Samedi 28 novembre 2020
Singapour
Singapour

La musique baroque à l’honneur au Festival vOilah !

Par Catherine Zaccaria | Publié le 21/10/2020 à 14:30 | Mis à jour le 21/10/2020 à 14:30
Photo : William Christie
les arts florissants festival voilah singapour

Le Festival français le plus attendu à Singapour revient du 22 octobre au 22 novembre. Dans ce cadre, Sing’Baroque, la société fondée par Arnaud de Fontgalland, met une fois encore la musique baroque à l’honneur, notamment avec la projection le 26 octobre du film de Jarmila Buzkova, William Christie, The Art of Giving. Arnaud de Fontgalland nous en dit plus sur Les Art Florissants et William Christie qui est à l’origine de l’engouement pour ce répertoire en France et en Europe.

« LES ARTS FLORISSANTS » est un Ensemble de chanteurs et instrumentistes spécialisés dans l'interprétation de musique baroque sur instruments d'époque réputé dans le monde entier. Fondé en 1979 par le claveciniste et chef d'orchestre franco-américain William Christie, l'Ensemble a joué un rôle de pionnier dans la renaissance d'un répertoire baroque longtemps délaissé.

WILLIAM CHRISTIE quant à lui est le maître incontesté de la tragédie-lyrique ainsi que de l'opéra-ballet. Il est aussi à l'aise avec le motet français qu'avec la musique de cour. Mais son affection pour la musique française ne l'empêche pas d'explorer d'autres répertoires européens et, outre ses nombreuses interprétations d'œuvres italiennes acclamées (Monteverdi, Rossi, Scarlatti, Landi), il aborde Purcell et Haendel avec autant de succès que Mozart, Haydn ou Bach.

Au cours des vingt-cinq dernières années, William Christie a mis à l'honneur plusieurs générations de chanteurs et instrumentistes. Professeur au Conservatoire de Paris de 1982 à 1995, il a eu la charge de la classe de musique ancienne, et est aujourd'hui souvent invité à donner des master classes ou à diriger des académies. Depuis 2007, il est artiste en résidence à la Juilliard School de New York.

Souhaitant développer davantage son travail d'enseignant, William Christie crée en 2002, avec Les Arts Florissants, une académie biennale pour jeunes chanteurs, Le Jardin des Voix, dont les lauréats, après une tournée avec Les Arts Florissants en France, en Europe et aux États-Unis, entreprennent une carrière internationale distinguée.

Lepetitjournal.com a eu la chance de rencontrer virtuellement Jarmila Buzkova qui a répondu à nos questions sur la réalisation du film William Christie, The Art of Giving.

Lepetitjournal.com : comment avez-vous eu l’idée de réaliser ce film ? Quelles sont vos attaches avec la musique baroque ?

Jarmila Buzkova : Je viens de Prague, capitale de la République tchèque, ancienne Tchécoslovaquie, une ville baroque par excellence. Toute mon enfance et mon adolescence, mes parents m'emmenaient écouter des concerts dans les églises baroques, mais ce n'était pas forcément de la musique baroque. Elle, je l'ai découverte en France, avec Les Arts Florissants, orchestre fondé par William Christie. L'événement qui m'a le plus marqué est leur représentation de Atys, l'opéra de Lully, donné en 2011 à l'Opéra Royal de Versailles, là où Louis XIV, le Roi Soleil l'a écouté. 

Je n'ai jamais vu quelque chose d'aussi beau : la musique, la mise en scène, les costumes, le décor... pendant plus de trois heures, je ressentais la vibration d'un présent décuplé. William Christie a su prouver que la musique baroque n'était pas ancienne et rétrograde, mais nouvelle et dynamique.

 

Comment s’est passée votre rencontre avec William Christie ? – Quels éléments de sa personnalité vous-ont le plus frappés ?

En 2016, j'ai lancé l'idée du projet à la direction des Arts Florissants, mais je n'ai pu rencontrer William Christie qu'au bout de neuf mois environ, vu son agenda infernal. Il fait une centaine de concert par an dans le monde entier, vous imaginez que ce n'est pas facile d'avoir un peu de son temps libre ! En plus, au début, il faut souvent soutenir son regard intimidant qui perce tous les secrets de votre âme ! Quand je posais une question, il me répondait : "C'est privé !"  Mais je savais que, sous une épaisse armure, William cachait une sensibilité hors du commun et une envie de donner, inhabituelle dans un milieu où on se jalouse beaucoup. À chaque répétition, à chaque représentation, j'étais à nouveau aspirée par une gaieté et une jouissance inconnues, qu'il diffusait autour de lui, aux musiciens, aux chanteurs, aux ouvriers, aux jardiniers de son domaine en Vendée. On se sentait soudain vivre, aspiré par cette énergie comme par un tourbillon.

william christie
William Christie

 

Comment avez-vous perçu les relations entre les musiciens des Arts Florissants et les chanteurs en formation du Jardin des Voix ?

Les musiciens des Arts Florissants sont comme une grande famille. Les plus anciens protègent et aident les nouveaux arrivants et tous sont à chaque fois très heureux de se retrouver. C'était la même chose pour les jeunes chanteurs. Au début, ils étaient bien sûr un peu intimidés de se retrouver au sein d'un des meilleurs ensembles au monde. Mais peu à peu, ils se sont ouverts, épanouis et ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes. Ils ont compris que William Christie et Les Arts Florissants allaient leur permettre de faire un vrai bond dans leur carrière. Et ils ont pu observer que William, avec son exigence et son autorité sans faille, les poussait vers la liberté. La liberté d'exprimer leur talent selon leur caractère et leur personnalité.   

 

Quelles ont été les difficultés rencontrées lors du tournage ? Comment trouver sa place parmi les musiciens, chanteurs ?

 Ce qui est long et parfois compliqué dans ce genre de projet, c’est le travail d'approche et d'observation à mettre en place pour gagner la confiance des protagonistes filmés, tout en restant à distance pour garder le recul nécessaire à un film lucide, pertinent et chaleureusement bienveillant. Mais une fois la confiance établie, je me sentais très bien dans cette aventure. Je garde des souvenirs inoubliables des discussions, des répétitions avec les chanteurs, de la tournée, de l'accueil enthousiaste des publics dans différents pays et de l'émotion des artistes. Cela va me manquer.

 

Vous avez suivi les chanteurs d’une saison du Jardin des Voix depuis leurs débuts jusqu’aux représentations du programme. Combien de temps a duré le tournage ? Avez-vous senti une évolution dans leur tempérament au long du tournage ?

Sans compter le temps d'approche et des négociations, le projet s'est étalé sur deux ans et demi. J'ai commencé à tourner toute seule courant 2017, car je n'avais pas encore de producteur, mais je ne voulais pas rater l'arrivée des chanteurs et leurs premières impressions. Quand nous avons trouvé les financements du projet, j'ai tourné successivement avec plusieurs chef-opérateurs, mais j'ai aussi continué à tourner seule, car parfois il faut être prêt dans l'heure qui suit quand il y a des événements imprévus. Cela m'a permis de faire vraiment connaissance avec les jeunes chanteurs et les musiciens des Arts Florissants. J'ai pu filmer les toutes premières répétitions des chanteurs avec Paul Agnew et Sophie Daneman, puis leur première matinée avec William, l'avant-première au festival Dans les jardins de William Christie à Thiré, puis les voyages et la tournée internationale.  Au-delà de l'apprentissage professionnel, les rapports personnels qui se sont créés entre les chanteurs qui ne se connaissaient pas au début, ont beaucoup compté. Cette atmosphère amicale, de saine émulation exempte de jalousie, leur a permis de travailler sereinement et en confiance. Ils ont acquis de plus en plus d'assurance et j'ai vu combien William était touché par leur épanouissement.

 

Quels sont vos projets ?

Je prépare un film sur un grand écrivain célèbre, dont l'œuvre et le destin dialogue avec notre époque. C'est absolument passionnant, mais je n'ai pas le droit d'en parler pour l'instant. 

 

Si vous aimez la musique Baroque ou si vous désirez la découvrir sous un angle ludique et moderne, rendez-vous le 26 octobre 2020 à 20h. Une visio-conférence avec avec William Christie, suivie de la diffusion du film complet vous seront proposées. Pour vos réservations, suivez ce lien

william christie

 

 

cfa8e6ee-7c8d-492d-b42e-9fd83446f1ef

Catherine Zaccaria

Éducatrice et enseignante, Catherine réoriente ses activités au fil des années. Elle est aujourd'hui Rédactrice en chef.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Singapour ?

Réveillonnez comme à la maison avec So France

Concept français par excellence, So France vous accueille dans son restaurant pour les Fêtes ainsi que dans son épicerie avec des produits sélectionnés avec soin, issus de petits producteurs français

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
SPORT

Wind-Surf : Sarah Hauser entre au Guinness World Records

La windsurfeuse Calédonienne Sarah Hauser entre au Guinness World Records pour la plus haute vague wind-surfée par une femme à 10,97 mètres de haut à Haiku, Hawaï, USA le 31 Décembre 2019.