Jeudi 29 octobre 2020
Singapour
Singapour

Henri Vitté « L’art pour moi a toujours été un moyen pour m’exprimer »

Par Catherine Zaccaria | Publié le 05/04/2020 à 14:30 | Mis à jour le 07/04/2020 à 09:53
Photo : Henri Vitte
henri vitte singapour passion couture

A 19 ans, entre l’adolescence et l’âge adulte, Henri partage avec lepetitjournal.com sa passion pour la couture et la création. C‘est ici à Singapour que lui sont venues ses premières envies de se mettre derrière une des machines à coudre. Aujourd’hui, de retour dans sa famille à cause du covid-19, il profite de son temps libre entre deux cours « online » pour rencontrer des partenaires potentiels.

Henri Vitté est né à Paris mais arrive très jeune à Singapour puisqu’il n’a que quelques mois lorsque ses parents y déménagent. Il suit sa scolarité au Lycée Français de Singapour jusqu’à la seconde puis poursuit son cursus à la CIS (Canadian International School), système éducatif qui correspond mieux à son côté artistique. Il passe son IB en mai 2019. Actuellement il poursuit ses études à l’ESCP (Ecole Supérieure de Commerce de Paris), la première année à Londres, la deuxième à Turin et la troisième année à Paris. Des villes bien connectées au monde de la mode !

 

Une passion récente qui se confirme de jour en jour

Henri se passionne pour la couture depuis qu’il a 17 ans mais dès son plus jeune âge il aime créer. Que ce soit par la peinture, par des dessins, par l’écriture de poèmes ou des textes de chansons, il aime jouer avec les mots. Il aime aussi l’architecture, ainsi que la photographie de voitures de sport et a envie de créer des choses en 3D. Il choisit la couture pour réaliser cette envie.

Pour sa première réalisation, en ayant pris aucun cours de couture, Henri va démonter un de ses T-shirt trop petit pour comprendre comment il est structuré. Sur cette base, il va répliquer les différentes parties, couper son tissu et le coudre. Il y met son propre style et ainsi nait sa première création et son envie de continuer. Il ressent une grande fierté, un immense sentiment de satisfaction d’avoir réussi cette première pièce.

Il choisit donc la couture comme médium pour ses cours d'art en IB et décide de présenter des créations vestimentaires dans le cadre de son travail final. Henri crée également ses premières pièces pour une exhibition en art à CIS où chacun choisit un thème. Il choisit de représenter « les rues et leurs éléments déterminants » dans ses vêtements et crée des T-shirt et pantalons sur ce thème. Ensuite il « customise » une veste en jeans, la pièce la plus artistique selon lui, et une paire de « Vans » peinte à la main avec des bombes à tag. Il continue à travailler sur ses créations et des « customisations » tout au long de sa dernière année d’étude à Singapour et décide de créer sa propre marque, HV - Henri Vitte.

 

henri vitte singapour passion couture

 

Aujourd’hui, à la suite du succès de son travail d’IB, Henri va mettre en vente des répliques des pièces uniques élaborées l’année dernière. Il fera 5 pièces par modèles dans des tailles différentes et seront customisées. Les modèles seront visibles sur sa page Instagram (@henrivitte) et chacun peut passer commande.

 

Des études académiques malgré son côté créatif

Son IB en poche, Henri aimerait poursuivre des études plus artistiques qu’académiques mais choisit de mettre des priorités. Il décide d’étudier dans une école de commerce (ESCP) afin d’avoir un « bagage commercial » lui permettant d’appréhender les différentes contraintes et obligations qu’il rencontrera en gérant sa marque.

Ses horaires lui laissant un peu de temps libre, il arrive à concilier études et création et arrive à insérer sa passion dans ses projets d’école.

Depuis août 2019, Henri est à Londres et décide d’organiser son premier défilé de mode. A cette occasion, il crée 24 pièces sur le thème de l’Afrique, tous les bénéfices devant être reversés à une association œuvrant au Benin. Malheureusement, le Covid-19 interrompt son rêve et le défilé n’a pas lieu en mars comme prévu. C’est une grande déception pour Henri car des personnes influentes dans le monde de la mode à Londres devaient être présentes parmi les 140 invités. Une belle occasion de montrer son travail tombe à l’eau.  Cependant, ses regrets sont atténués puisqu'avec cet évènement il a eu l'opportunité de gérer une équipe de 5 personnes, de créer la curiosité et de trouver deux sponsors. Ce fut pour lui une occasion d'apprentissage enrichissante.

 

henri vitte singapour passion couture

 

Des créations et des customisations

Henri travaille de différentes manières. Soit il crée son vêtement, soit il customise un vêtement. La customisation lui permet de gagner du temps et d’économiser de l’argent. Il achète des vêtements « second hand » comme par exemple pour le défilé de Londres. Lorsque son temps est limité cela lui permet de ne travailler que sur le côté création artistique. N’ayant pas eu de formation en couture, créer une pièce entièrement est faisable, mais demande plus de temps.

Ses inspirations lui viennent parfois d’autres créateurs. Il admire Virgil Abloh qui l’influence particulièrement. Il mélange luxe et streetwear, travaille avec différentes marques dans différents secteurs et ne fait pas que des vêtements. C’est un artiste complet et c’est ce qu’Henri aime et souhaite devenir. Jerry Lorenzo est également un exemple pour Henri, il aime son style et sa façon de voir la mode, de manière minimaliste, pas ou peu d’imprimés, des lignes simples mais classes et des vêtements grande qualité.

 

Son avenir à court terme

Après ses études de commerce, Henri envisage de continuer à créer son propre style. Il espère avoir une collection assez riche pour commencer à vendre ses vêtements et veut se concentrer sur sa marque. Il n’envisage pas une formation en couture car il souhaite découvrir par lui-même, sans être dirigé ou influencé. Comme ses études vont le mener à Turin l’année prochaine, il veut en profiter pour aller voir des usines de production et ainsi commencer une production à plus grande échelle.

 

henri vitte singapour passion couture

 

Et l’avenir à long terme ?

Henri espère se faire une petite (ou grande) place dans le monde de la mode d’ici quelques années. D’ici 30 ans, il aimerait être reconnu parmi ses pairs et être réputé pour son travail. Il ambitionne d’être toujours présents dans 150 ans avec sa marque suivie à travers ses générations d’enfants et petits-enfants, tel que Louis Vuitton ou Christian Dior.

 

cfa8e6ee-7c8d-492d-b42e-9fd83446f1ef

Catherine Zaccaria

Éducatrice et enseignante, Catherine réoriente ses activités au fil des années. Elle est aujourd'hui Rédactrice en chef.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.