Lundi 26 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Women of New York : Valérie-Anne Demulier, fondatrice de She for SHE

Par Portraits de Femmes - avec le soutien de Rue du Paradis | Publié le 10/08/2019 à 15:10 | Mis à jour le 10/08/2019 à 15:10
Photo : Valérie-Anne Demulier
She for S.H.E

Valérie-Anne Demulier est née et a grandi en Belgique. Après sept années d’études de droit, elle commence sa carrière au Luxembourg comme avocate en droit des affaires. C’est durant cette période au grand-fuché que la jeune femme rencontre celui (aujourd’hui son ex) qui lui fera traverser l’océan Atlantique pour venir s’installer à New York.

Elle arrive dans cette ville qu’elle ne connaît pas en 2015. En amont de son installation, elle prend le soin de s’assurer une continuité de carrière. Ne pouvant pas exercer son métier d’avocate Outre-Atlantique, elle travaille pour une entreprise luxembourgeoise. Elle a en charge le développement business tout en restant dans son environnement juridique. Valerie-Anne le dit « je ne voulais pas être une femme au foyer et je voulais aussi me constituer mon propre réseau amical ». Indépendante et éprise de liberté, elle commence à tisser des contacts avec des proches de son entourage. Par logique, elle se rapproche surtout de femmes « ça m’aurait paru étrange de contacter des hommes pour les inviter à aller prendre un café » s’amuse-t-elle. 

Valérie-Anne adore organiser des soirées, des dîners, alors elle commence par inviter son nouveau réseau féminin à des apéros sur son rooftop ou dans son salon. Puis, un jour, elle part d’un constat «  parfois, dans un dîner, on devine une conversation qui a l’air super intéressante à l’autre bout de la table et on ne peut pas y participer ». C’est ainsi qu’elle propose à son réseau de se retrouver chez elle, pour discuter d’un thème donné. Ses proches adhèrent. Le début de She for S.H.E est lancé.

She for S.H.E est un réseau de femmes francophones à New York que Valérie-Anne Demulier crée en 2016. « Je voulais me créer ma propre aventure » dit-elle. Depuis 3 ans, le réseau s’est agrandi et She for S.H.E devient un incontournable pour les femmes francophones de la ville.

Rencontres avec une invitée, ateliers, réunions de discussion sur un thème donné et soirées networking, avec le traditionnel apéro du mois She, sont proposés aux membres, chaque jour plus nombreuses. Aujourd’hui, Valérie-Anne s’appuie sur un réseau global de 1200 personnes avec une bonne centaine de membres actives.

La preuve que She for S.H.E marche ? Outre un réseau de femmes qui se développe, Valérie-Anne Demulier est de plus en plus sollicitée par des marques qui lui proposent des collaborations ou des speakers qui ont envie de venir à la rencontre de son réseau de femmes francophones de New York. Dans ses projets, continuer à proposer toujours et encore des rencontres surprenantes à ses membres, mais aussi se développer, pourquoi pas dans d’autres villes.

Pour elle, New York est la ville où tout est possible, mais aussi la ville pour laquelle elle a eu un véritable coup de coeur. C’est la ville où tout a commencé. « Je n’aurais jamais monté ce projet en Europe » avoue-t-elle. Mais dans cette ville empreinte de dynamisme, d’inspiration et d’encouragement, Valerie-Anne a osé, mais a aussi ressenti le besoin de se lancer. 

Elle qui a démissionné de son poste confortable pour poursuivre son aventure She for S.H.E, y croit. Où son réseau la mènera, pour l’instant, elle ne sait pas. Ce que l’on sait, c’est que le réseau est né à New York et qu’il entraîne avec lui, de plus en plus de femmes passionnées et passionnantes.

Pendant ce temps, Valerie-Anne Demulier continue de « Sharing, Helping Empowering ». Elle est l’une des Women of New York...

 

Pour en savoir plus sur le réseau She for SHE 

 

Article rédigé par Rachel Scharly - rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour