Mercredi 21 août 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EDUCATION – Un programme Français Langue Maternelle à l’Overseas Family School.

Par Cécile Brosolo | Publié le 18/06/2017 à 12:51 | Mis à jour le 14/06/2017 à 07:15
Photo : Gaëlle Pétra-Legroux et des élèves de Français Langue Maternelle à l'OFS
Le-Petit-Journal-10

L'Overseas Family School (OFS), école internationale à Singapour qui suit le cursus International Primary Curriculum (IPC) en maternelle et primaire, et prépare au collège et lycée au baccalauréat international (IB), a ouvert depuis août 2015 des programmes « langue maternelle ». Explications avec Gaëlle Pétra-Legroux, responsable du programme Français langue maternelle à l'OFS et fondatrice de French Educentre.

Gaëlle Pétra-Legroux vit à Singapour depuis quinze ans, mais revendique des racines françaises profondément ancrées. Après avoir obtenu une maitrise de Droit, enseigné bénévolement dans des associations de quartier en France et travaillé un an au Lycée Français de Singapour, elle a fondé French Educenter où elle a créé et développé un programme spécifique destiné aux élèves francophones du système international. Elle a enseigné l'histoire et le français à l'Institute of Technical Education (ITE) pendant deux ans et est depuis 2011 à l'Overseas Family School (OFS), où elle a mis en place les programmes de français langue maternelle intra-curriculum.

 

www.lepetitjournal.com/singapour - Pour quelles raisons l'OFS a-t-elle lancé ces programmes « Langue Maternelle » ?

Gaëlle Pétra-Legroux - Depuis quelques années, les écoles internationales IB s'ouvrent aux langues maternelles parce que les études montrent que les enfants qui ont de solides connaissances dans leur langue maternelle ont de meilleurs résultats dans la langue d'apprentissage à l'école.

Les réflexions intellectuelles se font principalement dans la langue maternelle. Si elle stagne ou décline, la capacité à réfléchir dans la langue d'apprentissage diminue. C'est particulièrement vrai chez les jeunes enfants et cela affecte toutes les matières académiques.

Avec environ 70 nationalités, la mise en place des programmes à l'OFS a été complexe ! L'école s'est donc concentrée sur les langues les plus représentées parmi les élèves et a développé des programmes en langue maternelle dans 14 langues ; beaucoup de langues européennes, mais aussi japonais, russe, hébreu, ... et bien sûr chinois.
 

Quelles sont les spécificités d'un tel programme, par rapport à des cours de langue ?

- Il ne s'agit pas d'un cours de langue, mais véritablement d'un programme académique intra curriculum. L'approche pédagogique est celle d'une école internationale, mais le contenu suit le programme national français.

Les élèves du cursus sont répartis en groupes de niveaux, et sont tous francophones. Il n'y a pas de mélange avec les élèves de français langue étrangère car les objectifs sont foncièrement différents.

En maternelle, il s'agit d'une initiation, avec quatre fois trente minutes de cours. A partir du grade one (équivalent CP), les cours entrent dans le curriculum avec quatre heures par semaine. Ça veut dire aussi qu'il y a des devoirs à la maison et des examens.
 

Comment se déroulent les cours et comment arrivez-vous à suivre le programme national français en quatre heures par semaine ?

- L'idée est de suivre le programme français, pas de le faire en entier ! L'objectif est de garder un bon niveau académique et qu'à la fin de chaque année scolaire, l'enfant puisse récupérer le système français.

Je privilégie le programme de français. C'est en particulier essentiel pour les niveaux de CP et CE1 où l'on pose fondamentaux de la lecture et de l'écriture. Les cours d'histoire et de science sont en corrélation avec le cursus international. Nous abordons le programme culturel français dans ses grandes lignes ainsi que les grandes notions de l'Histoire de France et l'éducation civique ; nous avons par exemple beaucoup parlé des élections cette année.

Etudier sa langue maternelle permet d'apprendre à réfléchir, à communiquer et développer une intuition, et avoir de solides connaissances en grammaire, conjugaison, orthographe, vocabulaire, ...

Aussi, le français renforce les acquis du cursus en anglais. Les thématiques étudiées en anglais sont revues dans la langue maternelle.
 

Quels sont les avantages de ce cursus pour les élèves selon vous ?

- Tout d'abord, ce programme va aider les enfants à être réellement bilingue, et à devenir un adulte bilingue, à l'aise tant dans un environnement francophone que anglophone, et capable de connaître les subtilités de chaque langue.

Aussi, si vous voulez pouvoir étudier plus tard en France, il faut entretenir et travailler la langue maternelle. Les compétences linguistiques orales ne suffisent pas, le travail écrit est primordial. Les élèves qui ne travaillent pas leur langue maternelle auront des difficultés à intégrer un établissement français.

Ce programme prépare à l'International General Certificate of Secondary Education (IGCSE) (*) bilingue et à l'International Baccalaureate (IB) bilingue, tous deux en niveau French Language A.
 

(*) : Les IGCSEs sont des qualifications internationales les plus populaires du monde pour les élèves âgés de 14 à 16 ans. Passerelle vers l'enseignement supérieur ou études professionnelles dans votre pays d'origine ou à l'étranger, pour obtenir une place au lycée ou à l'Université. Les qualifications niveaux ?A' sont des qualifications reconnues sur le plan international pour donner des opportunités d'entrée à beaucoup d'Universités et de formations professionnelles.
 

Combien d'élèves avez-vous dans ce programme et quel est leur profil ?

- En janvier 2016, nous avions 15 élèves toutes classes confondues (5 classes), et nous en avons actuellement 35 cette année, répartis sur cinq classes de maternelle et primaire. Nous ouvrons le cursus collège à la rentrée prochaine avec une classe commune pour les élèves de 6e, 5e et 4e.

Ce sont tous des élèves francophones, avec une grande majorité de français, c'est d'ailleurs pourquoi nous avons décidé de suivre le programme académique français plutôt qu'un autre programme francophone.

Les parents sont presque tous francophones, à l'exception de quelques couples mixtes francophone / anglophones. Les élèves viennent pour la plupart de lycées français de l'étranger.

 

L'avis des parents

OFS Singapore Campus 

Anne A. et Elodie G sont mamans respectivement de quatre et deux enfants, âgés de 3 à 8 ans ; tous sont scolarisés à l'OFS et suivent ce programme français langue maternelle.

Pourquoi avez-vous choisi une école internationale ?

Anne A ? Après une expérience très positive en école bilingue français/anglais en Thaïlande, notre fille ainée a eu une expérience catastrophique dans le système français à Jakarta. Chute du niveau, ennui en classe, perte totale de confiance en elle et rejet de l'école. En arrivant à Singapour, nous ne voulions pas mettre nos enfants dans le système français et avons cherché d'autres options. La pédagogie de l'OFS, positive, plutôt proche de Montessori, correspond à ce que nous souhaitions.

Elodie G ? Nous avons choisi d'habiter à Singapour pour sa diversité culturelle et souhaitions une école qui reflète cette diversité, tout en offrant un enseignement de qualité, reconnu sur la scène internationale et dispensé principalement en anglais.

 

Ce programme a-t-il pesé dans le choix de l'OFS ?

Anne A ? A 100% ! Nous apprécions énormément l'approche de l'OFS pour l'apprentissage des langues, et nous voulions également que nos enfants puissent conserver le même niveau de français que dans une école française, en particulier pour la lecture et l'écriture, que ce soit reconnu officiellement ou non.

Elodie G ? Complètement ! La possibilité d'apprendre le français à un niveau équivalent de celui qu'ils auraient dans le système français est vraiment un plus. Bien qu'ayant quitté la France il y a 20 ans, le Français est notre langue et celle des enfants. Pour maîtriser la langue dans toute sa richesse, il faut l'apprendre aussi bien à l'écrit qu'à l'oral.

Avoir une école de culture internationale, tournée vers le développement de chaque enfant, avec un programme IB de bon niveau, qui offre le programme MUN, et le programme français langue maternelle était ce dont nous rêvions mais que nous n'espérions pas trouver !

 

Le programme répond-il à vos attentes ?

Anne A ? Tous nos enfants sont heureux d'aller à l'école. Ma fille aînée est passée, en 6 mois, de zéro en dictée à des résumés rédigés sans difficulté sur tout type de sujet, en français et en anglais, à 8 ans. Elle a retrouvé confiance en elle et une fierté d'avoir de bons résultats scolaires.

Elodie G ? Le programme répond à nos attentes et nous souhaitons continuer pour les années à venir. L'enseignante est extrêmement compétente et les cours sont ludiques, même lorsqu'il s'agit d'apprendre la grammaire ou la conjugaison ! Nos enfants progressent et, surtout, aiment le français, ce qui est remarquable pour des enfants qui n'ont jamais vécu en France.

 

Envisagez-vous un retour dans le système français ?

Anne A ? Nous ne pensons pas retourner dans le système français avant la fin du primaire. Après, pourquoi pas, cela dépendra de beaucoup de choses, et en particulier de où nous serons.

Elodie G ? Ce n'est pas notre intention, mais nous pensons que grâce à ce programme, nos enfants pourraient, si besoin, retourner dans le système français. La passerelle serait peut-être difficile, probablement à cause des différences entre les systèmes, mais pas à cause de la langue.

 

 

Propos recueillis par Cécile Brosolo, www.lepetitjournal.com/singapour, le Lundi 19 juin 2017

 

 

Cecile Brosolo

Cécile Brosolo

Ingénieur de formation et passionnée par la photo, Cécile s'intéresse en particulier à la science et à la technique, à la photographie et à l'environnement.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Singapour ?

A gentleman’s tale, un tailleur en 3 dimensions

​​​​​​​Kenneth Chia et Lyn Chan sont en train de révolutionner la taille de costumes sur mesure, en apportant une touche technologique et en venant directement à la rencontre des clients sur leur lieu

Sur le même sujet