TEST: 2283

Ovide ou la séduction à travers les âges

Par Karine Gauthey | Publié le 12/11/2018 à 20:23 | Mis à jour le 12/11/2018 à 20:33
Ovide Quirinale

« L’Amour est un maître bien plus impérieux et bien plus cruel pour ceux qui ne se laissent pas faire que pour ceux qui se reconnaissent ses esclaves »

Les Amours, Ovide

 

 

La Scuderie del Quirinale met Ovide à l’honneur jusqu’au 20 janvier 2019, à travers ses œuvres, ainsi que des représentations picturales et sculpturales dans l’exposition « Amours, mythes et autres histoires ».

 

Né en 43 avant Jésus-Christ, Ovide était un poète accompli, que la postérité a retenu principalement pour ses Amours, son Art d’aimer et ses Métamorphoses, qui est sans nul doute l’œuvre la plus connue. C’est en l’an 4 que l’on découvre ce vaste poème mythologique de quinze livres, dans lesquels les êtres et les choses subissent des changements de formes qui les rendent méconnaissables ou difficilement reconnaissables.

 

Ce sont les dieux qui sont à l’origine de ces transformations, qu’ils effectuent pour se venger, pour punir les humains ou quelquefois les récompenser. Il s’inscrit ainsi dans une tradition grecque, qui consiste à faire des compilations d’exemples mythologiques, à la suite de Nicandre d’Ionie du IIe siècle avant Jésus-Christ et la poétesse Corinne du IVe siècle avant Jésus-Christ.

 

La première salle de l’exposition nous plonge directement dans une atmosphère à la fois antique et contemporaine, mêlant citations du poète à l’aide de néons de différentes couleurs, des sculptures de Vénus Callipyge, Léda (pour ne citer que celles-ci), et des fresques de Pompéi.

 

Ovide exposition quirinale

 

Voyage intemporel

 

C’est donc un voyage intemporel qui est proposé aux visiteurs, qui ont l’occasion d’être ébahis par la beauté des œuvres de Botticelli, d’admirer les manuscrits médiévaux, mais qui peuvent également comprendre certaines pratiques culturelles sous le principat d’Auguste, époque durant laquelle l’empereur cherche à restaurer les mœurs jugées dépravées. Ovide, qui ne prêche guère du bon côté, finira sa vie en exil à Tomis.

 

Cette visite est intéressante, puisqu’elle est organisée de manière simple et rigoureuse, suivant un parcours thématique qui évoque la vie et les œuvres d’Ovide ; il est appréciable d’envisager sous cette perspective globale les œuvres du poète qu’on pourra juger comme le plus « moderne » en amour parmi les antiques, et de constater son influence diluée à travers le temps et les âges, depuis des fresques de la cité Vésuvienne jusqu’au peintre Nicolas Poussin, en passant par les italiens du quattrocento.

 

Accompagnés d’un audioguide compris dans le prix de l’entrée, les curieux qui ne connaissent pas le célèbre poète n’auront aucun mal à comprendre l’ensemble des pièces du palais. On regrettera seulement qu’au deuxième étage, les toiles ne soient pas légendées plus largement ; on aimerait pour les époques plus récentes, pouvoir jouir d’un peu plus qu’une datation et entrevoir les rapports entre le poète et ses émules.

 

 

Informations pratiques

Scuderie del Quirinale, Via XXIV Maggio, 16

Horaires d’ouverture : dimanche – jeudi de 10h à 20h / vendredi – samedi de 10h à 22h30

Tarif : plein 15€ / réduit 13€

 

 

 

Karine Gauthey

Karine Gauthey

Rédactrice en chef et Directrice d'édition bénévole pour Lepetitjournal.com/Rome
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.