Dimanche 16 juin 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ANNABELLE THONG - Dans la tête d'un Singapourien... en France

Par Caroline D. | Publié le 30/10/2018 à 16:00 | Mis à jour le 31/10/2018 à 11:54
Annabelle thong

Imran Hashim, jeune auteur singapourien, a passé quelques années à Paris pour étudier les sciences politiques. Ses descriptions de la société française ont tellement fait rire ses amis qu’il a décidé d’en tirer un roman : “Annabelle Thong”.

 

L’héroïne du livre, Annabelle, est déjà professeure à Singapour, quand elle décide de partir étudier les sciences politiques à la Sorbonne. L’analogie avec l’auteur s’arrête là, du moins on l’espère pour ce dernier. Car le personnage d'Annabelle frôle la caricature tant elle est naïve. La raison pour laquelle elle vient passer une année à Paris ? Pas vraiment pour acquérir un diplôme universitaire mais plutôt trouver l’âme soeur. Car Annabelle, comme beaucoup, idéalise le mâle français.

 

L’histoire est cousue de fil blanc mais, ce qui attise l’intérêt du lecteur français, c’est le regard que l’auteur porte sur la France et ses habitants.

Les observations sont fines et donnent souvent sujet à réflexion. Entre les étudiants français et la Singapourienne, c’est le choc des cultures. Dans la France qu’elle découvre, les immigrés clandestins sont expulsés et Annabelle trouve cela parfaitement normal. Après tout, dit elle, à Singapour, les immigrés clandestins sont d’abord emprisonnés puis expulsés. Mais bien mal lui prend d’exprimer cette opinion. Car Annabelle apprend ainsi à ses frais que la sacro sainte liberté d’expression a ses limites. “ J'aurais mieux fait de garder pour moi mes opinions made in Singapore. "

La liberté d’expression est peut être sacrée ici, mais je ne peux m’empêcher de penser que si on transgresse les limites de ce que les Français considèrent comme idéologiquement acceptable, la seule personne à qui vous pourrez exprimer vos opinions sera vous même. ” La leçon qu'en tire Annabelle : “ L’alternative à l’autocensure est l’exclusion sociale, ce qui est moins draconien que la prison, mais l’effet en est sensiblement identique ”.

Sous un premier abord un peu à l’eau de rose, les expériences d’Annabelle nous entrainent vers des sujets tout aussi épineux ; l’éducation, le rôle de la police, la démocratie... Le curriculum scolaire laisse notre étudiante songeuse, notamment lorsqu’elle découvre qu’en France, les ingénieurs sont forcés d’étudier la philosophie. La considération réservé aux chiens ne finit pas de l’étonner. Elle les trouve mieux traités dans les magasins, restaurants et hôtels que les touristes ne parlant qu’anglais. Quelqu’un se faisait encore des illusions sur l’accueil réservé aux touristes ?! Les aventures d’Annabelle ne s’arrêtent pas là. Elle est confrontée à des émeutes qui suivent la mort accidentelle d’un jeune qui fuyait sans raison un contrôle de police et des manifestations étudiantes contre la hausse des frais universitaires.

 

Imran Hashim s’en donne bien évidemment à coeur joie et nous entraine une fois encore vers une réflexion sur les deux modèles de sociétés.

Qu’un professeur de la Sorbonne décrive Singapour comme un Etat autoritaire  et pas vraiment une démocratie et Annabelle s’insurge contre ce cliché colporté, selon elle, par un étranger qui n’a sans doute passé que quelques jours dans sa vie à Singapour, selon toute vraissemblance en escale pour Bali.

Mais, d’après l'auteur, le gouvernement se moque de l’opinion des européens, plus intéressé d’attirer des touristes en provenance d’Etats policiers, contents de prendre des photos devant le Merlion et aller aux casinos… On est loin de la langue de bois. La lecture va faire grincer des dents… C’est ainsi avec la liberté d’expression…

 

Le roman est en anglais mais la lecture en est facile.

 

Nous vous recommandons

Screenshot_20180925-143420

Caroline D.

Caroline D. vit à Singapour depuis 5 ans. Guide au Musée National de Singapour qui retrace l’histoire de l’ile
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

sanouk ven 02/11/2018 - 07:03

Tout à fait d'accord avec Jim. J'ajouterai que cette Annabelle est pleine de bon sens. Naïveté: c'est le nouveau mot pour désigner le bon sens, sans doute.

Répondre
Commentaire avatar

Jim mer 31/10/2018 - 12:35

Je ne vois vraiment pas en quoi l'histoire est cousue de fils blancs?

Répondre
Commentaire avatar

Caroline D. ven 02/11/2018 - 11:43

Le fil blanc que j'évoque est la vie sentimentale de l'héroïne. Il m'a semblé que la partie" quête de l'homme idéal" n'était pas très originale et la fin prévisible.

Répondre

Communauté

Une fille en chocolat

Marie Monmont ne fait rien comme les autres. D’ailleurs son produit ne ressemble à aucun autre. Marie ? Une fille toute simple et bienveillante au parcours étonnant. Il nous embarque dans le monde du

Expat Mag

IDÉE SORTIE

Découvrez les festivals de musique de cet été

Un retour en France programmé pour les vacances ? Profitez de votre séjour pour participer à l’un des nombreux festivals de musique prévus cet été. Jazz, reggae, musique classique, pop, rock, métal...