Mardi 19 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Meska Sweets : Mehdi Menouar « du banking au baking »

Par Portraits d’Hommes par de Tilly Real Estate | Publié le 02/11/2019 à 09:00 | Mis à jour le 08/11/2019 à 16:02
Photo : Mehdi Menouar co-fondateur de Meska Sweets
meska sweets mehdi menouar

Mehdi Menouar est co-fondateur de Meska Sweets. Arrivé de Casablanca il y a 20 ans pour étudier à l’Université de Philadelphia avec une bourse obtenue grâce à ses compétences en tennis, il poursuit ses études avec un MBA en finance. Après des années dans le monde de la banque, il lance sa société de pâtisseries marocaines. Il fait partie des trente hommes présentés par le Petit Journal New York dans le cadre du « Mois de l’Homme » de novembre.

 

Du banking au baking

« Ça fait 20 ans que je suis là, je suis arrivé avec une bourse en sport études, à Philadelphie » nous explique Mehdi Menouar avec sa sympathie naturelle. Il décide par la suite de poursuivre ses études dans la finance, direction la Floride où il obtient son MBA à l’Université de Tampa. C’est à New York qu’il débute sa carrière professionnelle. Il entre chez Bloomberg comme « Equity Fundamentals Analyst », il travaille alors dans l’analyse financière sur les métaux précieux avant de se spécialiser sur les « oils and gaz ». Puis, c’est chez Barclays qu’il poursuit sa carrière d’analyste, avant de rejoindre Qineqt.

En 2017, sa carrière prend une autre tournure « je suis passé du banking au baking » sourit Mehdi Menouar. Son épouse a le goût de l’entreprenariat, il faut dire qu’elle vient du monde des startup. Ensemble, ils décident d’amener les plaisirs des Maroc aux États-Unis, alors inconnus. « Les pâtisseries françaises, italiennes, espagnoles étaient très bien représentées mais pas les délices marocains » précise le chef d’entreprise.

 

De la tradition au palais américain 

Aussi, ils décident de créer leur propre marque et le produit central est le gâteau marocain. Mais attention, la vraie pâtisserie marocaine traditionnelle inspirée des recettes de leurs familles respectives. Recettes qu’ils vont adapter au marché et au palais américain. Tous les ingrédients utilisés pour confectionner les pâtisseries sont produits au pays de l’oncle Sam. « Pour les macarons, on utilise des amandes de Californie, et non pas des amandes marocaines, elles n’ont pas tout à fait de le même goût, la même puissance, alors il faut adapter le dosage ». Pour satisfaire le palais américain, mais aussi les attentes des consommateurs toujours plus exigeants, ainsi que par respect des cultures, ils décident de proposer une gamme vegan, gluten free, cashère mais aussi d’innover en lançant une gamme de pâtisseries au matcha. « On élabore nos recettes avec les meilleurs produits, mais en partant toujours de la recette de nos grand-mères » précise Mehdi, toujours souriant. Et de rajouter « avec nos pâtisseries, on veut que nos clients aient le sentiment d’être dans la médina de Marrakech ».

meska sweets mehdi menouar

 

Du client corporate au particulier

Fin 2016, Meska Sweets est lancée. Mehdi et son épouse débutent lors d’une événement corporate, expérience qui leur permet par la suite de toucher les hôtels de luxe et les entreprises. « C’est toujours sympa de proposer autre chose que des chocolate cookies lors des événements d’entreprise ». C’est un article ventant leurs bons produits publié dans le New York Times qui leur permet de toucher les particuliers et de livrer à domicile tant à New York, que sur l’ensemble du territoire américain. « Le marché de la pâtisserie est illimité » explique Mehdi.

Imaginatif, il développe même le concept du coffret cadeau. Et oui, si on offre des chocolats, pourquoi n’offrerait-on pas des pâtisseries marocaines ? Ce postulat s’est révélé juste quand Mehdi Menouar a vendu quelque 400 coffrets lors du « Producer Award » à Hollywood. 

Mehdi Menouar développe son activité, il est d’ailleurs en pleine levée de fond. Autre nouvelle, Meska Sweets aura un pop-up au World Trade Center en novembre et décembre. Une belle aventure avec une belle dose d’authenticité, une pincée de tradition, un soupçon de bonne humeur, le tout, saupoudré de gentillesse.

Merci Mehdi de faire partie des 30 hommes francophones du Petit Journal dans le cadre de notre projet du « Mois de l’Homme ».

 

Pour commander et déguster quelques pâtisseries marocaines

meska sweets mehdi menouar

Article rédigé par Rachel Brunet - Rédactrice en chef

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles