Vendredi 22 mars 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Guillaume Levy-Lambert : Passion et intuition pour l’art

Par Laetitia Dubois Crochemore | Publié le 20/02/2019 à 14:30 | Mis à jour le 21/02/2019 à 10:33
Photo : Guillaume Levy-Lambert © Yohan Medina
Guillaume Levy-Lambert galeries d'art Singapour

Brillant homme d’affaires dans la banque puis dans la publicité, Guillaume Levy-Lambert est aujourd’hui un homme qui se consacre entièrement à sa passion : l’art. Il est à la fois collectionneur, galeriste et artiste. Située à deux pas de la Baba House dans un quartier résidentiel de shophouses et où le Street Art a trouvé sa place, la galerie Arts Porters sert d’écrin aux œuvres des différents artistes sélectionnés par Guillaume et son associé.

 

De la banque à la publicité

 

Originaire de la région parisienne et ayant grandi au sein d’une famille juive non pratiquante, Guillaume obtient son bac à seize ans. Après une prépa au lycée Louis-le-Grand, il sort diplômé d’H.E.C.à vingt ans. Des échanges durant ses études et la réalisation de son service national en coopération lui font découvrir New York, Barcelone, Singapour et Montréal. En 1984, il commence à travailler pour BNP Paribas. Très vite, il est expatrié au Japon. C’est la «bulle financière» à l’époque : il a 24 ans et vit au rythme de ce miracle économique japonais pendant quatre ans. Les efforts marketing réalisés par Guillaume sont plus que concluants. Après un retour à Paris (deux ans), il est envoyé à Hong Kong pour réaliser les mêmes performances. Quatre années plus tard, il est expatrié à Singapour. Il est au sommet de la hiérarchie de la division asset management de la banque en Asie, il se voit finir sa carrière au poste le plus haut. Cependant, un rendez-vous avec un client va le faire changer d’idée : il réalise qu’il est doué pour les relations commerciales mais n’est pas aussi enflammé qu’il le pensait pour la finance. Passionné de publicité des années 70-80, il décide de se reconvertir dans ce domaine. C’est le début de son aventure Publicis. Ce géant veut se développer dans la partie Est du globe. Après plusieurs rencontres avec la direction à Paris, Guillaume se voit en charge de développer le réseau Publicis en Asie. Il a une intuition fulgurante pour ce milieu. La période qu’il vit est très intense, les acquisitions d’agences sont nombreuses, l’intégration du groupe se fait à la vitesse de l’éclair. 

 

Guillaume Levy-Lambert Art Porters Singapour
© Laetitia Dubois Crochemore

 

La révélation

 

Depuis sa coopération à Montréal où il acquiert son premier tableau et durant ses années dans la banque et la publicité, Guillaume a toujours organisé des expositions et collectionné l’art. L’été 1999 est une saison qui va changer sa vie. En juillet 1999, il rencontre la personne qui partage sa vie aujourd’hui : Mark Goh. En août, ils décident de se retrouver à Los Angeles pour des vacances et visitent le Museum of Contemporary Art (MOCA). Ils découvrent un tableau de Roy Lichtenstein (artiste préféré de Guillaume) : Desk Calendar. Le calendrier dépeint est ouvert à la date de naissance de Guillaume et sur la page de gauche est entourée la date de naissance de son nouvel amour. En septembre, ils décident de s’installer ensemble, et prennent la décision de créer une collection d’œuvres d’art privée qui racontera leur histoire, qu’ils nomment plus tard la Collection MaGMA. Guillaume commence une enquête sur la genèse de ce tableau, il veut comprendre — et conclut qu’il n’y a pas de hasard. Il rencontre l’ancien propriétaire. Il étudie de manière détaillée la vie de l’artiste. Il rencontre le plus jeune fils de Roy : Mitchell Lichtenstein. Acteur, il a joué dans le film Garçon d’honneur d’Ang Lee. Ce film racontant l’histoire d’amour entre un asiatique et un occidental, a eu un impact très positif sur la communauté gay en Asie. Pour Guillaume, c’est encore un signe et non une coïncidence. Le 26 décembre 2004 à Phuket lors du Tsunami, avec Mark, Guillaume décide de partager l’histoire du calendrier, avec une première exposition en 2010 à Singapour, puis à Paris en 2014, qui décrit d’autres épisodes troublants.

 

Après quelques années encore chez Publicis, il prend à nouveau la décision extraordinaire de changer de métier. Il décide de se consacrer à l’art en le pratiquant (il conçoit une vidéo: Evidence), en le collectionnant et en le vendant. En 2014, la galerie Art Porters est créée.

 

Guillaume Levy-Lambert Art Porters Singapour
@Colin Wan Art Outreach

 

Art Porters

 

Les motivations de Guillaume sont les suivantes : partager la magie de l’art (on peut lire en lettres lumineuses dans la galerie : Sharing happiness with art), permettre à de jeunes artistes de travailler et changer de vie. 

La galerie, détenue par deux associés, Guillaume et Sean Soh, est installée dans une shophouse. L’intérieur se compose de deux salles d’exposition : une grande et une plus petite. La brique est apparente à certains endroits pour rappeler le passé et en même temps pour donner une touche de modernité. Des systèmes de panneaux permettent différentes mises en scènes des tableaux. Les expositions de la grande salle changent tous les deux mois, dans la deuxième salle un peu plus petite, les expositions tournent plus souvent. Le tout donne une impression de grande luminosité et de gaité. Les œuvres superbement choisies sont présentées de manière parfaite. On a envie de tout acheter…

Lors de notre visite, nous avons pu admirer les œuvres de l’artiste Su-En Wong, née à Singapour et installée depuis longtemps aux États-Unis.

Le choix des artistes se fait selon leur originalité et leur personnalité. Les artistes d’Asie du Sud-Est sont privilégiés. Ils sont généralement en début de carrière. Une acquisition chez Art Porters est souvent un pari gagné sur la notoriété future des artistes exposés. 

La galerie participe à de nombreux salons en Asie. Guillaume explique qu’il y avait peu d’art à Singapour, il y a 25 ans. Si Hong Kong reste une place importante pour le marché de l’art en Asie, Singapour compte aujourd’hui de nombreuses galeries et quelques salons : l’annulation du salon Art Stage est selon lui "un accroc" mais cela reste anecdotique. 

 

Guillaume Levy-Lambert Art Porters Singapour
©Colin Wan Art Outreach

 

 

Nous vous recommandons

Laetitia Crochemore

Laetitia Dubois Crochemore

Juriste en droit des affaires, diplômée et passionnée d’histoire de l’art, Laëtitia aime vous faire partager ses coups de cœurs et expériences singapouriennes.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SHANGRI-LA - La question du bonheur et de l’harmonie avec soi-même

​​​​​​​Après la lettre de la Présidente des Amis du Musée (FOM) dans la revue Passage de mars 2019, où est mentionné l’existence du « gross national happiness » au Bhoutan ou « mesure du bonheur des c

Vivre à Singapour

Singapour, Hong Kong et Paris: Villes les plus chères pour expatriés

Singapour, Hong Kong et Paris ont été classées les 3 villes les plus chères au monde pour les expatriés selon une enquête sur 133 villes publiée ce mardi 19 mars 2019 par l’Economist Intelligence Unit

Expat Mag

Athènes Appercu
TOURISME

Kalymnos, l’île aux éponges et aux alpinistes

Kalymnos, quatrième plus grande île du Dodécanèse se fait discrète dans le palmarès des joyaux insulaires grecs. Pourtant, sa beauté naturelle et son histoire n’en sont pas moins appréciables.