Dimanche 1 août 2021

Un trio féminin aux commandes de French Bee

Par JC Agid | Publié le 16/07/2021 à 15:09 | Mis à jour le 19/07/2021 à 12:44
Photo : Muriel Assouline, Dalila Hammou, Sophie Hocquez
Les femmes à la tête de la compagnie aérienne French Bee

Une nouvelle compagnie aérienne française fait son apparition dans le ciel new-yorkais. Son nom ? French bee. Un Airbus A350-900 bleu et blanc, l’avion le moins gourmand en fuel du moment et le seul A350 à assurer la liaison entre New York et Paris, a atterri pour la première fois le 14 juillet à Newark International et s’est envolé le lendemain avec plus de 400 passagers à destination d’Orly. Petite particularité de French bee, cette compagnie compte trois femmes à sa tête, une situation extrêmement rare dans l’aérien.

 

French bee

(c) French bee

 

Notre trinôme apporte une sensibilité et une écoute différente de nos salariés et de nos clients

Une femme directrice générale, une autre responsable du commercial et depuis quelques mois une troisième chargée de la gestion du personnel., « Notre trinôme apporte une sensibilité et une écoute différente de nos salariés et de nos clients », explique Muriel Assouline nommée à la tête de French bee dès la création de la compagnie en 2016. À elles trois, elles définissent la stratégie et participent aux achats d’avions, recrutent les pilotes, mécaniciens et le personnel navigant, et vendent à leurs clients une expérience « sur-mesure ». « On ne s’interdit aucune idée pour mieux servir les passagers » ajoute Muriel Assouline, « si, en tant que femmes, on a osé progresser dans la hiérarchie, on ose aussi imprimer une vision différente dans nos fonctions ».

L’ascension de Muriel Assouline au poste de Directrice générale ne doit rien au hasard. Sa carrière est intégralement dédiée à l’aérien. Cette ingénieure et diplômée de l’École Nationale de l’Aviation Civile (ENAC) a travaillé tour à tour pour Air Liberté, L’Avion puis Openskies après la fusion et Aigle Azur avant de rejoindre French bee.

Deux ans seulement après son lancement en 2016, French bee—la compagnie sœur d’Air Caraïbes—affiche des premiers résultats positifs, « c’est une très belle histoire fondée sur une croissance raisonnée, le choix de l’A350 configuré en bi-classe, des routes sélectionnées avec précision et portée par un esprit start-up et familial » explique Muriel Assouline. La compagnie aérienne a desservi à ses débuts la République Dominicaine, elle dessert aujourd’hui, les îles de La Réunion, et de Tahiti, San Francisco et depuis le 14 juillet, New York.

 

Le lancement de French bee entre New York et Paris s’inscrit dans une stratégie de développement reporté d’une année pour cause de pandémie. La jeune compagnie française devrait également relancer sa ligne Paris-San Francisco-Papeete dès la levée du Travel Ban. French bee compte consolider ses routes américaines et pourquoi pas, en ouvrir de nouvelles d’ici l’été 2022 avec l’arrivée dans sa flotte de deux nouveaux A350-1000. Pour son inauguration sur la ligne mythique New York-Paris, un marché annuel de 2.3 millions de passagers, French bee propose dans un premier temps trois vols hebdomadaires en juillet entre Newark et Orly, puis quatre en août avec l’objectif d’un vol quotidien à terme.  

 

Nous espérons ainsi marquer les esprits des jeunes femmes à bord et au sol

Si la direction de French bee est dominée par des femmes—à l’exception de son Président Marc Rochet, expert français dans l’aérien connu à New York notamment pour avoir créé et développé avec succès en 2007 L’Avion, devenu par la suite Openskies—cette diversité existe également aux commandes des appareils. Sur les 60 pilotes de la compagnie, six sont des femmes, « des pilotes très expérimentées avec au minimum une dizaine d’années d’expérience », précise Muriel Assouline. À l’occasion de la Journée de la Femme, French Bee a opéré le 8 mars un vol avec un équipage exclusivement féminin. « Nous espérons ainsi marquer les esprits des jeunes femmes à bord et au sol afin qu’elles soient de plus en plus nombreuses à rejoindre les métiers de l’aérien », explique Claire Fremmery, Commandant de bord sur A350 chez French bee.

 

« Notre ambition », précise la Directrice commerciale de French bee Sophie Hocquez, « n’est pas seulement de créer de la diversité hommes-femmes mais aussi une diversité culturelle, au sein de la compagnie ». French bee recrute ainsi localement des agents commerciaux et du personnel navigant pour proposer « des expériences diverses ». L’équipe commerciale de French bee est ainsi 100 % américaine aux États-Unis. « Nous sommes une compagnie française-internationale », ajoute Sophie Hocquez.

« Air Caraïbes et French bee, filiales du groupe Dubreuil, sont des entreprises modernes et efficaces aussi bien en termes de management que de flottes », souligne Jean-Paul Dubreuil, Président du Groupe Dubreuil Aéro. « La mixité et la diversité culturelle font partie de l’ADN de nos deux compagnies, pour le top Management comme à tous niveaux dans l’entreprise. A ce titre, nous nous inscrivons non seulement dans l’économie des départements et territoires desservis mais nous recrutons aussi des Femmes et des Hommes qui en sont issus ou qui les connaissent pour notamment répondre parfaitement aux attentes des clients qui voyagent sur nos lignes ».

 

Avec 93 points sur 100, French Bee est d’ailleurs très bien noté par l’index français d’Égalité Femme/Homme qui surveille le développement de la diversité et de l’égalité de traitement dans les entreprises de plus de 50 salariés. « Plus de la moitié des salariés de French Bee sont des femmes », explique Dalila Hammou, Directrice des ressources humaines de French bee.

Cette parité n’existe pourtant toujours pas dans l’aérien, un secteur encore très dominé par les hommes. Selon les chiffres de l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA), les femmes ne représentent que 6 à 9 % des pilotes. « Il semble que l’on entende beaucoup parler des femmes pilotes récemment », explique Jane Hoskisson, la directrice pour le talent, la formation, l’engagement et la diversité de IATA. « Mais ce pourcentage n’a pas évolué depuis 1945 », ajoute-t-elle. Et si les médias, comme ici, parlent si souvent des femmes Directrices générales d’une compagnie aérienne—comme ce fut aussi le cas lors des nominations de Nathalie Stubler et d’Anne Rigail chez Transavia et Air France— « c’est parce que ce sont des femmes, et elles sont si rares », ajoute Jane Hoskisson.

 

une clientèle chez French bee particulièrement familiale

Pour imposer une plus large diversité hommes-femmes dans l’aérien, IATA a lancé l’initiative 25by2025 afin d’inciter les compagnies aériennes à accroître le nombre de femmes à des postes stratégiques.

Au-delà d’une égalité des opportunités et des compensations salariales, la présence de femmes à la tête de compagnies aériennes apporte une vision et une expérience différente qui profitent finalement aux passagers eux-mêmes, « une clientèle chez French bee particulièrement familiale », précise Sophie Hocquez.

 

French bee

(c) French bee

 

Le parcours de Sophie Hocquez marque la diversité des équipes au sein de French bee : Directrice Commerciale de French bee dès 2016, Sophie Hocquez offre à cette compagnie aérienne son expertise internationale de la vente, des relations clients et des stratégies digitales. Cette ancienne responsable de la coordination numérique pour La Redoute rejoint en 2012 Voyages SNCF.com avant d’être remarquée par French bee.

Avoir plus de dirigeantes dans l’aviation ne masque pas le besoin de former des femmes aux commandes des avions et d’autres en charge de leur maintenance. French bee souhaite ainsi inciter les écoles d’ingénieurs à offrir la possibilité « aux jeunes femmes qui souhaiteraient—mais qui n’osent pas—devenir pilote, de réaliser leurs rêves », ajoute Dalila Hammou. « Nous voulons inciter les jeunes femmes à faire ce qu’elles ont envie de faire », y compris de se préparer à des carrières techniques.

Agée de 34 ans, Dalila Hammou est la plus récente recrue du trio de direction. Ses premières expériences chez Philips Healthcare et General Motors n’avaient rien à voir avec l’aéronautique. « Vu de l’extérieur, le monde des avions est magique » dit-elle en ajoutant « J’ai encore le côté paillettes dans les yeux ».

 

La déclinaison des bleus turquoises et pâles qui habillent les Airbus de French bee sont sans doute un clin d’œil aux lagons des mers et océans qui encerclent les îles que la compagnie dessert depuis sa création. Elle est aussi une main tendue vers d’autres couleurs, toutes les couleurs, une invitation à voyager avec une entreprise qui pense autrement.

 

 

Pour en savoir plus sur les vols French bee

Vol BF 721
Départ de Newark International : 22:55
Arrivée à Paris Orly (le lendemain) : 12:20 

 

Vol BF 720
Départ de Paris-Orly : 18:45

Arrivée à Newark International : 21:00

 

 

Nous vous recommandons
JC Agid

JC Agid

JC Agid est le fondateur de 37EAST, une agence de conseil media et développement aux Etats-Unis, au Mexique et en France. Il est également membre du conseil d’administration des American Friends of the Paris Opera and Ballet et de LeaderXXchange.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
PHOTO

Covid-19 : les anti pass-sanitaire et antivax manifestent au Congrès à Nouméa

Retour en images sur la manifestation de ce samedi 31 Juillet devant le Congrès de Nouméa, cortège formés d'anti-vaccins et d'anti-pass sanitaire qui exultent leur droit à la liberté individuelle.