Vendredi 6 août 2021

Jair Bolsonaro sort de l’hôpital après une crise de hoquet de plus de 10 jours

Par Caroline Chambon | Publié le 19/07/2021 à 16:25 | Mis à jour le 20/07/2021 à 09:15
Jair Bolsonaro lors d'une conférence de presse

Le 18 juillet, Jair Bolsonaro est sorti de l’hôpital à Sao Paulo après une crise de hoquet de dix jours due à une occlusion intestinale. Le président brésilien a été hospitalisé pendant 4 jours.

 

Le président brésilien victime d’une crise de hoquet

Mercredi 14 juillet, le président brésilien Jair Bolsonaro a été admis en urgence à l’hôpital des Forces armées à Brasilia en raison d’une crise de hoquet persistant depuis dix jours et de fortes douleurs abdominales. Après avoir été diagnostiqué comme souffrant d’une occlusion intestinale, il a été transféré à l’hôpital privé Vila Nova Star de Sao Paulo, d’où il est sorti dimanche 18 juillet.

 

Une occlusion intestinale due aux séquelles de son attaque en 2018

Jair Bolsonaro souffre d’adhérences intestinales depuis qu’il a été poignardé lors de sa campagne pour l’élection présidentielle, en septembre 2018. Le président a subi de nombreuses opérations chirurgicales au système digestif depuis, et est particulièrement sensible des intestins. La crise de hoquet dont il a été victime est un symptôme de l’occlusion intestinale.

 

Que faire en cas de crise de hoquet ?

Le hoquet apparaît lorsque le nerf phrénique, situé au niveau du diaphragme, est irrité. S’il est la plupart du temps bénin et causé par le fait d’avoir mangé trop vite, il peut être le symptôme d’un

problème plus grave lorsqu’il dure plus de 48 heures, comme dans le cas de Jair Bolsonaro.

Se concentrer sur autre chose, boire de l’eau à l’envers, retenir sa respiration puis expirer lentement… Plusieurs techniques existent pour faire passer le hoquet : à chacun de choisir celle qui lui convient le mieux.

Caroline Chambon

Caroline Chambon

Etudiante en relations internationales à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, Caroline a rejoint lepetitjournal.com en mars 2021 en tant que stagiaire à la rédaction.
0 Commentaire (s) Réagir