Mardi 19 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Mathieu Tazo, entre la banque et l’écriture, tout l’art de l’équilibre

Par Portraits d’Hommes par de Tilly Real Estate | Publié le 06/11/2019 à 10:00 | Mis à jour le 08/11/2019 à 16:04
Photo : Mathieu Tazo
Mathieu Tazo

Mathieu Tazo est né et a grandit à Toulon. Après des débuts prometteurs dans le foot, il fait le choix de partir étudier en école de Commerce, à Paris. S’il travaille depuis dans le monde de la banque, il est aussi écrivain. Il a publié, cette année, son troisième roman. Le Varois de Caroll Gardens fait partie des 30 hommes mis en avant dans nos colonnes en ce « Mois de l’Homme ».

 

J’ai suivi deux fois ma femme à New York

Mathieu Tazo a pratiqué le football à haut niveau. À 18 ans, il dispute la demi-finale de la Coupe de France junior, la coupe Gambardella, l’anti-chambre du football professionnel. Malgré un avenir prometteur dans le monde footbalistique, Mathieu Tazo décide de mettre sa passion sportive entre parenthèses. Une prépa, puis la prestigieuse école de commerce ESSEC l’amènent dans le monde du conseil, puis de la finance et de la banque. L’aventure new-yorkaise commence en 2009 quand son épouse se voit proposer une belle opportunité professionnelle dans la ville qui ne dort jamais. Les voilà installés à SoHo, la vie est belle, la famille s’agrandit. Aujourd’hui, Mathieu est le très fier papa de deux fillettes de 5 et 7 ans, « le rôle le plus important de ma vie » ajoute-t-il.

En 2015, la famille part s’installer à Londres où Mathieu fait une escale dans sa carrière. Deux ans plus tard, sa femme se voit « encore » proposer une opportunité à New York, où ils repartent. « Je fais partie des rares hommes à suivre leur femme en expatriation, mais je me demande combien d’hommes ont suivi deux fois leur épouse à New York » s’amuse le varois. En effet, ce n’est pas commun.

 

Le temps de l’écriture est un temps nocture

Parallèlement à sa vie professionnelle dans la banque, Mathieu Tazo a une passion, dévorante. L’écriture. Il y a environ 15 ans, alors qu’il était en poste à Paris, il réalise son envie d’écrire. Il s’inscrit à des ateliers d’écriture. « Je me suis dit que l’écriture prend du temps. Soit je m’y mettais tout de suite, soit j’attendais la retraite » précise Mathieu Tazo. Il n’attend pas et commence son premier roman « Un caillou dans la chaussure » lequel ne sera pas publié. En 2014, à New York, il écrit son second ouvrage « La dynamique des fluides », celui-ci sera publié, donnant l’envie à l’écrivain de reprendre son premier ouvrage, qui finalement trouvera un éditeur ainsi qu’un public. « Le narrateur est un tueur, il revient dans le village varois où il a passé son enfance. Il devient maire de ce village où 25 ans plus tôt, il a commis un meurtre. Personne ne le sait. Il va être obligé de participer à une enquête contre lui-même » raconte Mathieu Tazo. Cette année, il a publié son dernier ouvrage « Au nom des pères », d’ailleurs en vente chez Albertine, la célèbre librairie française de New York.

En poste dans une banque française, il a trouvé un véritable équilibre entre son métier et sa passion. « Je suis très heureux de cet équilibre » confie-t-il. Et de rajouter « Le temps de l’écriture, c’est un temps nocturne. Il n’y a ni obligation, ni contrainte, c’est une liberté de création totale. Avec l’écriture, on peut faire d’une multitude un tout ».

De New York, il explique aimer son aspect multiculturel où, avec son épouse originaire du Bénin, ils élèvent leurs filles dans un cadre international où les cultures se confondent et se respectent. « New York est une ville pays avec un accès incessant à la culture, un très bon système scolaire, c’est aussi une ville d’opportunités ».

New York est aussi le théâtre de son inspiration. « Il y a quelque temps, j’ai loué une voiture pour partir en famille dans les Catskills. Alors que j’étais dans la voiture garée en bas de chez moi, une femme est entrée dans le véhicule et m’a dit « Uber ? ». J’ai été très surpris et j’ai répondu que non ».

Et s’il avait dit oui ?

 

Merci Cher Mathieu de faire partie des 30 hommes de novembre mis en avant dans les colonnes de notre édition pour ce « Mois de l’Homme » décidé par Le Petit Journal.

Pour commander un roman de Mathieu Tazo

Pour en découvrir davantage sur l’auteur

Article rédigé par Rachel Brunet - Rédactrice en chef

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles