Mercredi 8 juillet 2020

CORONAVIRUS - Une reprise fièvreuse

Par Le Vent de la Chine | Publié le 10/02/2020 à 21:30 | Mis à jour le 10/02/2020 à 21:30
chine-masques-cny-coronavirus

Si le Président Xi Jinping avertissait en janvier 2019 contre les risques de « rhinocéros gris » (situation connue mais sous-estimée), et de « cygnes noirs » (évènements imprévus), il n’avait évidemment pas anticipé l’émergence à Wuhan d’une épidémie d’un nouveau coronavirus (新型冠状病毒, xīnxíng guānzhuàng bìngdú) potentiellement transmis à l’homme par le pangolin. C’est en ce mammifère menacé d’extinction, très prisé en médecine traditionnelle chinoise, que deux chercheurs de l’Université agricole de Chine méridionale (Canton) ont retrouvé 99% des traits génétiques du virus 2019-nCov. Cette maladie lui aurait été transmise par la chauve-souris, également à l’origine du SRAS en 2002… Déjà affublé de surnoms divers tels la « pneumonie de Wuhan » ou le « virus chinois », le 2019-nCov sera officiellement baptisé les prochains jours. Les épidémies passées (la « grippe espagnole », le « syndrome respiratoire du Moyen-Orient »  ou la « grippe porcine ») ont permis d’aboutir à une règle stricte afin de prévenir toute stigmatisation : tout nouveau nom doit éviter l’évocation d’un lieu géographique, d’une personne, d’un aliment ou d’un animal. En attendant, la Chine lui trouvait un nom temporaire, la « Pneumonie à Nouveau Coronavirus » (NCP en anglais). 

Au 9 février, le bilan était de 37 592 personnes infectées, 2 922 soignées et 814 morts, la plupart au Hubei, épicentre de l’épidémie. Toutefois, les chiffres réels sont probablement plus élevés, car les hôpitaux manquent de kits de test (eux-mêmes pas aussi fiables qu’un scanner) et de lits. Les patients sont donc contraints de rentrer chez eux, non diagnostiqués et risquant de contaminer leurs proches et leur communauté… Selon les calculs de chercheurs hongkongais, estimant que chaque patient en aurait infecté 2,68 autres, pas moins de 75 815 personnes auraient contracté le virus dans la seule ville de Wuhan. Le professeur Neil Ferguson de l’Imperial College de Londres, évalue la portée réelle du fléau à plus de 100 000 personnes contaminées. Jusqu’à un tiers du personnel médical aurait attrapé le coronavirus, masques, lunettes et combinaisons protectrices faisant cruellement défaut. Pour renforcer des équipes à bout de souffle et de nerfs, 8 000 médecins et infirmiers du reste du pays ont été envoyés à Wuhan. Deux hôpitaux d’urgence d’une capacité cumulée de 2 600 lits ont été érigés en un temps record (10 jours) sur le modèle de Xiaotangshan, bâti pendant le SRAS en périphérie de Pékin. Son directeur rappelait fièrement que 99% des patients internés à l’hôpital pékinois ont été soignés et qu’aucun membre du personnel ne fut infecté (contre 20% en moyenne pour les autres établissements). Mais les deux hôpitaux ne suffiront pas : un gymnase, et deux centres de convention et d’exposition ont été réquisitionnés pour accueillir 3 400 patients parmi les moins touchés. Pourtant, les habitants tremblent à l’idée que la promiscuité entre malades ne favorise la propagation du virus, ces espaces étant entièrement démunis de zone de confinement… On le sent bien, ces mesures d’urgence sont celles d’une municipalité mal préparée, dépassée par l’ampleur des évènements, faisant les frais d’un mécanisme d’alerte épidémiologique défaillant.

Entre le 10 janvier et le 2 février, seulement 1,28 milliard de voyages ont été réalisés, en déclin de 27,5% par rapport à l’an dernier. Le Dr Zhong Nanshan se veut rassurant : les congés ont été rallongés pour couvrir une période d’incubation de 14 jours. Les voyages retours ne devraient donc pas accélérer la contagion. Pourtant, après avoir revu deux fois ses propres prévisions, l’épidémiologiste affirmait que le pic de contamination n’a toujours pas été atteint, même si le nombre de nouveaux cas n’augmente presque plus depuis le 5 février. Si ce ralentissement se confirme, cela signifiera que les mesures prises par le gouvernement font effet. De toute manière, quel que soit le scénario épidémiologique, le pays ne pourra pas rester ainsi paralysé beaucoup plus longtemps… Comment les salariés en congés sans solde feront-ils pour payer leur loyer, ou rembourser leur prêt bancaire ? Comment les petites entreprises tiendront-elles, faute de trésorerie suffisante ? Comment les patrons vont-ils rouvrir leurs usines s’ils ne disposent pas d’assez de masques pour leurs ouvriers (ceux qui reviennent) ? Enfin, comment la population va-t-elle réagir lorsque des millions vont revenir en ville, alors que de nouveaux cas de coronavirus continuent d’apparaître chaque jour ? Le gouvernement amorce une esquisse de réponse, consistant en des exemptions de taxes et d’impôts, en des injections de liquidités par la Banque Centrale, en une obligation aux entreprises de verser un salaire minimum à leurs employés bloqués par les mesures de quarantaine. Certaines villes appellent même les propriétaires à exempter leur locataire de loyer (ou de le réduire) ! Une chose est sûre : si la Chine s’avance vers une reprise à marche forcée, le contexte est plus qu’incertain…

Nous vous recommandons

Le Vent de la Chine

Le Vent de la Chine

Le Vent de la Chine est une newsletter hebdomadaire d'analyse de l'actualité économique et politique, et sociétale - réputée pour son sérieux et son analyse de qualité auprès des professionnels depuis 1996.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

oscar mar 11/02/2020 - 15:42

Le risque infectieux peut être particulièrement élevé dans les milieux confinés de travail : cette épidémie risque de s’aggraver en pandémie : » Les mesures de prévention et de protection du personnel en cas de pandémie » : http://officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/service-de-sante-au-travail-reglementations/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=151&dossid=556

Répondre