Dimanche 15 décembre 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ART CONTEMPORAIN - Une biennale 2016 ancrée dans la région

Par Clémentine de Beaupuy | Publié le 07/12/2016 à 11:12 | Mis à jour le 08/12/2016 à 00:24
work in progress _BIENNALE 2016, 2017, SINGAPOUR

Jusqu'au 26 février 2017, Singapour propose une biennale d'art contemporain s'articulant autour de 7 lieux différents, l'épicentre de cette manifestation se trouvant néanmoins au Singaporean Art Museum (SAM) et son annexe 8Q. Sous la houlette de Susie Lingham, ancienne directrice du SAM et directrice artistique de cette biennale, cette 5ème édition s'attache à mettre en avant le dynamisme de la création contemporaine des artistes régionaux. Des artistes de 19 pays, couvrant une vaste zone du Pakistan au Japon, sont exposés à travers 63 installations différentes, pour la plupart conçues spécialement pour cet événement. 

Ces oeuvres contemporaines ainsi présentées sous le poétique titre An ATLAS OF MIRRORS «explorent les notions de mémoire, d'espace, de temps, de nature, de frontières, d'identité, de déplacement et d'absence ». Vaste programme ! Et effectivement, en parcourant les couloirs du SAM, le visiteur découvre une exposition dense, riche en propositions et qui réussit le tour de force d'être à la fois grand public et très intéressante pour les visiteurs plus experts. 

S'articulant autour de 9 sections, cette biennale nous invite à réfléchir, avant toute chose, sur une identité régionale. Ce qui frappe le visiteur est les artistes exposés ont quelque chose à raconter, à montrer, à analyser sur leur identité culturelle, ancrée dans un pays bien défini. Une fois n'est pas coutume, peu de vidéos, d'installations digitales jalonnent cette exposition. On revient aux matériaux traditionnels comme le bois, la terre cuite, la céramique, l'encre. 

Dès l'entrée, les peintures à huiles (sur aluminium) The Hunters enter the wood de Patricia Perez Eustaquio, artiste philippine (photo 2), donnent le ton. En haut de l'escalier bordé de miroirs de l'artiste japonais Harumi Yukutake, l'étrange animal du malaisien Tan Zi Hao poursuit cette recherche sur les cultures locales. 

 

Tout au long du parcours de l'exposition, c'est cette interrogation, qu'elle soit politique, religieuse, historique ou environnementale, qui traverse les ?uvres. On interroge sans cesse sa place dans ce monde. L'exposition est riche, il est difficile de détacher des ?uvres coup de c?ur. Les encres sur papier de l'artiste chinois, QIU ZHIJIE, sont émouvantes et la force de l'encre rend une belle profondeur à l'oeuvre. Touchante aussi l'oeuvre de Gregory HALILI, artiste philippin qui a peint sur des coquillages (photo 3). Très belle installation de l'indonésien TITARUBI et de l'artiste balinais, MADE DJIRNA avec ses statuettes de terre cuite. Au 8Q, ne pas rater en particulier l'oeuvre émouvante Soap Blocked, réalisée en G.HALILI Karagatan the breath of Oceans 2016 dtailssavon, de l'artiste birman HTIEN LIN. 

Dans cette édition de la biennale, l'art n'est pas global, mondialisé, mais s'inscrit résolument dans l'histoire et la culture d'une région. On regrette simplement en tant que visiteur que cela ne donne pas plus l'occasion de débats, de symposium, de recherches pour mettre en perspective les ?uvres exposées en profitant du rayonnement d'une telle manifestation. 

Résolument avec cette proposition artistique, militante et politique, la cité-Etat entend se positionner comme l'élément pivot et centralisateur d'un art contemporain régional qu'elle compte faire rayonner à travers le monde. Singapour a d'ailleurs ravi le prestigieux prix d'art contemporain, The Benesse prize,  normalement attribué lors de la biennale de Venise. Singapour ou les premiers pas vers un centre d'art contemporain mondial ? 

  

 

 PANAPHAN YODMANEE Aftermath 2016 details

 

Photo de une : QIU ZHIJIE, One Has to Wander trough all the Outer Worlds to Reach the Innermost Shrine at the End, 2016 (details) 

Les 7 lieux principaux de la biennale :

le Singapore Art Museum,

SAM at 8Q

National Museum et exposition FRAC lire l'article ici  

Asian Civilisation Museum 

The Arts House

Peranakan Museum

Singapore Management University 

 
 
clémentine de beaupuy

Clémentine de Beaupuy

Diplômée de Sciences-Po, entrepreneuse et hyperconnectée, Clémentine est spécialiste de tout ce qui touche à la culture, la société, la religion et l'innovation urbaine.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet