Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 8
  • 0

Jeanne LOKOMO, la Congolaise virtuose du xylophone

Ses objectifs : faire connaître et sauver les instruments traditionnels africains, comme le xylophone, et former de nouveaux musiciens.

Jeanne Lokomo et son xylophone traditionnel, au Congo.Jeanne Lokomo et son xylophone traditionnel, au Congo.
Écrit par Philippe Petit
Publié le 7 novembre 2023, mis à jour le 10 novembre 2023

Le xylophone, un instrument traditionnel original.

Jeanne LOKOMO a appris la musique au centre culturel « Mbongi éto » de Kinshasa.

Sa passion s’est développée pour le xylophone en 2001, et elle est devenue l’une des rares femmes à jouer de cet instrument de manière professionnelle.

Le xylophone qu’elle utilise est un instrument à percussion composé d’une quinzaine de lames de bois de tailles et épaisseurs différentes, fixées sur un cadre, et sous lesquelles des calebasses amplifient le son. Elle frappe les lamelles avec deux maillets.

 

Le xylophone traditionnel

 

C’est un objet volumineux qui semble fragile, mais qu’elle n’hésite pas à transporter avec elle quand elle voyage.

Elle sera dans quelques jours, le 16 novembre,  au Festival « Soul Power Kongo » de Pointe Noire, pour participer à la création d’un opéra, « Grandes Sœurs au regard plein de pèlerinage ».

 

Jeanne Lokomo, musicienne Congolaise, en concert

 

Elle s’est fait remarquer récemment de ce côté-ci du Congo, grâce à sa participation magistrale aux spectacles montés à l’institut Français de Brazzaville : « Amadéus 242 », adaptation du Requiem de Mozart au mois de mai, et plus récemment « Le Boléro » de Ravel, avec le chœur Crédo. Jouer ces œuvres mondialement connues sur un xylophone traditionnel est une expérience unique qui a conquis le public.

Elle interprète les œuvres d’autres musiciens, mais elle compose aussi ses propres œuvres. Elle chante et danse également. Elle a publié un single en 2016, intitulé « La Paix ».

Jeanne LOKOMO a parcouru le monde pour faire connaître cette musique unique, au son particulier, jusqu’en Chine, en 2016.

Elle le déclare avec force :

« Je veux jouer partout dans le monde,  pour faire connaître cette musique et cet instrument »

Elle est également formatrice : 28 enfants apprennent à jouer du xylophone, fabriqué localement à Kinshasa, au sein du centre de l’ONG  « Transmission des valeurs positives par les instruments traditionnels. »

C’est pour elle un moyen précieux pour sauver les instruments et diffuser la culture traditionnelle. Il faut savoir que le xylophone était déjà présent en Afrique au XIVème siècle.

 

Affiche Soul Power Kongo 2023

 

 

Pour nous suivre sur Facebook ? Par ici 

Pour nous contacter ?   republiqueducongo@lepetitjournal.com

Pour toute l'actualité, bons plans, reportage et évènements ? Par ici ! 

Flash infos