États-Unis : Le visa E2 s’invite au coeur des élections législatives

Par Rédaction - New York | Publié le 25/05/2022 à 16:01 | Mis à jour le 25/05/2022 à 16:08
Visa E2

Nos éditions américaines décident de publier la lettre ouverte de Sylvain Perret, fondateur d’Objectif USA, qui interpelle les candidats aux élections législatives pour la première circonscription des Français de l’étranger, sur le sujet du visa E. À la fin de l’été 2019, l’administration Trump avait décidé de raccourcir la durée du visa E à 15 mois. C’est finalement à 25 mois que ce dernier plafonne depuis l’automne 2019. Véritable handicap pour les expatriés concernés.

 

Voici la lettre de Monsieur Perret :

 

Lettre ouverte aux 12 candidats et candidates pour l’élection législative sur la circonscription USA / Canada des Français de l’étranger

 

Mesdames, Messieurs,

 

En tant que Français résidant à l’étranger, je vous remercie de votre acte de candidature.

Par cette lettre ouverte, je tiens à mettre au cœur de cette campagne électorale la problématique des durées de visas, E2 entre autres, que rencontrent nombre de vos potentiels électeurs aux Etats-Unis.

Cette problématique n’en était pas une avant novembre 2019, date à laquelle l’administration Américaine a confirmé la réduction de durée de nombreux visas à la suite d’une application de la règle de réciprocité en la matière. En effet, certains visas, dont le E1/E2, sont régis par des traités bilatéraux réciproques (lien vers le traité USA / France de 1962). Le principe de la réciprocité est assez simple à comprendre : Traitons les investisseurs Français aux USA de la même façon que les investisseurs Américains sont traités en France. Or, en Août 2019, l’administration Américaine a clairement indiquée qu’elle trouvait que la réciprocité n’était pas respectée par la France et a donc décidé de réduire les durées de visas pour les Français aux USA. Le calendrier de l’époque n’est peut-être pas anodin : Taxe GAFA de 3% annoncée en Juillet, G7 de Biarritz dans une ambiance «délicate », éternelle discussion des aides publiques Airbus/Boeing…. Pour le spectateur extérieur, la relation France / USA ne semblait pas au beau fixe.

Depuis, que s’est-il passé ?

Il semble en fait que pas grand-chose ne se soit passé. Nous avons entendu, par deux fois, à deux ans d’intervalle, les mêmes réponses (à mes propres questions) :

- On a bataillé et on a obtenu 25 mois au lieu de 15 : j’ai beaucoup de mal à envisager cela comme une victoire ! Dans les faits, on a perdu 35 mois, la réalité, c’est cela.

- Les Américains n’ont pas compris notre fonctionnement, ils se sont trompés…

- Les USA se sont engagés à « faciliter les renouvellements ». Rien ne vient conforter cet engagement et au contraire ! De nombreux cas de non renouvellements dans des conditions discutables sont évoquées sur les réseaux et par les professionnels de l’immigration. Je ne parlerais que de ce que je connais et je peux évoquer un dossier dont le renouvellement a été refusé récemment alors que je n’hésite pas à qualifier ce dossier de « béton » ! Pas question dans ce cas précis de dire « il était peut-être un peu faible sur tel ou tel point » car, en tant que professionnel, je maintiens que c’est un dossier d’une qualité rare. N’oublions pas que quand j’écris dossier…. Il faut aussi lire « famille ».

COVID est passé par là, j’en suis conscient mais pour autant, on a l’impression que ce sujet est oublié.

Que peuvent faire un député Français dans ce domaine car ce sont les USA qui décident ???

Oui et non…

D’abord, les députés peuvent communiquer et montrer que ce dossier n’est pas oublié, qu’on ne va pas se satisfaire ad vitam aeternam d’être dans les moins bien traités en Europe (moyenne des 22 pays qui ont un traité : 44 mois), ne serait que par rapport à notre poids dans l’Europe et les échanges Europe/USA.

Ensuite, il nous semble urgent de revenir à la table des négociations avec l’administration Américaine et d’évoquer la question de la réciprocité :

- Si les Américains n’ont pas compris l’équivalent des visas E2 en France (les Passeports Talents), a-t-on su leur expliquer comme il faut ? Pour avoir creusé le sujet, ce n’est pas simple. Obtenir un Passeport Talent me semble clairement plus compliqué et intrusif que le visa E2. N’y a-t-il pas des simplifications possibles ? C’est dans l’intérêt de la France d’avoir encore plus d’investisseurs Américains, même des petites et moyennes structures, pas seulement des géants.

- Les Américains rencontrent de problèmes en France : Erreurs dans les dossiers, accueil dans les préfectures pour les renouvellement par des personnes non formées, discussion face à un « mur administratif ». Vous voulez des exemples ? Je vous incite à consulter les différents groupes de « Americans in France » sur Facebook pour voir des exemples ! Il me semble donc qu’il faut balayer devant notre porte, amener des améliorations aux cas des Américains en France pour revenir à la négociation avec des arguments.

- Oui la décision relève des USA mais la France doit montrer qu’elle s’intéresse aux problématiques de détenteurs Américains de Passeports Talents pour avancer, le fameux win-win : j’ai du mal quand je lis les auto-congratulations #chooseFrance et que je sais la situation des Entrepreneurs Français aux USA : Ils participent au rayonnement de la France et se sentent oubliés !

J’espère que cette lettre vous incitera à mettre ce sujet au cœur de la campagne. Comptez sur moi pour vous le rappeler. Les détenteurs de visa sont nombreux et la majorité des Français présents aux USA ont un proche, une connaissance qui est inquiet pour son avenir ou l’avenir de ses enfants.

Je vous souhaite bonne chance pour les élections et je souhaite que le gagnant s’implique avant tout dans les problématiques des Français de l’Etranger et que les promesses électorales ne soient pas, justement, que des promesses.

 

Sincères salutations,

Sylvain PERRET

Fondateur de Objectif USA

Auteur de « S’expatrier aux Etats-Unis grâce aux visas d’entrepreneurs »

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction New York !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale