Samedi 7 décembre 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EMPLOI - L'intégration de poste en expatriation

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 20/08/2013 à 22:00 | Mis à jour le 20/08/2013 à 02:26

 

Quelles sont les spécificités d'une intégration en entreprise à l'étranger ? D'après une étude réalisée par JL Cerdin auprès d'expatriés français, il apparaît que le développement professionnel, le défi personnel et les considérations monétaires sont les trois motivations les plus importantes à l'expatriation

Le développement professionnel se range parmi les motifs d'expatriation dits "positifs"
Ils sont positifs parce qu'ils sont associés positivement à l'adaptation des expatriés dans le pays d'accueil. L'expatrié progresse dans son domaine professionnel comme dans sa vie privée tout en se confrontant à une autre culture.
Mais tous les individus ne sont pas dans une logique de construction d'un projet professionnel ou personnel. Au contraire, pour certains, la mobilité internationale pourrait être une échappatoire. Ce sont les motifs dits "négatifs" où l'expatriation est une fuite devant des problèmes personnels, professionnels ou économiques.
Laurent Tedeschi, directeur gestion des carrières Suez Environnement conseille même de "Ne pas envoyer quelqu'un qui n'est pas dans une phase de succès, qui cherche à fuir quelque chose. Quand on expatrie un problème, on rapatrie un problème".

La nature même des motivations de départ affecte directement l'adaptation du salarié et donc la réussite de son expatriation. Les motifs dits positifs sont la première étape vers une intégration réussie, les six mois suivant l'arrivée constituant le point d'ancrage de la réussite.
A leur arrivée, les expatriés doivent s'adapter très rapidement. Les entreprises ont beaucoup d'attentes.
Dans un poste classique on dispose généralement de 100 jours pour faire ses preuves et confirmer son intégration dans sa nouvelle fonction. En expatriation tout va plus vite, tout doit aller plus vite.

L'adaptation culturelle
"Il faut savoir entendre ce qui n'est pas dit et discerner ce qui n'est pas montré". Cette phrase de François Cheng est une des bases de l'adaptation culturelle.

Une formation interculturelle permet de comprendre plus rapidement les différences de comportements et les différences culturelles.
Ces formations souvent dispensées avant le départ sont une première étape à l'intégration. Cependant les notions restent théoriques, et l'expatrié ne s'est pas encore confronté à la réalité de son poste.
L'arrivée est une phase d'apprentissage des us et coutumes, de la nouvelle culture et des nouveaux modes de fonctionnement. C'est également, pour certains, une phase de deuil vis-à-vis de situations antérieures avec une prise de conscience des changements inévitables à venir.

Enfin, arriver dans un pays pour la même société peut être trompeur. Au delà de la culture d'entreprise, l'expatrié est confronté à la culture du pays ainsi qu'aux différentes cultures personnelles. Dans un grand groupe international, la mise en place de procédures globales ne se "vivra pas" de la même manière que l'expatrié soit à Amsterdam ou à Jakarta.

Les pressions du siège sont importantes et les expatriés doivent s'investir de manière intense afin d'être rapidement opérationnels. Il s'agit aujourd'hui de justifier son statut d'expatrié par un engagement sans faille sous peine de voir rapidement son poste remis en question.
Les objectifs donnés par le siège sont parfois très éloignés des résultats qui peuvent être obtenus si l'on se base sur les spécificités locales.

Enfin, à Singapour en particulier, les expatriés doivent également s'adapter à un nouveau rythme.
De nombreux expatriés ont un poste régional. Il n'est pas rare de devoir voyager toutes les semaines. Cela entraîne une fatigabilité importante, du stress et un éloignement du quotidien familial.

Lorsque les expatriés n'ont pas eu la chance de bénéficier de journées d'intégration, de formations ou encore de coachs individuels, ils doivent "apprendre sur le tas" pour découvrir et intégrer leur nouvel environnement, en connaître les tenants et les aboutissants, les process et codes totalement différents.

Afin de faciliter son adaptation, l'expatrié devra :

- Etablir rapidement un diagnostic de la situation,
- Analyser le futur poste, l'environnement de travail et ses spécificités,
- Comprendre les rôles et les missions de chacun,
- Identifier et maîtriser les enjeux,
- Communiquer rapidement sur les points de blocages avec d'autres expatriés qui sont probablement passés par des situations similaires et ont su certainement faire preuve de créativité pour résoudre les problèmes,
- Etre souple sur la mise en place des nouvelles règles et des nouvelles procédures, en adaptant son style de management à l'équipe en place, tout en asseyant sa légitimité et son leadership,
- Etre humble et s'appuyer sur son équipe pour identifier et surmonter les défis culturels,
- Faire sentir à son environnement tout l'intérêt qu'il a pour le pays et pour leur culture,
- Passer des messages clairs à sa hiérarchie sur les contraintes et la faisabilité des projets,
- Savoir faire preuve de patience, car la notion du temps est une valeur propre à chaque culture : "Vous les occidentaux, vous avez la montre et nous, nous avons le temps", nous rappelle Ghandi.

L'expatrié "modèle" doit faire preuve de flexibilité, d'adaptation, d'autonomie, de stabilité émotionnelle et de résistance au stress
Cependant il est important de garder toujours en tête que pour travailler dans un environnement multiculturel, il faut : avoir conscience de sa propre culture, admettre que l'autre peut être différent, admettre que son approche n'est pas la seule possible, accepter que nous n'avons pas toujours les clés pour comprendre l'autre et enfin accepter que l'autre n'a pas forcement les clés pour nous comprendre.

Françoise Carbonnel & Aude Beneton- Harmonymobility (www.lepetitjournal.com/Singapour), republié le 21 août 2013

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Découvrez les lauréats des Trophées des Français d’Asie-Océanie 2019 !

Le jury des Trophées des Français d’Asie-Océanie a choisi ses lauréats pour cette seconde édition 2019. La cérémonie de remise des prix s’est tenue le 5 décembre dans la Résidence de l’Ambassadeur de

Vivre à Singapour

Fabrice Filliez « Le dynamisme suisse à Singapour »

Rencontre avec l'Ambassadeur de Suisse à Singapour, Fabrice Filliez, un peu plus d’une année après sa prise de fonction à Singapour. Lors de cet entretien ont été évoqués le soutien à l’économie et au