Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 5
  • 0

Travailler au Chili, le guide complet

Comment décrocher un emploi au Chili ? Comment obtenir un permis de travail ? Quelles sont les conditions de travail ? Lepetitjournal.com vous propose un guide complet de ce qu'il faut savoir pour travailler au Chili en 2023. 

travailler à santiago du cchili en 2023travailler à santiago du cchili en 2023
Santiago du Chili
Écrit par Capucine Canonne
Publié le 21 mars 2024, mis à jour le 24 juin 2024

 

Comprendre le marché de l’emploi au Chili  

En 1973, le général Pinochet arrive au pouvoir par un coup d'État. Il met alors en place une politique économique tournée vers le néo-libéralisme, rompant avec l’industrialisation développée depuis les années 1930. Tout cela dans un contexte d’autoritarisme et de contestation violente. Le Chili connaît ainsi un ensemble de privatisations et une réduction importante dans le domaine des aides sociales publiques. Le référendum de 1988 (et la défaite de Pinochet) lance la transition démocratique du pays. Le modèle économique reste celui du libéralisme. 

Les années 90 se traduisent par une période de croissance sans précédent pour le Chili. Le PIB progresse en moyenne de 6,5 % par an. En 1999, comme les autres pays latino-américains, le pays accuse un fléchissement dû à la crise asiatique. En 2001, l’assurance chômage est créée et, en 2005, la bonne santé économique du Chili est reconnue dans une étude de l’OCDE. En 2012, il devient le 11e pays du monde en termes d'investissements étrangers et le pays d'Amérique latine le plus compétitif.

Mais la pandémie vient fragiliser le Chili : les confinements prolongés entraînent une déstabilisation profonde du travail, se traduisant par la perte de 1,8 million d’emplois et la diminution de 13,1 % des revenus du travail d’après l’Organisation Internationale du Travail. Des réformes du Code du Travail voient le jour : « Loi de protection de l’emploi » (Loi n° 21.227) » qui permet le maintien de l’emploi et « la réforme du télétravail (Loi n° 20.220) ». 

Le marché de l’emploi reprend doucement depuis 2021 mais reste fragile avec près de 30 % des emplois qui ne seraient pas correctement déclarés. Les travailleurs informels exercent principalement dans les secteurs du commerce et de la restauration, des services sociaux et de l'agriculture. Néanmoins, le Chili est considéré comme l’un des pays les plus stables d’Amérique latine. Son marché du travail est orienté vers les industries de services et de ressources naturelles (minières, forestières, agricoles) et l’exportation des produits de ces secteurs.  

 

 

exportations au Chili
Exportations au Chili 

 

 

Trouver un emploi au Chili

Pour rechercher un emploi, plusieurs outils sont possibles : 

Préparez votre CV et votre entretien d’embauche. :

  • Le format est généralement similaire à celui utilisé en Europe. 
  • La lettre d'accompagnement n’est pas obligatoire 
  • La photo personnelle n’est généralement pas nécessaire
  • Les prétentions salariales sont souvent demandées très tôt, lors d’un entretien téléphonique, préparez votre réponse (voici un site pour vous aider à y voir clair
  • Sachez que les tests de personnalité sont très populaires lors des entretiens 
  • A noter que les entreprises apprécient que vous soyez déjà dans le pays pour passer rapidement à l’étape entretien. 

 

 

Quels secteurs recrutent au Chili ? 

Le marché du travail au Chili semble saturé pour les personnes diplômées, particulièrement dans certaines professions comme l’ingénierie. Pour se démarquer, il est fortement conseillé de parler couramment espagnol. Même si décrocher un emploi n’est pas simple au Chili, voici les secteurs à fort potentiel : 

  • L'exploitation minière et particulièrement le cuivre 
  • Le BTP, géré par de grands groupes internationaux qui fourmillent de projets de plus en plus modernes
  • L'enseignement : munissez-vous d’un permis d'enseigner. L’enseignement de l’anglais est recherché. 
  • La technologie informatique et l'électronique
  • L'agroalimentaire., seconde source de revenus du Chili (après les mines) 
  • Le tourisme et l’hôtellerie

 

 

scènes de vie dans la ville de Santiago du Chili

 

 

Les conditions d’entrée au Chili

Avant d'entrer dans le vif du sujet, sachez qu’il n’est pas facile pour un étranger de trouver du travail. Dans les entreprises chiliennes, 85 % du personnel doit avoir la nationalité chilienne. Pour travailler au Chili, sachez qu’un étranger doit demander un visa de travail sous contrat ou un visa de résidence temporaire. Le visa de travail permet de travailler 2 ans dans le pays. Pour l’obtenir, il faut signer un contrat de travail. 

Il existe plusieurs visas de travail, en fonction de votre situation : 

  • Le visa « sujet à contrat », le plus souvent accordé. Il permet aux étrangers de vivre au Chili et travailler avec un contrat de travail signé uniquement avec une entreprise chilienne. Il faut demander ce visa en ligne, avant de venir au Chili. Attention, vous n’êtes éligible qu’à condition d’avoir un contrat de travail signé. Ce visa permet à votre famille de venir s’installer au Chili.
  • Le Visa temporaire d'investisseur : Plus complexe à obtenir, ce visa vous concerne si vous venez travailler au Chili pour le compte d'une entreprise étrangère, tout en conservant votre contrat de travail avec celle-ci. Conformément à la loi sur l'immigration de 2022, c’est l'agence d'investissement chilienne qui étudiera le projet d’investissement. 
  • Le Permis à entrées multiples pour affaires : Il est destiné aux étrangers venus pour affaires et qui ne resteront pas plus de 6 mois par année civile
  • Permis de travail en tant que touriste : Cette option, renouvelable et plus facile à obtenir, n’est pas un visa mais un permis de travail vous permettant de travailler au Chili avec un visa touriste. Il est souvent utilisé par des entreprises étrangères qui envoient des employés pour des missions courtes (besoins spécifiques pour un projet technologique par exemple). 

 


 

Que savoir sur le contrat de travail au Chili

Pour être valable légalement, le contrat de travail doit impérativement avoir la forme écrite. En vertu du Code du travail (Codigo de Trabajo), le contrat doit être réalisé dans les 15 jours suivant le début de l'emploi et doit définir toutes les conditions d'emploi. A noter, le contrat de travail doit contenir une clause spéciale par laquelle l’employeur s’engage à prendre en charge les frais du voyage de retour du travailleur immigré au cas où celui-ci n’en aurait pas lui-même les moyens au terme de son séjour.

 

 

la ville de santiago du Chili
Santiago du Chili 

 

 

Connaître les conditions de travail au Chili 

Désormais, le temps de travail des Chiliens est de 40 à 45 heures par semaine, avec un ou deux jours de repos par semaine. Les heures supplémentaires ne doivent pas excéder 2 heures par jour et sont rémunérées 50 % de plus que les heures normales. Dans les faits, Près de 10% des employés du pays travaillent plus de 50 heures par semaine, ce qui en fait l'un des pays au monde où l'on travaille le plus en nombres d'heures... 

En moyenne, le travailleur au Chili a droit à 15 jours de congés payés par an ainsi qu'à 14 jours fériés. Mais ce chiffre varie en fonction des années : en 2023, entre célébrations religieuses et événements historiques, le pays comptabilise 19 jours fériés. Les employés prennent habituellement leurs vacances principalement durant les mois d’été, en janvier ou en février. L'âge minimum légal pour travailler est fixé à 18 ans, mais les jeunes âgés entre 15 et 18 ans peuvent travailler avec la permission des parents (ou autre responsable), sous réserve qu'ils continuent leur scolarité. 

Le niveau de salaire n'est pas linéaire. Il varie en fonction du secteur d'activité, du niveau de qualification, du niveau de diplôme. Pour vous donner une indication, le salaire annuel moyen brut au Chili est de 26.729 USD (selon l’OCDE, 2020).

Concernant l’assurance et la santé, la loi chilienne oblige à s’inscrire à un fond de pension et à une assurance maladie. L’employeur doit également déposer chaque mois 10% et 7% de votre salaire dans ces fonds respectifs. Par ailleurs, vous devez vous inscrire auprès du bureau des impôts et obtenir un compte bancaire local. Tous les étrangers sont légalement tenus de s’inscrire auprès du SII et de déclarer en avril de chaque année leurs revenus obtenus au Chili durant l’année précédente. Pour cela, il faut un numéro fiscal.

Enfin, en cas de rupture de contrat, le code du travail est très strict au sujet des conditions de licenciement : Les employés licenciés peuvent recevoir d’importantes indemnités.

 

 

Qu’en est-il de la culture d’entreprise au Chili ? 

Les Chiliens sont réputés gros travailleurs, à raison de 45 heures par semaine. Comme évoqué précédemment, les relations et le réseau sont très importants dans le monde professionnel. Les Chiliens se baseront sur les conseils d’une personne de confiance pour faire confiance à leur tour.  La hiérarchie est plutôt verticale et les prises de décision sont faites par les cadres supérieurs. Soyez ponctuels mais ne vous étonnez pas que vos collègues chiliens aient quelques minutes de retard. 

 

la culture d'entreprise au Chili

 

 

Niveau communication, privilégiez l’échange en personne ou par téléphone. Si les premiers contacts sont formels, les relations deviennent rapidement chaleureuses. En groupe, il est conseillé de serrer la main à tout le monde et pas seulement aux personnes que vous connaissez. Il est possible de se faire des cadeaux mais pas trop voyants ; ils seront ouverts immédiatement. 

Lors de réunions, il ne faut pas être surpris de la lenteur de certaines discussions ou décisions : une conversation légère peut parfois précéder une plus lourde discussion. D’ailleurs, émotions et sentiments ne sont pas forcément cachés, ils peuvent manifester l’intérêt ou l’enthousiasme sincère de votre interlocuteur. Quant à votre tenue, soyez formel et classique dans les grandes villes. 

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions