L’hébergement court terme à Singapour

Par Jacques Duquesne | Publié le 15/02/2023 à 18:30 | Mis à jour le 15/02/2023 à 18:30
immeubles

Le marché du logement à Singapour semble immunisé contre la récession économique que beaucoup annoncent. La flambée des prix de l'immobilier des derniers mois ne montre aucun signe de ralentissement, aussi bien pour les propriétés privées (condos) que publiques (HDB).

En prime, les changements récents qui imposent à ceux qui vendent leur condos pour “downgrader” vers un HDB de louer 15 mois un appartement avant de pouvoir emménager, a fait monter la demande de biens locatifs.

Tant et si bien que les solutions de logement de court terme ont le vent en poupe. Quelles sont ces solutions ?

Les Hôtels, Auberges de jeunesse et Service Apartments

Durée de séjour conseillée : quelques semaines

Concierge et ménage : oui

Visa nécessaire : non

Bien que la définition de ce qui constitue « prolongé » ou « long » diffère d'un prestataire à l'autre, le minimum commun est de 5 jours ou 7 jours. Beaucoup ont élargi leur offre pour s’adapter au Covid. Malheureusement, la plupart des agrégateurs d'offres ne prennent pas bien en compte les séjours « prolongés » dans leurs résultats de recherche. Il est donc conseillé de visiter les sites web des prestataires directement, ou de les appeler, pour dénicher les meilleurs tarifs.

Quelques exemples parmi d’autres : le Sultan Hotel à Bugis et le Harbour Ville Hotel à Chinatown offrent des tarifs moitié prix pour les séjours de plus d’un mois. Les écrivains qui veulent marcher dans les pas de Kipling et Hemingway peuvent aussi postuler au Writer’s Residency Program du Raffles Hotel.

 

raffles hotel

Les espaces de co-living

Durée de séjour conseillée : quelques semaines à quelques mois

Concierge et ménage : oui pour la plupart

Visa nécessaire : selon les endroits et la durée

Les espaces de co-living offrent une alternative plus sociale à l'hébergement traditionnel. Les résidents y partagent les espaces communs tels que la cuisine, le salon, voire un balcon. Des installations communes telles que piscine, salle de sport ou barbecues sont aussi souvent à disposition.

Ces espaces invitent à la rencontre, ce qui en fait une option attrayante pour ceux qui sont nouveaux dans la ville et pour ceux qui cherchent une expérience de vie plus sociale. Leur clientèle est donc souvent constituée de jeunes professionnels et étudiants.

Les fournisseurs de co-living à Singapour les plus connus sont Hmlet, Cove et The Assembly Place.

La co-location

Durée de séjour conseillée : plusieurs mois (3+ pour condo et 6 pour hdb)

Concierge et ménage : non
Visa nécessaire : oui

 

personnes sur un banc
Bedok Reservoir © Nguyen Thu Hoai

 

La location d'une chambre ou d'un appartement entier est l'option de location la plus répandue à Singapour. Vu les prix des locations d’appartement, beaucoup se louent en co-location.

Pour louer légalement en tant que non-résident à Singapour, vous devez avoir un visa de travail, d'étudiant ou de personne à charge valide pendant au moins six mois. Les touristes ne sont jamais autorisés à signer en tant que locataires.

Pour la location d'appartements HDB et de condominiums exécutifs (EC), les règles sont bien définies. Il faut faire attention à l'éligibilité du propriétaire à louer ses chambres ou son appartement, le nombre de locataires autorisés dans l'unité et le quota d'étrangers imposé par bloc et quartier.

Pour la location d’appartement privés, les règles sont plus flexibles. Il faut s’arranger avec le propriétaire et les autres colocataires. Le format le plus répandu est d’avoir un “Master Tenant” qui signe le bail. Ses colocataires sont listés en tant qu’occupant avec leur FIN et numéros de passeports à la fin du contrat.

À noter qu’une reprise de bail en bon et due forme nécessitera non seulement de trouver un locataire qualifié, mais aussi l'approbation et la coopération du propriétaire.

Le Master Tenant est celui qui prend le plus de risques. Il lui est conseillé de bien choisir ses colocataires et son propriétaire.

 

Liens

Sur le même sujet
jacques-Duquesne

Jacques Duquesne

Découvre l'Asie du Sud-Est et ses cultures depuis 2004. Père au foyer et solo-preneur depuis 2011.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale