Langya (LayV) : que sait-on de ce nouveau virus identifié en Chine ?

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 10/08/2022 à 17:30 | Mis à jour le 11/08/2022 à 04:20
langya virus chine

Les chercheurs ont commencé à suivre un virus nouvellement identifié en Chine, avec des dizaines de cas enregistrés jusqu'à présent : Le nouveau Langya henipavirus (LayV).

 

Le nouveau Langya henipavirus (LayV) a été détecté pour la première fois dans les provinces du nord-est de Shandong et Henan fin 2018, mais n'a été formellement identifié par les scientifiques que la semaine dernière.

 

Le virus a probablement été transmis des animaux aux humains, ont déclaré les scientifiques, et l'autorité sanitaire de Taïwan surveille maintenant la propagation. Les chercheurs ont testé des animaux sauvages et ont trouvé l'ARN viral LayV chez plus d'un quart des 262 musaraignes, "un résultat qui suggère que la musaraigne pourrait être l’animal source du virus". Le virus a également été détecté chez 2 % des chèvres domestiques et 5 % des chiens.

 

musareigne chine langya virus

 

Le virus Langya provoque des symptômes tels que fièvre, fatigue, toux, perte d'appétit et douleurs musculaires

Chez l'homme, le virus provoque des symptômes tels que fièvre, fatigue, toux, perte d'appétit et douleurs musculaires. Toutes les personnes infectées avaient de la fièvre, ont précisé les scientifiques. Le virus était le seul agent pathogène potentiel trouvé chez 26 des 35 personnes, ce qui suggère que le LayV était la cause.

 

Aucun décès dû au LayV n'a été enregistré à ce jour. Le professeur Wang Linfa, de l'école de médecine Duke-NUS, déclare au Global Times que les cas de LayV n'avaient "pas été mortels ou très graves" jusqu'à présent et qu'il n'y avait "pas lieu de paniquer".

 

Selon les chercheurs, on ne sait toujours pas si le virus peut être transmis entre hommes. La plupart des 35 cas concernaient des agriculteurs, et les autres personnes infectées comprenaient des ouvriers d'usine. "La recherche des contacts de neuf patients avec 15 membres de leur famille en contact étroit n'a révélé aucune transmission du LayV par contact, mais la taille de notre échantillon était trop faible pour déterminer le statut de la transmission interhumaine", ont constaté les chercheurs.

 

Le virus Langya, un henipavirus transmissible des animaux à l'homme

Les scientifiques ont séquencé le génome du LayV et ont déterminé qu'il s'agissait d'un henipavirus, une catégorie de virus à ARN zoonotique qui comprend également le virus Hendra et le virus Nipah. Le virus Hendra - qui affecte les chevaux et les humains et est originaire d'Australie - et le virus Nipah - qui a provoqué des épidémies en Asie du Sud-Est - ont tous deux été associés à des taux de mortalité élevés.

 

Le Centre de contrôle des maladies (CDC) de Taïwan a annoncé dimanche qu'il allait mettre en œuvre des mesures de séquençage du génome et de surveillance du virus, a rapporté l'agence de presse centrale de Taïwan.

 

La crise climatique va favoriser l'apparition d'épidémie

Chuang Jen-hsiang, directeur général adjoint du CDC de Taïwan, a déclaré lors d'un point de presse que l'agence étudiait les voies de transmission et collaborerait avec le Conseil de l'agriculture pour rechercher des maladies similaires chez les espèces indigènes.

 

Les experts en maladies infectieuses ont depuis longtemps averti que la crise climatique et la destruction de la nature augmenteront le risque de transmission de virus des animaux aux humains, dans des événements connus sous le nom de "débordements zoonotiques".

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'édition Shanghai.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale