Yves Jadoul: "le Pasteur Athlétique Club est une fierté de la communauté française"

Par Vincent Bosson | Publié le 28/04/2022 à 11:47 | Mis à jour le 29/04/2022 à 20:00
Match de rugby à São Paulo

Passionnés de rugby, Yves Jadoul et ses compagnons de terrain ont œuvré pendant de nombreuses années pour faire vivre le rugby à São Paulo et au Brésil. Après avoir quitté la Belgique en 1969, Yves Jadoul a étudié au lycée Pasteur et joué au rugby toute sa jeunesse, et un peu plus, portant les couleurs de la francophonie outremer. Fondateur de l’Association des Anciens Élèves du Lycée Pasteur et vice-président de la Bienfaisance Française à São Paulo, il s’est investi avec d’autres, à la restructuration du Pasteur Athlétique Club.  

 

Histoire du Pasteur Athlétique Club de São Paulo, le « Pasteur »

Le rugby au lycée Pasteur de l’unité Mairinque a commencé entre 1962 et 1964, réunissant des joueurs francophones, à l’époque où le bâtiment de la rua Vergueiro n’était pas encore construit.

À l’époque, il y avait déjà des petits tournois périodiques qui s’organisaient, entre des clubs et des écoles d’origines européennes, à São Paulo, le club anglais SPAC, le collège St Paul’s, le lycée français (Lycée Pasteur) et à Rio de Janeiro le Niterói et Rio Cricket.

 

L’équipe du Lycée Pasteur sur le terrain de la Mairinque en 1964
L’équipe du Lycée Pasteur sur le terrain de Mairinque en 1964

Le rugby a beaucoup évolué au Brésil dans les années 70. À l’époque, le club s’appelait « le Pasteur - O « Pasteur » et a été plusieurs fois champion dans ces modalités. D’autres clubs composés par des joueurs d’origine Argentine, Uruguayenne, Chilienne et Japonaise ont créé aussi une forte dynamique pour son développement. À cette époque, le Coq (O « Galo ») a été choisi comme symbole du « Pasteur » et le garde jusqu’à aujourd’hui, avec beaucoup d’évolution, tels que les « Galinhos » (les Petits), les « Galetas » (joueuse féminine). Ensuite, les clubs de rugby au Brésil, qui étaient des groupes de copains, ont dû se structurer fiscalement, le 13 octobre 1981, précisément. C’est en 1986 que le Pasteur Athlétique Club a été fondé, par Mr Taulère, qui a été le premier président du club, Me Jean François Teisseire comme Vice-Président, Zakarias Nahas comme trésorier et bien d’autres.

 

Le coq aussi un symbole de ralliement, la crête du Coq, en mettant la main à la verticale sur la tête et en criant « Allez Pasteur » !

Jusqu’à la moitié des années 80, le Pasteur Athlétique Club était essentiellement francophone, où participaient d’anciens élèves, uniquement masculins. Mais ces élèves vont leur université, quittent le pays, se marient, et pendant presque 20 ans, Le Pasteur Athlétique Club a été repris par des joueurs brésiliens. Malgré l’éloignement progressif de la communauté française et de ses joueurs fondateurs, le club a maintenu son aura, absorbant des joueurs issus de clubs ou d’écoles brésiliennes qui n’avaient plus de structure ou de volonté de soutenir ce sport...méconnus du grand public.

 

l'équipe de rugby à São Paulo
La crête du coq et le cri du ralliement : Allez Pasteur!

 

Les années 2000 : une nouvelle dynamique pour le « Pasteur »

C’est en 2008 qu’un groupe de joueurs du « Pasteur » conduit par Plinio Nascimento, me contacte afin qu’il puisse s’entraîner sur le terrain de l’unité Mairinque. J’ai alors contacté Pedro Kassab, qui était encore directeur général du Lycée Pasteur et qui nous avait déjà ouvert les portes dans les années 1970. En lui exposant la situation, il n’a pas hésité à rendre disponible le terrain. Cela a été le début d’un recommencement. Pour rendre hommage à Pedro Kassab, une étape du tournoi pauliste de l’équipe des Poussins lui est dédiée annuellement, en octobre. Aussi, ce tournoi a été organisé, à l’origine, par un grand pilier fondateur du « Pasteur », Emmanuel Armagnat, longtemps « missionnaire » des jeunes du « Pasteur », un citoyen français qui a semé le bien dans diverses parties du Brésil.

