Mardi 21 mai 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Christelle Dhellemmes et Barbara Delhaye – Un duo choc pour Paris & Me

Par Laetitia Person | Publié le 14/02/2019 à 14:30 | Mis à jour le 01/03/2019 à 03:01
Photo : @ Cédric Vrolant
Barbara Delhaye, Christelle Dhellemmes, Paris & Me

Prenez une historienne d’art et une juriste d’entreprise qui se connaissent depuis l’enfance et réunissez-les à Singapour. Le résultat donne Paris & Me, une boutique de prêt-à-porter de marques européennes chics et décontractées.

 

Originaires toutes les deux de Béthune, dans le Nord de la France, Barbara Delhaye et Christelle Dhellemmes se connaissent depuis qu’elles sont enfants.

 

Barbara est la première à quitter la France lorsque son futur mari est appelé à Manille dans le cadre de son VSN en 1983. Ils tombent amoureux de l’Asie et se promettent, en rentrant en France, d’y retourner. « Barbara m’impressionnait beaucoup à l’époque » avoue Christelle, « je ne la voyais qu’occasionnellement car elle était toujours partie ». En 1998, l’occasion d’un départ à Singapour se présente à nouveau pour Barbara et son mari. « Je venais d’avoir un enfant, j’étais associée dans une galerie d’art contemporain à Paris, je pensais juste faire une petite parenthèse de deux ans dans ma vie. Au final, nous ne sommes jamais repartis et sommes aujourd’hui PR ».

 

À cette époque, Christelle est juriste d’entreprise. Poste qu’elle occupera quelques années seulement avant de s’installer à Shanghai avec son mari et son fils de 5 mois. Elle aura deux autres enfants en Chine et, dès qu’elle retrouve un peu de temps pour elle, monte un business de revente de lingerie de marques française. Business florissant qu’elle exercera pendant trois ans, jusqu’à son départ pour Bangalore. Après l’Inde, Singapour s’annonce. Christelle sait que Barbara y vit depuis quelques années et reprend contact.

 

Retrouvailles

 

À l’époque Barbara fabrique des bijoux qu’elle vend dans le cadre d’open houses. « Ce n’est jamais facile d’abandonner une carrière professionnelle pour suivre son mari » tient-elle à souligner. « C’est difficile de se reconvertir, de trouver la ressource en soi. Faire des rencontres, se réinventer, se nourrir est une nécessité. Or, Singapour est l’endroit idéal car c’est faisable ». Justement, Christelle fait des rencontres et devient hôtesse pour une société de revente de vêtements. Elles se croisent régulièrement lors de ventes et commencent à travailler ensemble. Singapour est alors en pleine mutation et attire de plus en plus.

 

Ensemble, elles décident de franchir le cap, d’arrêter les open houses, fonctionnant en circuit fermé, et d’ouvrir une boutique. Elles lancent la structure en novembre 2016 et cherchent un espace qui leur ressemble. Christelle veut avoir pignon sur rue comme en Europe, mais le concept est rare ici. Elles trouveront, au hasard de leurs démarches, une boutique dans le mall de Cluny court. Leur crédo ? Proposer du prêt-à-porter abordable, des marques françaises leur ressemblant, des vêtements avec des détails qui changent. Depuis plus de deux ans maintenant, elles accueillent un tiers de Françaises, un tiers de Singapouriennes et un tiers d’expatriées de nationalités diverses. Cette variété de profils leur permet de travailler toute l’année. Même si Barbara avoue un côté plus classique que Christelle, plus mode, elles sont très complémentaires. « Nous nous répartissons naturellement les rôles, même dans l’organisation de la boutique » explique Christelle. « J’ai un côté plus rigide qui m’interdit d’essayer de faire rentrer un carré dans un rond. En revanche, Barbara est plus artistique, elle n’a pas peur de faire des nœuds avec des ronds et des carrés ! ». « Dans une collaboration, il est nécessaire d’accepter aussi bien les défauts que les qualités de son partenaire » souligne encore Barbara.

 

Aujourd’hui, elles mettent leur complicité au service de leurs clientes qui recherchent avant tout leur French touch. Celles-ci sont avides de conseils sur la manière d’accessoiriser un vêtement, de ceinturer une robe, de porter une basket avec une jupe, d’associer des couleurs et savent qu’elles vont les trouver avec Barbara et Christelle. « Faire les achats chez nos fournisseurs parisiens est très intéressant » expliquent-elles en cœur. « Même si l’absence de saisons ne les facilite pas. Nous devons cibler des vêtements de demi-saison et faire du stock. Notre concept repose sur le renouvellement permanent de nos produits. Il est hors de question que toute la communauté française soit habillée de la même façon ».

 

 

 

Laetitia Person

Laetitia Person

Rédactrice en chef de l'édition. Diplômée en droit, Laetitia conçoit des stratégies éditoriales et contribue à la production de contenus en free lance depuis 2011. Elle se passionne pour la course à pied.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

CHRIS ven 15/02/2019 - 02:35

Merci à Laetitia et au Petit Journal pour ce bel article. Un projet qui a abouti grâce à notre passion commune, notre détermination et notre audace. Belle vie au Petit Journal

Répondre
Commentaire avatar

Cathzac ven 15/02/2019 - 01:03

Bravo les filles !! Belle réussite !!

Répondre

Communauté

#MAVIEDEXPAT

Cédric Vrolant, photographe à Singapour, vers un nouvel envol !

Première expatriation à Singapour il y a cinq ans pour Cédric Vrolant, et l’histoire d’une belle reconversion pour cet ingénieur vers la photographie professionnelle. Concert de « M », de Vianney, de