Mercredi 30 septembre 2020
Singapour
Singapour

L’activité des associations caritatives pendant le Circuit Breaker

Par Marie-Ségolène Migairou | Publié le 14/07/2020 à 21:30 | Mis à jour le 15/07/2020 à 22:39
association Singapour Aida Willing Hearts

La période du Circuit Breaker a été une épreuve pour tous : les particuliers, les entreprises, les universités, les services administratifs ou encore les associations. Tout le monde a dû s’adapter, s’organiser, modifier les plans et faire preuve de résilience. Lepetitjournal.com a rencontré deux associations caritatives singapouriennes, Aidha et Willing Hearts, qui nous ont partagé comment, grâce à la motivation et à l’implication de leurs équipes, elles ont su s’adapter aux contraintes du moment afin de continuer à servir et aider leurs bénéficiaires. 

                                                

Les missions d’Aidha et Willing Hearts

Aidha

Aidha est une organisation à but non lucratif initialement créée sous l’ombrelle d’UNIFEM Singapore (actuellement United Women Singapore) dont la mission est d’aider les Foreign Domestic Workers à préparer leur futur et à acquérir une indépendance financière. Structure indépendante depuis 2006, et reconnue Institution of Public Character par le gouvernement Singapourien depuis 2015, Aidha propose des cours de gestion financière, communication et entrepreneuriat aux femmes migrantes travaillant en tant qu’employées à domicile. Les compétences développées par les étudiantes leur permettent d’améliorer leur situation financière et de définir un projet pour l’avenir, notamment en créant leur propre entreprise dans leur pays d’origine. Environ 800 étudiantes suivent l’un des cours d’Aidha chaque année et l’organisation a enseigné à plus de 4500 femmes depuis sa création.

 

Willing Hearts

 

Willing Hearts a été créé en février 2005 et reconnu organisation caritative (charity), en décembre 2008, auprès du Ministry of Ministry of Social and Family Development. Sa mission est d’accompagner les personnes dans le besoin et marginalisés sur Singapour afin de les aider à se réinsérer dans la vie active, pour cela ils fournissent des repas quotidiens et d'autres services de soutien. Chaque jour se sont 6500 repas fournis à travers 40 points de distribution avec l’aide de plus de 200 bénévoles qui préparent, cuisinent et livrent. Les bénéficiaires ont aussi accès à des rendez-vous médicaux avec des généralistes, des dentistes ou encore des ophtalmologistes.  

 

Les impacts du Circuit Breaker sur leurs activités ?

Pour AIDHA, qui est un centre de formation proposant habituellement des cours en présentiel, le campus est fermé depuis début février. L’équipe a donc dû se réorganiser et travailler d'arrache-pied pour continuer à offrir des cours et un soutien aux étudiantes en expérimentant, dès le mois de mars, les sessions virtuelles. Depuis, l’organisation propose des séminaires en ligne tous les dimanches et les étudiantes en fin de cursus ont eu la possibilité de terminer leur programme en ligne. Les étudiantes des modules plus avancées ont également pu bénéficier d’une session en ligne organisée avec un mentor dédié afin de revoir leur ‘business plan’ ou leur ‘personal financial plan’.

Par ailleurs, grâce à l’aide des mentors et des entreprises partenaires, des ateliers sur différents sujets tels que « Zoom Training », « Building Your Resilience », « Digital Marketing in Covid-19 times» , « Introduction to Mindfulness » ou encore « Introduction to Social Media Marketing » ont été proposés à l’ensemble des étudiantes, sans oublier les cours hebdomadaires de yoga et de Zumba pour garder  la forme.

Pour Willing Hearts, dont la plus grosse activité est de préparer, cuisiner et livrer les repas quotidiennement, les deux semaines suivant l’annonce du passage à l’alerte Dorscon orange, le 7 février 2020, ont été particulièrement éprouvantes. En effet, dû à l’incertitude de la situation, les dons de nourritures provenant de la grande distribution ou des restaurants ont drastiquement diminué tout comme le nombre de bénévoles qui est passé de 200 personnes normalement à 25 personnes ! Cependant pour Teh Eng Hua, président de Willing Hearts, « le Circuit Breaker n’a pas diminué le besoin des personnes ayant besoin d’aide : bien au contraire ! » alors pas question de baisser les bras : l’équipe s’est donc organisée et a redoublé d’effort et d’efficacité afin de continuer à fournir les 6500 repas quotidiens ! Heureusement, après deux semaines, les dons de nourriture se sont à nouveau régulés et ont même significativement augmenté la semaine suivant l’annonce du Circuit Breaker, le 7 avril, dû à la fermeture de certains restaurants et au surplus d’aliments accumulés.

