Association Mes Amis : «  Voyager en Corée depuis la France, sans billet d’avion ! »

Par Damien Bouhours | Publié le 13/10/2022 à 18:00 | Mis à jour le 13/10/2022 à 18:00
Photo : Les membres de l'association Mes Amis lors du Festival du Kimchi 2021
Les membres de l'association Mes Amis à Paris

La première Korean Expo était organisée à Paris par l’Association Mes amis, qui souhaite promouvoir la culture culinaire coréenne (mais pas que !) en France. Nous sommes allés à la rencontre de sa vice-présidente Su A Lee, qui nous parle de sa merveilleuse équipe de bénévoles et des nombreux projets de l’association.

 

Comment est née l'Association Mes Amis ? 

L’association a été créée en 2017, car nous voulions organiser des dîners solidaires à la mairie du XVe arrondissement de Paris. Nos dîners réunissent 20 à 30 personnes en difficultés, chaque premier jeudi du mois. Elles doivent s’inscrire à la mairie pour en bénéficier. Nous souhaitions organiser de vrais repas comme au restaurant, avec une entrée, un plat et un dessert coréens. Notre présidente, diplômée de Cordon Bleu, cuisine et nous nous occupons du service.

 

Nous avons ensuite créé le Festival du Kimchi, pour promouvoir ce plat typique coréen et aujourd’hui la Korean Expo, le tout avec une équipe d’une centaine de membres bénévoles.

 

 

 

C'est la première année que le Festival du Kimchi se transforme en Korean Expo, pourquoi cette évolution ? 

Le Kimchi Festival a été créé dans l’idée de faire connaitre le kimchi aux Français. Nous ne voulions pas faire un festival uniquement sur la Kpop ou les Kdrama que beaucoup de gens connaissent déjà. Nous voulions nous concentrer sur la cuisine.

 

Cette année, nous avions l’idée de changer son nom, car nous n’allions pas uniquement nous intéresser à l’alimentation. Nous avons une exposition sur la ville de Busan, des stands de goodies K-pop, des cosmétiques, des ateliers de sport et de danse… Depuis 2021, le festival se déroule en plein air et sur le parvis de la mairie. Cela nous permet d’accueillir plus de monde.

 

Notre envie serait aujourd’hui de nous développer et pourquoi pas d’investir d’autres lieux comme le Palais de Versailles. Nous souhaitons également intégrer une dimension professionnelle en créant un lieu de rencontres entre les starts-ups coréennes et françaises.

 

 

 

Vous avez justement innové avec la création il y a quelques mois de l’espace OORI. Pouvez-vous nous le présenter ?

L’espace OORI est un espace culturel où ont lieu des cours de langue, des ateliers artistiques, des cours de cuisine… Nous organisons des expositions, nous en avons une en cours actuellement. Nous avons des colloques sur la culture coréenne. Nous voulons créer un espace où les passionnés et les personnes qui ne connaissent pas la Corée puissent voyager depuis la France sans billet d’avion.

 

La Corée du Sud connait un succès énorme en France? Nous souhaitons aujourd’hui mettre en relation des start-ups françaises avec des start-ups coréennes et vice-versa. Nous voulons jouer le rôle de pont entre ces deux pays. Beaucoup de start-ups coréennes souhaitent s’installer en France ou être en tout cas mises en relation avec des entreprises françaises.

damien bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Séoul !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale