Daniel Silveira : le combat de Bolsonaro contre le Tribunal Suprême fédéral

Par Vincent Bosson | Publié le 02/05/2022 à 11:50 | Mis à jour le 02/05/2022 à 11:50
Photo : Daniel Silveira lors de la manifestation du 1er mai à São Paulo / Vincent Bosson
Daniel Silveira lors de la manifestation du 1er mai à São Paulo

Le 20 avril 2022, le député fédéral Daniel Silveira a été condamné par le Tribunal Suprême Fédéral (STF) à une peine d'emprisonnement pour ses menaces contre l'état démocratique. Le jour suivant, Silveira a bénéficié d'une grâce constitutionnelle par décret du président de la République Jair Bolsonaro. Explication :

 

Qui est le député fédéral Daniel Silveira ?

Ancien policier militaire, Daniel Silveira a été élu comme député fédéral de Rio de Janeiro, en 2018, alors affilié au précédent parti du président de la République Jair Bolsonaro (PSL).

L’homme politique a été connu avant son élection, à la suite d’une vidéo qui est devenue virale sur les médias sociaux, dans laquelle le candidat de l'époque brise une plaque en l'honneur de Marielle Franco, conseillère municipale assassinée le 14 mars 2018 dans la capitale carioca.

Aussi, en octobre 2019, le député a déposé un projet de loi qui vise à instituer la Journée nationale à la mémoire des victimes du communisme au Brésil, suggérant que des campagnes soient menées pour « sensibiliser les Brésiliens" à la "menace communiste".

 

Daniel Silveira à São Paulo le 1er mai
Daniel Silveira à São Paulo le 1er mai / Vincent Bosson

 

Pourquoi le STF a-t-il condamné le député Daniel Silveira ?

Daniel Silveira se trouve dans la mire de la justice brésilienne, en raison de ses attaques répétées antidémocratiques. Il a été accusé, en outre, d'incitation à l'animosité entre les forces armées et la Cour suprême, et de tentative d'entraver le libre exercice des pouvoirs de l’état fédéral.

Après plusieurs actes menaçant les institutions, notamment à travers la désinformation sur les réseaux sociaux, l'allié du président Jair Bolsonaro publie sur internet, une vidéo dans laquelle il défend l'AI-5, l'instrument le plus répressif de la dictature militaire brésilienne, et la suppression du Tribunal Suprême fédéral (STF).

Sous l’ordre du juge Alexandre de Moraes, le député est arrêté le 16 février 2021. Deux jours plus tard, la Chambre des députés confirme l'emprisonnement de Silveira par 364 voix contre 130. Toutefois, en mars 2021, la détention provisoire est remplacée par une assignation à résidence avec surveillance électronique.

 

Le 20 avril 2022, Daniel Silveira est finalement condamné par le STF à huit ans et neuf mois de prison ferme, à la perte de son mandat, à la suspension de ses droits politiques et à une amende de 212 000 R$, pour des actes antidémocratiques contre des ministres du tribunal.

Le lendemain de la condamnation de Daniel Silveira par le STF, le président Jair Bolsonaro publie un décret graciant les crimes pour lesquels il avait été condamné.

 

Une manifestante à São Paulo le 1er mai
Une manifestante à São Paulo le 1er mai / Vincent Bosson

 

Pourquoi le président Jair Bolsonaro a-t-il gracié Daniel Silveira ?

Selon les médias brésiliens, à quelques mois de l’élection présidentielle au Brésil, le président Jair Bolsonaro, connu pour ces frasques avec le Tribunal Suprême Fédéral, donne un signe clair à ses partisans qu’il n’abandonnera pas ses positions et les personnes qui l’appuient.

 

Avec cette remise de peine, Jair Bolsonaro veut faire de Daniel Silveira le symbole de sa confrontation avec la STF et mobiliser ses partisans ; le 27 avril, Daniel Silveira devient membre titulaire à la Commission de la Constitution et de la Justice de la Chambre des Députés et est élu vice-président de la Commission de sécurité publique de la Chambre.

Vincent Bosson

Vincent Bosson

Formé en science de l’éducation et en sociologie, Vincent Bosson est photojournaliste installé à São Paulo, correspondant de lepetitjournal.com pour ses éditions au Brésil (Rio de Janeiro et São Paulo).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction São Paulo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale