Mardi 17 juillet 2018
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PORTRAIT D’ENTREPRENEUR – Alexia Sichère et Maëlle Pochat, fondatrices de « Try & Review »

Par Cécile Brosolo | Publié le 28/06/2017 à 13:12 | Mis à jour le 01/06/2018 à 15:47
Photo : Alexia Sichère et Maëlle Pochat Try&Review
TryNreview_Une

Les fondatrices de la startup Try and Review, Alexia Sichère et Maëlle Pochat, ont remporté, le 23 mai dernier, le prix « New Comer » des France-Singapore ICT Award 2017, événement co-organisé par Business France et la Chambre de Commerce de Singapour pour promouvoir les technologies et les solutions digitales innovantes proposées par des entreprises françaises et singapouriennes. Nous les avons rencontrées pour en savoir plus sur le concept de leur nouvelle start-up, sur leur parcours et leurs motivations pour entreprendre à Singapour.

www.lepetitjournal.com /singapour ? Quel est le concept de votre start-up « Try and Review », qui vient de reporter le prix « New comer » des ICT Awards ?

Alexia Sichère ? Try and Review est un site internet qui permet de tester des produits gratuitement, déposer des avis sur des produits et consulter ceux des autres membres de la communauté.

Nous travaillons avec des marques de beauté et de grande consommation pour faire tester leurs produits par des consommateurs finaux et les aider à générer des avis online. Les groupes Unilever et Suntory sont par exemple deux de nos clients. Nous opérons sur toute la région Asie-Pacifique et organisons des campagnes à Singapour, au Vietnam, en Thaïlande, aux Philippines ou encore à Hong-Kong.

Le groupe Reworld Media, qui a racheté le site « Tests de produits » en 2015 en France, est partenaire de Try and Review. Reworld Media nous apporte une certaine expertise du media digital ainsi qu'une aide sur les fonctions supports.
 

Que représente pour vous ce prix aux ICT Awards ?

Alexia Sichère ? Participer à un événement qui a réuni plus de 150 professionnels de l'industrie numérique, en présence de l'ambassadeur de France à Singapour, M. Marc Abensour, c'est avant tout une belle opportunité pour nous faire connaître, pour parler de notre offre. 

Maelle Pochat - Nous sommes très heureuses de ce prix, remis par un jury composé de directeurs exécutifs d'entreprises majeures des secteurs ICT, Telco, et finance telles que Google, Microsoft, Mediacorp, Starhub ou Nest. C'est une marque de reconnaissance et de confiance dans notre produit, venant de personnes qualifiées, qui apporte de la visibilité et de la crédibilité à notre jeune société.
 

Votre première startup, Foxysales, était du e-commerce. Le web et le digital sont-ils vos domaines de prédilection ?

Alexia Sichère ? En fait, au départ je voulais travailler dans la culture et l'édition. Mon premier poste était aux éditions Glénat en France, en marketing pour leur catalogue manga. Très vite, j'ai eu une étiquette web car la cible du manga est une population jeune et très connectée. C'est là que j'ai découvert l'univers internet et mobile, et je n'en suis plus ressortie.

Je suis venue à Singapour dans l'idée de créer mon entreprise et je me suis lancée dans le e-commerce avec Foxysales parce qu'en arrivant ici je ne trouvais rien d'excitant online et j'étais très frustrée d'avoir laissé Vente Privée derrière moi. C'était le tout début des sites comme Groupon, Brandsfever, Singsale et vers 2010-2011, le e-commerce a commencé à exploser.

Maëlle Pochat ? Avant de rejoindre Alexia au sein de Foxysales, je n'étais pas du tout dans le e-commerce, mais je gérais la stratégie et le développement produit de la division maquillage chez Yves Rocher. Ce qui m'a tout de suite plu dans le web et qui a marqué une vraie différence avec mon expérience en développement produit où les cycles de développement sont longs, c'est la vitesse d'exécution des projets et la mesure immédiate des résultats de nos actions marketing.
 

Est-ce plus facile d'entreprendre la seconde fois ?

Alexia Sichère ? Oui c'est plus facile. Surtout dans un pays étranger. Tout va plus vite au démarrage,on a déjà une « histoire », plus d'expérience? plus de recul.Le business modèle de Try & Review est aussi moins contraignant que celui de Foxysales. Notre client final n'est plus le consommateur mais les marques de grande consommation. Le e-commerce est très exigeant et chronophage. Il faut se renouveler sans cesse, trouver de nouveaux produits et fournisseurs, gérer les commandes, les livraisons, le service client 24h/24, avoir un site moderne et performant, ... Pour Try and Review, nous faisons certes un gros effort de développement commercial vers les grandes marques, et nous ne chômons pas lors de la mise en place des campagnes, mais les montants des commandes ont quelques zéros de plus !

Maelle Pochat ? Le fait d'entreprendre pour la seconde fois à Singapour nous semble également plus facile car nous pouvons nous appuyer sur un réseau fort construit au fil des années. Cela nous a permis d'aller très vite au démarrage pour conclure nos premières campagnes et également sur toutes les questions logistiques dans la région que nous avions étudiées longuement dans le cadre du développement de Foxysales.

ICT Awards

Qu'est-ce qui vous anime, et vous pousse à entreprendre ?

Alexia Sichère ? Je pense que je suis devenue entrepreneur parce j'aime quand ça change, sinon je m'ennuie. J'adore trouver de nouvelles idées au quotidien, je crois que c'est ce qui me fait avancer.

On a tendance à voir les entrepreneurs comme des gens qui veulent faire fortune, mais c'est une fausse idée. Je les vois plus comme des personnes passionnées, qui ont tout le temps de nouvelles idées. Il y a certainement plusieurs profils d'entrepreneurs, mais moi j'adore la page blanche, l'idée de partir de zéro et de tout construire ; et je trouve la phase émergente très excitante. 

Maëlle Pochat ? Mon premier job dans un grand groupe était passionnant, et avait de nombreux avantages, mais c'était aussi beaucoup de contraintes et de décisions imposées, et un manque de liberté. Ce qui m'a toujours plu, c'est démarrer de rien et tout construire. Je suis fille d'entrepreneurs et j'ai vu mes parents gérer leur entreprise et être libres et passionnés. Rapidement, j'ai su que c'est ça que je voulais faire. L'argent n'est clairement pas ma seule motivation.
 

Avez-vous eu déjà eu envie de tout arrêter ?

Alexia Sichère ? Pendant l'aventure Foxysales, on s'est posé mille fois la question d'arrêter ! Il y a eu des jours où on se disait « jamais plus », mais à chaque fois, il y a avait des opportunités, des projets ou des partenariats qui nous ont poussé à continuer. Ce n'est pas toujours facile, mais on retombe dedans malgré soi. Il y a une part de folie et d'excitation.

Maëlle Pochat ? Les premières années de Foxysales ont effectivement été très difficiles mais si c'était à refaire, je le referais sans hésiter car c'est une expérience professionnelle extrêmement enrichissante et gratifiante lorsqu'on vit ces premiers succès et, surtout, on ne s'ennuie jamais !
 

Comment travaillez vous ensemble ?

Alexia Sichère ? On a toutes les deux le même profil, on est plutôt très proches que complémentaires ; on partage les mêmes valeurs et les mêmes façons de travailler. En revanche, on a des domaines d'intérêt différents. Maëlle va être plus sur la partie RH et process et moi j'adore m'occuper du site, de la technique. On se répartit les tâches un peu en fonction de nos affinités, mais sinon on fait tout ensemble.

On s'entend vraiment très bien et ça fait partie des belles rencontres de la vie. On teste aussi nos idées, on se challenge. Quand on a la chance d'avoir trouvé un partenaire avec qui ça marche, on continue ! 

Maëlle Pochat ? Alexia est la première personne que j'ai rencontrée quand je suis arrivée à Singapour après seulement une semaine sur place. La vie est bien faite car cela fait maintenant six ans que nous sommes associées ! Ce qui fait notre force c'est que nous sommes animées toutes les deux par le lancement de projets, et on ne lâche jamais rien !

Je pense que je ne pourrais pas travailler seule ; j'aime échanger avec quelqu'un, partager mes interrogations et mes idées. J'aimais gérer mon équipe quand j'étais chez Yves Rocher et cela se confirme avec Try and Review avec une équipe qui s'étoffe de jour en jour et sans qui nous ne serions rien.
 

Quel est votre regard sur l'entreprenariat à Singapour ?

Alexia Sichère et Maëlle Pochat ? Nous sommes toutes les deux arrivées à Singapour avec nos maris en ayant démissionné de nos postes respectifs, avec en tête la ferme intention d'entreprendre.

Du point de vue entrepreneur, il y a en effet à Singapour un sentiment incroyable que tout est possible. Il y a des avantages fiscaux, des aides gouvernementales et une flexibilité salariale très appréciables pour une petite entreprise qui se lance. On rencontre aussi facilement des décideurs et des investisseurs. Mais ce n'est pas facile pour autant. Singapour est un petit marché, très concurrentiel et l'expansion régionale, indispensable, est loin d'être simple car chaque marche à ses spécificités.

 

Propos recueillis par Cécile Brosolo, www.lepetijournal.com/singapour, Jeudi 29 juin 2017

 

Abonnez-vous à notre Newsletter !

Suivez-nous sur Facebook !

Cecile Brosolo

Cécile Brosolo

Co-directrice éditoriale. Ingénieur de formation et passionnée par la photo, Cécile a naturellement pris en main les aspects de l'actualité qui touchent à la science et à la technique (la série Merlion, c'est elle), à l'économie et à l'éducation.
0 CommentairesRéagir
Sur le même sujet