Samedi 22 septembre 2018
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le sommet historique de Singapour en chiffres

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 11/06/2018 à 13:00 | Mis à jour le 12/06/2018 à 09:43
Photo : Devant le Saint-Regis, des journalistes et des contrôles de sécurité
 Kim Jong-Un, Trump, Singapour, Sommet

Depuis quelques jours, Singapour bat au rythme de l’organisation du sommet et des déplacements du Président américain, Donald Trump et du dictateur nord coréen, Kim Jong-un. Au delà de l’enjeu diplomatique, pour Singapour, ville de 5 millions d’habitants, que représente l’organisation d’un tel sommet ? Les chiffres des coulisses de cet événement historique. 

 

1. Air Force One : l’avion du Président américain, Donald Trump, a atterri vers 20h le dimanche 10 juin 6 heures après celui de Kim, sur la base militaire de Paya Lebar, en provenance directe du Canada, où il avait assisté à un sommet mouvementé du G7, dont il a finalement refusé de signer l’acte final. Sa délégation comprend Mike Pompeo, conseiller du Président sur les affaires étrangères, John Bolton, secrétaire général de la Maison Blanche, et Sarah Sanders, porte parole de la Maison Blanche. Comme Kim Jong-Un, il a été accueilli par le brillant ministre des Affaires étrangères de la cité-Etat, M. Vivian Balakrishnan. 

2 portes. Le Protocole pour organiser cette rencontre a été strict. Le lieu doit avoir au moins 2 portes où les 2 leaders pourraient pénétrer ensemble dans la pièce sans que l’un ne précède l’autre. 

3 hôtels ont été choisis pour recevoir ce sommet historique. Le Shangri-La, à Orange Grove Road, abrite le Président américain et sa délégation. Non loin de là, à l’hôtel Saint Régis, le long de Tanglin road, le dictateur coréen s’est installé avec l’ensemble de sa suite. Au sud de Singapour, sur l’île de Sentosa, le magnifique hôtel Cappella a été choisi pour la rencontre historique le mardi 12 juin au matin.

 

Singapour Sommet Trump-Kim

 

3 avions du Président nord-coréen ont volé vers Singapour. C’est la première fois que le dictateur se rendait aussi loin des frontières de son pays. Un cargo russe Il-76 chargé des victuailles et de véhicules pour le dictateur a atterri quelques heures avant la délégation complète, répartie sur 2 avions, dont un avion Air China et le jet privé de Kim, un avion soviétique, Il-62, le « Chammae-1 », ou surnommé ironiquement « Air Force Un » . 

4 personnes ont été interdites d’entrée à Singapour aux check-points de l’aéroport de Changi, dont un Australien et deux journalistes sud-coréens. L’Australien de 34 ans a attiré l’attention des policiers de Changi airport par un « comportement nerveux » et s’est vu refuser l’entrée à Singapour après que les policiers l’aient interrogé et trouvé dans son téléphone de nombreuses références à des attentats suicide. Les deux journalistes sud-coréens ont été reconduits à la frontière après avoir pénétré dans l’ambassade nord-coréenne sans autorisation.

 

Devant le Shangri-La, où la délégation américaine s'est installée
Devant le Shangri-la où la délagation américaine s'est installée 

 

6 jours de levée d’embargo: Singapour avait coupé toute relation commerciale avec la Corée du Nord depuis novembre 2017. Pour que le dictateur puisse se nourrir à la nord coréenne et être transporté dans ses propres véhicules, Singapour a dû lever l’embargo sur les produits nord-coréens du 9 au 14 juin 2018, dans une note publiée dans le Government Gazette Act, Journal Officiel de la cité-Etat. 

12 gardes du corps nord-coréens courent à côté de la voiture du dictateur Kim Jong-un : 5 de chaque côté et 2 derrière. Ils font partie de l’élite de l’armée nord-coréenne. Il est à rappeler qu’en Corée du Nord, le service militaire est de 10 ans, cette élite sert elle pendant 13 ans minimum. 

35 véhicules composent la délégation nord-coréenne et plus de 100 chambres ont été réservées parmi les 747 du Shangri-La pour la délégation américaine. 

750 mètres séparent la chambre de Kim de celle de Trump … 

2.500 à 3.000 journalistes accrédités. Les journalistes de la presse internationale affluent à Singapour pour le sommet. Le F1 pit building, qui accueille habituellement les écuries de la course de Formule 1 et diverses manifestations telle que la Chingay Parade, a été dédié à la presse pour l’occasion.

5.000 agents des forces de police singapourienne ont été mobilisés pour assurer la sécurité du sommet, sans compter les agents des délégations américaines et nord-coréennes.

20 millions SGD d’addition pour Singapour. Le Premier ministre Lee Hsien Loong a déclaré en conférence de presse le 10 juin que Singapour était prêt à payer ce prix. « C’est notre contribution à un effort international qui est dans notre intérêt profond » a-t-il déclaré.

 

Photos et rédaction Cécile Brosolo / Clémentine de Beaupuy  pour www.lepetitjournal.com/singapour 

Vidéo Alexia Allonsius 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir