Dimanche 23 février 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le poumon vert de Bombay est menacé de disparition

Par Isabelle Bonsignour | Publié le 08/09/2019 à 20:42 | Mis à jour le 09/09/2019 à 07:56
Photo : Aarey, le poumon vert de Mumbai - credit : Instagram aareyforestmumbai
Aarey foret vert arbres coupes

Malgré de multiples pétitions et protestations, il y a quelques jours, la mairie de Mumbai (la BMC) a donné l’autorisation de couper 2700 arbres situés dans la zone appelée Aarey au nord de la ville. L’espace ainsi récupéré sera utilisé pour construire un hangar pour les rames de la nouvelle ligne de métro qui relie en souterrain le sud au nord (la ligne 3). Hors, Aarey est considéré comme le poumon vert de cette mégalopole qui s'étouffe sous la pollution malgré la présence quasi permanente de brises marines.

 

Aarey foret vert arbres coupes
Photo Facebook SaveAarey

 

Aarey est une zone entièrement couverte de végétation au nord de Mumbai dans laquelle cohabitent animaux sauvages et humains. Ces derniers font partie des “Adivasi”, la population indigène de la côte ouest de l’Inde. Aarey fait l’objet d'une dispute depuis plusieurs années entre, d’une part, les organisations environnementales, les “Adivasi” et les Mumbaikars résidant alentour et, d’autre part, la mairie de Mumbai (BMC) et l’organisme gouvernemental en charge de la construction de la ligne 3 du métro (Mumbai Metro Rail Corporation Limited - MMRCL). Les premiers soutiennent que la zone répond à tous les critères d’une forêt et qu’elle joue un rôle vital pour la protection de la ville contre la pollution et les inondations. Les deuxièmes maintiennent que la proportion d’arbres qui devraient être abattus est faible par rapport à la superficie de la zone et minimise l’impact environnemental d’une construction à cet endroit. 

 

Les arguments des organisations environnementales, des “Adivasis” et des résidants de Mumbai

Un rapport de l’Organisation Mondiale pour la santé suggère que la pollution de l’air a un impact négatif sur la santé humaine. Les arbres, en rejetant de l’oxygène dans l’air, jouent un rôle important contre la pollution. C’est pourquoi la zone d’Aarey a souvent été qualifiée de poumon de Mumbai et est considérée comme vitale pour la ville déjà extrêmement polluée durant les mois hors mousson.

 

De nombreuses espèces sauvages vivent dans cet espace vert :  on y a recensé une douzaine de mammifères dont de nombreux léopards, 77 types d’oiseaux et environ 80 types de papillons. Malgré cela, Aarey n’est pas considérée comme une forêt. Si sa superficie est diminuée, cela pourrait engendrer un conflit entre les hommes et les animaux, en particulier avec les léopards. Ces derniers risquent de s’aventurer dans les quartiers habités pour trouver la nourriture qui a disparu de leur habitat normal. Ils ont déjà été aperçus devant des immeubles à Goregaon, qui se situe pas loin d’Aarey. 

 

Aarey vert poumon arbres coupes
Photo Facebook SaveAarey

 

Enfin, l’aire délimitée pour la construction du hangar sert aujourd’hui de barrage à la montée des eaux de la rivière Mithi qui traverse le quartier d’affaires de Bandra Kurla Complex et passe près de l’aéroport international. Plusieurs experts ont identifié des réseaux de canaux souterrains naturels qui absorbent le trop plein d’eau en cas de fortes pluies et évitent ainsi la montée rapide de la rivière et son débordement. Ils prennent en exemple les intempéries du mercredi 5 septembre, quand la rivière a débordé :  des milliers de personnes habitant un quartier situé en bordure ont du être évacuées d’urgence par les secours. 

 

Les contre-arguments des organismes gouvernementaux

La zone comprend environ 400 000 arbres. Seulement 2700 doivent être abattus, ce qui ne représentent q’une infime partie de l’aire totale. De plus, la BMC ne considère pas Aarey comme une forêt et avance que le développement de la ville entraine nécessairement une réduction des zones vertes mais que celles-ci seront recréées par la suite. 

Cet argument est réfuté par les organisations environnementales qui prennent en exemple, les nombreux arbres abattus pour la construction de la ligne 3 du métro. La BMC avait promis qu’ils seraient replantés. Mais, soit, ils ne l’ont pas été, soit, ils n’ont pas survécu à la transplantation. 

 

La BMC avance d’autre part, que cet emplacement est optimal en termes de coût pour le hangar des rames de métro et que les autres sites étudiés ne sont pas viables économiquement. Les protestataires ne croient pas en cet argument et proposent d’établir le hangar dans le même site que celui de la ligne 6 du métro qui est déjà en construction en avançant que les deux lignes considérées se croisent sur une station et que, donc, cela ne nécessiterait pas de rails supplémentaires. 

 

Aarey foret poumon vert arbres coupes
Photo Facebook Save Aarey

 

La décision finale toujours contestée par les écologistes

Après une longue bataille, le jeudi 6 septembre, le feu vert a été donne pour la coupe des arbres malgré les avis défavorables des experts. Mais, les résidants de Mumbai ne baissent pas les bras et continuent de manifester pour empêcher la destruction du poumon de la ville. Ils ont été nombreux à manifester ce samedi malgré la pluie torrentielle et les réseaux sociaux ont relayé pétitions et appels à la lutte pour protéger Aarey. 

 

 

 

Pour en savoir plus, consulter le site letindiabreathe

 

 

Nous vous recommandons

isabelle bonsignour

Isabelle Bonsignour

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée au long cours et fervente lectrice du site lepetitjournal.com, elle a rejoint l’équipe en créant l’édition de Bombay.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualité en Inde

Chennai Appercu
DIPLOMATIE

Rencontre entre Modi et Trump en Inde : tapis rouge et polémiques

Une réunion bilatérale est prévue entre le Premier Ministre Narendra Modi et le Président Américain Trump les 24 et 25 février : Sécurité renforcée, négociation d’un accord commercial et polémiques.

Que faire à Bombay ?

ART

Bollywood s’affiche dans la rue grâce à Ranjit Dahiya

Depuis une dizaine d’années, le street art a pris son essor à Bombay. Le street artist Ranjit Dahiya fondateur de Bollywood Art Project (BAP) nous en dit plus sur ses œuvres qui sortent Bollywood...