 

En 2016, pour la première fois, le Rugby rentre dans les Olympiades. À nouveau, un ex- « Pasteur », Jean-Marc Etlin, a fortement contribué à la grandeur du Rugby brésilien en investissant temps, argent et compétences de gestion, dans la restructuration de la CBRU-Confédération Brésilienne de Rugby. Fort de sa rigueur professionnelle et de gouvernance, dans la même année, un autre ex- « Pasteur », Laurent Girault, commence à regrouper les anciens afin de « secouer le cocotier » !

 

La dynamique est alors créée pour projeter le « Pasteur » et le Rugby français au Brésil, contribuant à recréer un lien entre la communauté française et les joueurs de rugby brésiliens.

Le coq devait de rapprocher du lycée Pasteur et nous avons compris alors que le rugby au Brésil était éligible à la professionnalisation. Et pour avoir un club fort, il faut de l’argent, de la compétence, de l’organisation et de la gouvernance.

 

2019 : Restructuration du Pasteur Athlétique club

Il existe aujourd’hui des dispositifs fiscaux (Lei de Incentivo ao Esporte) dans l’État de São Paulo et au niveau fédéral qui permettent aux entreprises et aux particuliers d’allouer une partie de leurs impôts aux équipes ayant un projet de développement sportif solide et approuvés par les autorités sportives étatiques. Grâce à ces mécanismes gouvernementaux, depuis 4 ans, le « Pasteur » bénéficie de l’aide d’entreprises, ce qui permet d’employer des moyens financiers pour payer les frais des meilleurs entraîneurs, des frais de transport, de comptabilité, du personnel pour la préparation physique des joueurs, etc.

La communauté et les entreprises françaises ont beaucoup apporté pour le « Pasteur ». Cela représente des montants élevés et les dirigeants du club engagent leur responsabilité civile s'il y a des erreurs et malversations comptables, fiscales et juridiques. Le Pasteur Athlétique club s’est ainsi fortement professionnalisé et est devenu très attractif pour les entreprises ; cela ne veut pas dire que des joueurs gagnent de l'argent comme les footballeurs brésiliens ! Cela permet de faire de belles choses, comme avec ces jeunes qui s'entraînent. Le club compte 130 jeunes et il y a de l’espace pour en accueillir davantage.

C’est devenu une grande famille ; la communauté française peut être fière de savoir qu'il existe une trace de leur activité qui est reconnue et appréciée par tout le rugby au Brésil.

 

Comment fonctionne le Pasteur Athlétique club et le rugby au Brésil ?

Le rugby au Brésil suit les règles de la fédération mondiale de rugby. Il existe des fédérations par État, notamment à São Paulo, Rio de Janeiro, Paraná, Santa Catarina, Rio Grande do Sul et Bahia. Des tournois dans l’état de São Paulo et nationaux sont organisés par la fédération. Le Brésil participe également aux tournois internationaux, dont le tournoi sud-américain où le Brésil joue contre l’Argentine, l’Uruguay, le Paraguay et le Chili. Aussi, des joueurs et des joueuses du Pasteur Athlétique club jouent dans l’équipe nationale brésilienne. L’équipe brésilienne féminine de rugby, les Yaras, est championne sud-américaine.

Pour comprendre le rugby brésilien actuel, il est nécessaire de noter qu’il ne s’agit plus vraiment d’un sport joué par une poignée de personnes d’origine européenne, mais d’un sport joué essentiellement par des joueurs recrutés ou proposés, dès le plus jeune âge, par des organisations sociales présentes dans des milieux défavorisés. Le « Pasteur » collabore depuis longtemps avec la Arca do Saber, Arca do Crescer e Arca do Saber, finançant toutes les semaines le transport et l’entraînement de petits sur le terrain de l’unité Mairinque.

Pour les jeunes filles et garçons, pré-adolescents et adolescents, un ancien joueur du « Pasteur » Mauricio Draghi, véritable missionnaire social, a structuré une importante association dans la favela de Paraisópolis, le « Rugby para Todos ».

Le « Pasteur » accueille également les jeunes de l’association « Rugby para Todos », exigeant une grande organisation et responsabilité lors des trajets de leur domicile vers Mairinque ou vers les tournois, pour l’alimentation, etc.

 

 

Le « Pasteur » est constitué d’un Conseil d’Administration (tous volontaires), d’un Directoire (seul le CEO est rémunéré très symboliquement) et de divers départements opérationnels constitués de personnes rémunérées et/ou volontaires. Le « Pasteur » accueille différents groupes de joueuses et de joueurs de tous âges : (1) Petits de 3 ans à 13 ans, (2) Juvenil masculin de 14 à 19 ans, (3) Juvenil féminin de 14 à 19 ans, (4) Adulte masculin à partir de 19 ans, (5) Juvenil féminin à partir de 19 ans et (6) les Masters Masculins (il n’y a pas encore d’équipe féminine) et les « vieux Pasteur » qui se retrouvent dans 3 ou 4 fois par an.

 

Tous les samedis, de 11h00 à 13h00, au lycée Mairinque, il y a une grande amicale pour les jeunes qui veulent jouer au rugby, de 3 à 19 ans. Le terrain de football est transformé et quadrillé en fonction des âges.

 

Yves Jadoul
Yves Jadoul, Claudinho et deux jeunes du Pasteur Athlétique Club / vincent Bosson

 

Des hommes forts pour le futur du rugby au Brésil  

Hormis les personnes déjà citées, il existe une myriade d’amis, de sympathisant, d’anciens élèves du Lycée Pasteur, d’anciens joueurs du « Pasteur », qui ont beaucoup œuvré pour l’association et le rugby. Claudio Franceschini, surnommé « Claudinho », notre CEO, LA véritable cheville ouvrière du club ; Lucien Bellemont ancien du Lycée, président actuel du Conseil d’Administration qui fut longtemps capitaine et président du « Pasteur », dans les années 80 et 90 ; Jean-Luc Jadoul, ancien du Lycée, longtemps capitaine du « Pasteur » dans les temps de gloire des années 70 et 80, qui a été Président de la Confédération Brésilienne de Rugby, dénommé « le capitaine » et actuellement en charge du marketing et des captations financières ; Laurent Girault, dénommé « la locomotive » et l’ancien Consul de France à São Paulo, Brieuc Pont, (aussi ancien élève du Lycée), avec ténacité, ont œuvré pour que le futur Grand Lycée ait un vrai terrain de Rugby, aux normes internationales, pouvant ainsi recevoir des tournois nationaux et internationaux et faisant du Rugby une superbe carte de visite française à São Paulo, une fierté liant éducation, sport, rugby et éthique.

 

Beaucoup a été fait, mais beaucoup restent encore à faire pour valoriser le rugby et permettre la constitution de groupes de supporters qui n’existe pas encore au Brésil. Le Pasteur Athlétique Club doit son origine au rugby, mais pourrait être une plus grande plateforme amicale et d’intégration sportive de la communauté française et de la francophonie, créant des ponts vers les membres de la Chambre de Commerce France-Brésil, vers les structures diplomatiques, vers l’Association de Bienfaisance vers d’autres modalités comme le cyclisme, les marathons, la voile, etc.

Vincent Bosson

Vincent Bosson

Formé en science de l’éducation et en sociologie, Vincent Bosson est photojournaliste installé à São Paulo, correspondant de lepetitjournal.com pour ses éditions au Brésil (Rio de Janeiro et São Paulo).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction São Paulo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale