, etc… ». 

 

L’impression : on a auto-publié, on imprime à la demande selon les besoins, ce qui est idéal pour l’environnement. C’est un peu plus exclusif comme façon de faire et les bénéfices sont plus importants, donc cela reste bien plus intéressant pour la cause des enfants, les revenus allant quasi intégralement à l’UNICEF. Le livre sera disponible en octobre sur Amazon, en attendant c’est une vente directe via un formulaire google qui nous permet d’offrir des dédicaces au mois de septembre, une exclusivité de lancement.

 

Votre sentiment à la publication ?

« C’est quelque chose d’incroyable d’avoir rendu concrète cette aventure! Il en ressort une grande fierté d’avoir pu aboutir à ce livre. Un sentiment de transmission inconditionnellement positive, un héritage, un petit bout que je laisse sur la planète. En voyant la réaction des enfants on se dit que ce livre a un pouvoir d’inspiration assez incroyable. C’est le pouvoir de la littérature et de la lecture » dit Sandra.

 

bateau fanny ozda
@fanny ozda

 

Quel est votre message ?

Le message de ce livre est d’inspirer les enfants à avoir des rêves et à les suivre, à ne pas avoir peur d’aller au bout des idées qu’ils ont, de partir à l’aventure et de laisser libre cours à leur curiosité. Aussi d’inspirer les enfants qui le peuvent et de permettre aux autres de vivre en sécurité. For Every Child, la devise de l’UNICEF.

 

Vous l’aurez compris, ce livre d’aventures vous fera voyager et voir le monde différemment. Les enfants y trouveront une jolie source d’inspiration en langue anglaise aujourd’hui et prochainement probablement en français. Les achats peuvent se faire via ce lien. Il nous tarde de connaitre la suite de l’autre côté du monde !

 

Cliquez sur les liens si vous voulez en savoir plus le tour du monde, sur Sandra Marichal, la suivre sur Instagram et sur Fanny Ozda ou commander le livre.

 

Dominique Langlois, Petit Journal Singapour

Dominique Langlois

Orthophoniste de formation, aimant la langue française, la gastronomie et l’œnologie, Dominique se fait un plaisir de partager ses découvertes, ses rencontres et ses coups de cœur.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.