Lundi 1 juin 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Quand la photographie sert une cause : Picto Loves The Bowery Mission

Par Rachel Brunet | Publié le 14/05/2020 à 21:57 | Mis à jour le 15/05/2020 à 14:30
Photo : Bronx, Summer 1966, Kids playing on an abandonned car Plymouth Savoy©️Jean-Pierre Laffont
Bowery Mission

Une crise sanitaire devenue crise économique puis crise sociale. Autre réalité, la pauvreté frappe New York. Si la ville vole au secours des new-yorkais, des associations, parfois récentes parfois historiques accompagnent aussi les plus fragiles. Dans une ville où le temps est suspendu, un Français, Julien Alamo, met la photographie d’art au service d’une cause et d’une association : The Bowery Mission.

 

The Bowery Mission

« Victory Men » 1953, Lionel Rogosin ©️Rogosin Heritage

 

Picto Loves The Bowery Mission

À la tête de Picto New York, - antenne de Picto Paris, créé dans les années 50 et référence pour les professionnels de l’image -  Julien Alamo a vu son activité s’arrêter du jour au lendemain. « Nous allions commencer la saison des foires d’art et de photographie. Tout a été mis en suspend » raconte le Français. L’autre activité de Picto, l’accompagnement des annonceurs du luxe, de la mode et de la beauté est aussi arrêtée. « L’exposition que je préparais avec la galerie Richard Taittinger pour célébrer les 70 ans de Picto a était repoussée ».

Avec philosophie, c’est ainsi que Julien Alamo prend cette réalité qui s’abat sur le globe. « J’ai décidé de mettre à profit mon temps au service d’une cause ». Son temps, son savoir et son réseau. Dans son carnet d’adresses : les plus grands photographes mais aussi d’autres artistes moins connus. Son idée, mettre la photographie d’art au service de ceux qui ont faim. C’est l’artiste Pascale Roux de Bezieux qui lui souffle l’idée de The Bowery Mission, une institution historique de la ville qui vole aux secours des sans-abris. Mais depuis quelques semaines, d’autres new-yorkais désemparés viennent chercher non pas refuge mais un repas dans cette association caritative qui porte le nom du quartier jadis déshérité de New York où elle est née, il y a cent quarante ans. C’est l'une des plus anciennes oeuvres caritatives de la ville.

Trois cent soixante-cinq jours par an et sept jours sur sept, The Bowery Mission accueille dans ses centres ceux qui ont un besoin immédiat de nourriture, d'un abri, de sanitaires, de vêtements. Annuellement, elle fournit 653 500 repas chauds, habrite 167 300 personnes et offre 46 400 vêtements.

« En une nuit, j’ai crée le site internet. Mon projet était de demander à des photographes d’offrir une photo qui, une fois vendue via le site permettra de reverser les fonds à la Bowery Mission et contribuer aux très nombreux repas supplémentaires offerts depuis le début de la crise ». Ainsi est né « Picto Loves The Bowery Mission ».

 

Laffont, Depardon...

Il présente le projet à son précieux réseau de photographes, tous acceptent d’offrir une photographie pour la bonne cause : aider ceux qui ont faim. Le site est ouvert depuis le 25 avril, un plaisir pour les yeux, un moyen de servir ceux qui sont dans le besoin. Jean-Pierre Laffont, Raymond Depardon, Pamela Berkovic, Nancy Burson, Mark Bussell...Ces grands noms de la photographie et du photo-journalisme font partie des premiers à avoir offert une photo. « J’ai contacté les photographes en deux vagues, il y a celle du 25 avril et celle du 10 mai » précise Julien Alamo. Antoine d’Agata ou encore Joseph Michael Lopez font partie de la seconde vague.

 

The Bowery Mission

Enchantment, Central Park, New York, 2020 ©️Pascale Roux de Bezieux

 

Parmi ces 107 photographes à répondre présent, des femmes françaises de New York, Pascale Roux de Bezieux ou Stephanie de Rouge.

« Pour l’instant nous avons vendu 187 photos ce qui fait $24,000 récoltés pour la Bowery Mission » précise Julien Alamo. Chaque photographie est imprimée sur du papier fine art au format 12 par 16 inches. Bien sûr, les photographies ne sont ni signées ni numérotées mais elles restent le travail de grands artistes. Des artistes au grand coeur. « Pascale Roux de Bezieux m’a donné l’impulsion et m’a présenté deux français très impliqués dans la Bowery Mission, Alain Bernard, le CEO du groupe Richemont  et Marie de Foucaud, à la tête du département Communication et Marketing chez Richard Attias Associates ». Ensemble, grâce à leur réseau, leur implication dans la cause, la volonté d’aider, mais aussi avec le soutien de new-yorkais et d’autres français, ils entendent bien offrir un chèque plus conséquent à l’œuvre caritative après que la vente soit achevée, le 25 mai prochain.

Roland Barthes disait « ce que la photographie reproduit à l'infini n'a eu lieu qu'une fois : elle répète mécaniquement ce qui ne pourra jamais plus se répéter existentiellement. » Témoin d’une histoire, de l’histoire, d’un moment, d’un instant, la photographie raconte. Parmi celles proposées, « Victory Men » du photographe Lionel Rogosin, décédé au début des années 2000. « Son premier documentaire portait justement sur la Bowery. Nous avons une photo qui date de 1953, on y voit la rue de la mission et en arrière-plan, l’Empire State Building » raconte Julien Alamo. Et de rajouter « sa fille nous l’a généreusement offerte ».

 

The Bowery Mission

Audrey Hepburn, 1988 ©️John Isaac

 

Autre photographie, autre histoire. « Ethiopia » prise en 1988 par John Isaac, photo-journaliste de talent, il était le patron du Département Photo des Nations Unis. C’est là qu’il a rencontré l’actrice Audrey Hepburn alors qu’elle était ambassadrice de l’UNICEF. Durant cette période, c’est lui qui la photographie. De ce cliché, le préféré de l’actrice, elle refuse qu’on estompe ses rides, la raison : elle les avait gagnées une à une...

« C’est incroyablement émouvant de voir tous ces photographes donner une de leurs photos » conclu Julien Alamo.

Des photographies, témoins de tranches de vie. Une vie devenue obscure pour des new-yorkais spectateurs d’une pandémie, d’une période sinistre de l’histoire de l’humanité où la solidarité semble toutefois plus forte que le désespoir.

 

Pour soutenir le projet « Picto Loves The Bowery Mission »

 

The Bowery mission

Wing ©️Stephanie de Rouge - illustration : Veronica Ballart Lilja

 

The Bowery mission

Julien Alamo 

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après des années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et le rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Chennai Appercu
#MAVIEDEXPAT

Une "confinée" à Pondichéry se déconfine doucement (3)

Arrivée par hasard en Inde il y a 10 ans, Isabelle Pacaud n'est plus jamais repartie. Aujourd'hui résidente de Pondichéry, elle nous raconte, avec ses mots, son quotidien de "confinée".