Mercredi 21 octobre 2020
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro

Le Brésil dans le déni de la gravité du Covid-19 ?

Par Sandra Camey | Publié le 25/03/2020 à 17:47 | Mis à jour le 25/03/2020 à 18:07
coronavirus brésil Sao Paulo Rio Bolsonaro

Alors qu’un tiers de la population mondiale est en confinement, le président Jair Bolsonaro refuse de placer ses citoyens en quarantaine. Qu’en est-il de la situation dans le pays face à la pandémie ?
 

L’état de la propagation du virus

Le premier cas de Coronavirus a été diagnostiqué le 25 février. L’homme de 61 ans revenait d’un voyage de 10 jours en Italie. 

A ce jour, 2 271 cas sont comptabilisés et 47 décès sont à déplorer au Brésil.
 

Des directives gouvernementales ?

Le 13 mars un premier examen de Jair Bolsonaro atteste que le président est positif au coronavirus, selon le média local Jornal O Dia et les données collectées par le Guardian. Cette information est ensuite démentie par le président brésilien qui s’adonne à un bain de foule deux jours plus tard. Sans respecter les conditions sanitaires recommandées par l’OMS et son propre ministre de la Santé, Jair Bolsonaro salue ses partisans alors que plusieurs personnalités de son administration ont été diagnostiquées positives au COVID-19.

Dans un discours, le président affirme vouloir « maintenir les emplois et préserver l’approvisionnement des familles », et veut « revenir à la normalité » puisque « le groupe à risques, c’est celui des personnes de plus de 60 ans. Alors pourquoi fermer les écoles ? ».

Face à ce déni meurtrier et sans directives gouvernementales pour sa population, plusieurs Etats et villes brésiliennes ont pris des mesures : fermeture des entreprises et services publics et confinement de la population notamment dans l’Etat de Sao Paulo. Le 14 mars, la ville de Rio de Janeiro annonçait la fermeture de ses écoles, stades, théâtres ainsi que la suspension pendant quinze jours des événements et activités y compris les regroupements de personnes.
 

Frontières et voyages

Depuis le 19 mars et pour une durée de 15 jours, le Brésil a fermé ses frontières avec ses pays frontaliers, y compris celle avec la Guyanne française. Cette mesure ne s’applique pas aux étrangers détenteurs d’un permis de résidence brésilien souhaitant rentrer au Brésil par voie terrestre.

Les frontières aériennes sont fermées depuis lundi pour les voyageurs en provenance de ces pays : Chine, pays membres de l’Union européenne dont la France, l’Islande, la Norvège, la Suisse, le Royaume-Uni, l’Australie, le Japon, la Malaisie et la Corée du Sud. Des exceptions sont tout de même admises comme les Français détenteurs du permis de résidence brésilien et les personnes en transit provenant de pays non mentionnés ci-dessus. 
 

Covid-19 : les Français et le Brésil

Tous les Français de passage au Brésil ont pour recommandation de rentrer en France dans les meilleurs délais.

Pour que les autorités françaises aient connaissance de votre présence sur le sol brésilien, et dans l’hypothèse où des opérations de secours seraient organisées, veuillez vous inscrire sur Ariane.

Une cellule de réponse téléphonique de l’ambassade de France au Brésil est mise en place à ce numéro : +55 61 3222 3999

En cas de non réponse de la cellule téléphoniques, vous êtes invité à vous signaler auprès de l’ambassade en remplissant ce formulaire qui sera ensuite à envoyer à cette adresse électronique : covid19@ambafrance-br.org

Le Consulat Général de France à Sao Paulo a mis en place un numéro d’urgence de 08h30 à 18h au : +55 11 3371 5400
Une permanence consulaire est assurée de 18h00 à 08h30 pour les urgences uniquement au +55 11 984 62 52 50 ou au +55 11 984 89 12 79

Vous pouvez également les contacter à l’adresse suivante : coronavirus.sao-paulo-cslt@diplomatie.gouv.fr

Le consulat général de France à Rio de Janeiro a mobilisé ses équipes pour répondre à vos questions de 9h à 18h au +55 21 3974 6850


Pour obtenir des informations générales sur le coronavirus, le Brésil a mis à disposition le numéro de téléphone 136

92156619_221550398957456_3872276264203059200_n

Sandra Camey

De formation scientifique et journalistique, elle s'expatrie à Berlin où elle étudie la photographie et les sciences politiques du Moyen-Orient. Aujourd’hui en écriture de mémoire sur les politiques environnementales au Moyen-Orient
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Rio

IMMOBILIER

Bulles immobilières : les grandes métropoles à risque

Renforcés par la covid-19, les risques de bulle immobilière dans les grandes métropoles augmentent. La banque d’investissement UBS alerte sur ces risques, mais une seule métropole y échappe : Madrid.