Cependant depuis le début du Circuit Breaker, l’association fait face à un double chalenge : un nombre de bénéficiaires en hausse, passant 6500 à 8000 aujourd’hui et des mesures de distanciations sociales les obligeant à limiter à 50 le nombre de bénévoles présents à chaque session contre 100 normalement. Pour faire à cela, l’organisation a dû revoir ses opérations, les structurer, et les simplifier au maximum afin de continuer à honorer ses engagements.

 

Venture Class

Les enseignements retenus

L’incertitude planant sur la période a rendu l’expérience globalement difficile pour tous :  les étudiantes d’Aidha loin de leur famille, ont dû faire face pour beaucoup à une charge de travail intense gérant l’intendance des familles à la maison. Cependant, malgré ce contexte, elles continuent à vouloir apprendre, s’enrichir et développer de nouvelles compétences : une belle leçon de résilience.

Aidha retiendra de cette épreuve, la force de sa communauté, l’énergie des équipes et des mentors, et la motivation des étudiantes. Cela aura été également l’occasion pour l’organisation d’avancer sur le sujet du e-learning, en menant des expérimentations en conditions réelles, en testant de nouveaux outils et en collectant les retours des étudiantes sur ces nouveaux modes d’apprentissage pour les améliorer. De ce point de vue, cette expérience aura été très utile et permettra de capitaliser ce qui a été développé pendant le CB en continuant de proposer des activités et des ressources en ligne dans le long terme, en complément des cours sur le campus qui reprendront dès que possible !

Pour Willing Hearts, le bilan est aussi positif. Malgré l’augmentation du nombre de bénéficiaires, dû aux pertes de revenus soudaines d’étudiants et de familles pendant cette période, l’association a su compter sur un soutien sans faille de de ses bénévoles qui malgré les mesures de distanciation sociale se sont organisés pour mettre en place des process optimisés et répondre à l’augmentation de la charge de travail. Leur volonté aujourd’hui est de continuer à se perfectionner afin de pouvoir répondre à la demande et renforcer les services annexes pour proposer aux bénéficiaires qun accompagnement complet.

 

Vous souhaitez vous engager auprès de ces associations ?

Pour s’engager auprès d’Aidha, vous pouvez donner de votre temps bénévolement et devenir mentor, donner des cours, organiser des évènements de levée de fonds, mettre à profit vos compétences de gestion administrative, plus d’infos ici ou écrire directement à volunteer@aidha.org

Vous pouvez aussi opter pour des dons financiers en tant que particulier ou entreprise : Association reconnue organisme de « charity », tout don effectué recevra une déduction fiscale de 250% soit si vous donnez 100SGD, vous pourrez déduire 250SGD de votre revenu imposable.

Willing Hearts a besoin de bénévoles afin de les aider à préparer, cuisiner et livrer les repas. Si vous avez entre 14 et 65 ans, et que vous êtes disponibles quelques heures (seuls ou à plusieurs), il vous suffit de vous inscrire aux jours et horaires de votre choix et respecter le code vestimentaire demandé: 

Pour les personnes qui aiment coudre, vous pouvez mettre à profit vos compétences pour créer des masques, tabliers, pantalons, chemise, taies d'oreiller, etc. pour les bénéficiaires de Willing Hearts, tous les samedis matin de 10h à 12h. Pour cela, il suffit de contacter l’équipe via leur lien Facebook. 

Marie-Ségolène Migairou

Marie-Ségolène Migairou

Pendant ses études et ses fonctions à l’export, elle a parcouru le monde. Aujourd'hui à Singapour, elle s’investit au sein du Petitjournal.com au niveau commercial et marketing et occasionnellement rédactionnel
0 Commentaire (s)Réagir